publicité

Societe

Côte d'Ivoire. Retour sur les ruines de l’immeuble effondré à Cocody (Reportage)

Publié le :

Les recherches après l’effondrement de l’immeuble R+3 à la Riviera Palmeraie, à Abidjan, sont terminées. Le nombre des victimes est de deux décès et 16 blessés. Des témoignages recueillis sur place, il ressort que le chantier de construction voisin est la source de ce drame.

Des montagnes de gravats, du fer, de vastes et profonds creux issus des fouilles pour retrouver de possibles victimes, des restes de matériel d’un magasin de vitrerie, etc. C’est tout ce qui reste de l’immeuble R+3 qui s’est affaissé le mardi 4 juin 2024 à la Riviera Palmeraie palmeraie dans la commune de Cocody. Au bout de trois jours de recherche, les sauveteurs ont pu retrouver et identifier 18 victimes dont deux cas de décès que sont la caissière de la pharmacie, le vigile du bâtiment et 16 blessés.

A notre arrivée sur le lieu, ce vendredi 7 juin 2024, quelques passants, curieux, s’arrêtaient un instant pour observer. « Il y avait le magasin d’un vitrier ici. C’est le reste de ses affaires que vous voyez. Il venait de s’y installer », fait remarquer une dame à son compagnon venu également en savoir plus sur ce qu'il s’est passé. A côté, il y avait aussi une pharmacie au rez-de-chaussée, précise celle qui avait apparemment des informations sur les occupants de l’immeuble. Mais elle s’est abstenue d’en dire davantage, dès lors qu’elle s’est rendu compte que nous sommes journaliste. Pendant ce temps, deux jeunes hommes de passage, étaient préoccupés par le sort des victimes. Bref, personnes n’était insensible au drame qui s’est produit le mardi 4 juin 2024.

Elan de solidarité

« Avant l’arrivée des secours, des volontaires entraient dans le bâtiment pour tenter de sauver ceux qui pouvaient l’être », explique un policier chargé de la sécurisation du lieu. C’est un élan de solidarité qui s’est manifesté ce jour, pour venir en aide aux victimes. « De loin, j’ai vu une dame me faire signe dans l’immeuble. Elle appelait à l’aide », confie le vigile d’un immeuble voisin. Il a aussitôt foncé dans sa direction, sans penser au danger qu’il courait lui-même, tant il était préoccupé par le sort de cette dernière. « Je l’ai mise au dos. Je n’avais pas peur », explique-t-il.

Il ressort des témoignages que l’immeuble en question était occupé par des magasins au rez-de-chaussée, dont la pharmacie, et des bureaux aux niveaux supérieurs. Les occupants sont donc des travailleurs qui n’habitent pas le quartier. Nous n’avons donc pas pu, de ce fait, trouver de victimes pour nous expliquer comment elles ont vécu le drame.


Témoignages


La caissière de la pharmacie, était bien connue des habitants du quartier. C’est la seule pharmacie de la zone. « Nous étions à la maison quand nous avons entendu un grand bruit. Nous sommes sortis aussitôt. Je connais bien la caissière de la pharmacie », confie Alida Kouadio, habitante d’un immeuble voisin. En bonne croyante, elle estime que c’est la volonté de Dieu qui s’est ainsi manifestée, bien qu’elle accepte difficilement sa disparition brusque.

La caissière de la pharmacie, était bien connue des habitants du quartier

« J’ai perdu mon collègue dans l’effondrement de l’immeuble », explique le surveillant du chantier contigu à l’immeuble effondré. La victime, un jeune homme, était le surveillant du bâtiment en question. Sorti des décombres en très mauvais état par les sapeurs-pompiers militaires, il a été évacué pour des soins. Mais il n’a pas malheureusement survécu. « J’ai moi-même échappé de justesse à ce drame. Car c’est quelques instants après l’avoir quitté, au terme d’un moment de causerie, que le drame s’est produit. J’ai entendu un bruit assourdissant. Toute la zone était couverte de poussière. On ne pouvait pas voir les voitures passer », poursuit-il. Son collègue est la seconde personne décédée sous les décombres du bâtiment, après la caissière de la pharmacie.

La faute au maître d’ouvrage

Tout juste à côté de l’immeuble effondré, se trouve le chantier d’un immeuble R+7 en construction. Les travaux sont à l’étape du sous-sol du bâtiment. C’est au cours des travaux de ce chantier, selon des témoignages reçus sur place, que l’immeuble R+3 s’est affaissé. « La machine a creusé jusqu’à la fondation de l’immeuble détruit, sans laisser un petit espace de sécurité. Imaginez la force de la machine qui remuait tout. Cela a eu forcément un effet sur le bâtiment », explique un voisin, faisant remarquer que ce drame est la faute au maître d’ouvrage. « Et c’est sur le côté où se trouvait le chantier que le bâtiment s’est affaissé », précise un policier présent sur les lieux. Tout le rez-de-chaussée surtout du côté de la pharmacie, a disparu sous le poids des niveaux supérieurs.

Le ministère de la Construction du Logement et de l’Urbanisme (MCLU), de son côté, sous réserve des conclusions des enquêtes à venir, estime qu’il est possible que l’immeuble se soit affaissé en raison des travaux de fouilles sur le chantier de construction voisin. « Le maître d’ouvrage bien que suivi par un architecte et un bureau de contrôle et de normalisation des risques, a entrepris ces fouilles en violation des prescriptions de son permis de construire, qui impose la mise en œuvre d’ouvrages de protection des parois des fouilles, pour protéger les constructions voisines », précise le communiqué du MCLU, publié à cet effet.

Des poursuites judiciaires

A la suite de la catastrophe, le MCLU a indiqué dans son communiqué qu’une « action judiciaire sera engagée à l’encontre du maître d’ouvrage (propriétaire) et des professionnels dont la responsabilité sera établie dans la survenue de la catastrophe ». Et cela se fera conformément à l’article 37 du Code de la construction et de l’habitat. Ce code défini la responsabilité de chaque acteur sur un chantier de construction.

Tous les acteurs, professionnels ou particuliers ont par ailleurs été invités au respect des règles et normes en vigueur, en matière de construction par le ministère en charge de la construction qui précise que, tout contrevenant à ces dispositions s’expose à des sanctions civiles et pénales.

Diomandé Karamoko









publicité

FIL INFO

21 juillet 2024

Deux canots de 210 migrants arrivent sur la côte de Gran Canaria : 5 mineurs dont 1 bébé parmi les passagers

21 juillet 2024

Beni : des jeunes exigent du Gouvernement une formation militaire accélérée pour « combattre l’ennemi et protéger la République »

21 juillet 2024

Grossesse : Au Gabon, une femme meurt tous les deux jours en raison de complications

21 juillet 2024

Niger : Le Président du CNSP honore ses homologues de l’AES à titre exceptionnel

21 juillet 2024

Les démocrates à la conquête des latinos indécis pour conserver la Maison-Blanche



Fanico

DAO SEKOU 25 juin 2024
Côte d'Ivoire. Faire la promotion des vrais militants du RHDP
Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants

publicité