publicité

Societe

Côte d’Ivoire. A Ouindé (Biankouma), la culture de la tomate enrichit les déscolarisés (1)- Reportage

Publié le :

Produire et commercialiser plus de 100 tonnes de tomates fraîches au titre de l’année agricole 2024. Produire cette denrée de façon régulière chaque année, en vue de faire de Ouindié le royaume de la tomate dans la région du Tonkpi. Tel est l’objectif que veut atteindre, à moyen terme, Ouindié une localité située à 35 km du chef-lieu du département de Biankouma, dans la région du Tonkpi (Côte d’Ivoire).

Depuis cinq années, des jeunes, dont l’âge varie entre 18 et 40 ans, font de la production de la tomate leur activité dominante à Ouindié. Une tomate cultivée aux sommets et aux flancs des montagnes, aux qualités exceptionnelles et très prisée des consommateurs.

De la tomate ici. De la tomate là. De la tomate presque partout aux flancs des montagnes et chaîne de montagnes qui auréolent le village Ouindié. Des vergers de tomates qui s’étendent à perte de vue. Les superficies exploitées vont de 0,25 hectare à 2 hectares. Les exploitants agricoles, une trentaine, sont presque tous des jeunes déscolarisés. Niveau d’études : cours préparatoire 2e années (CM2) pour certains. 5e, 4e, 3e, et 2nde pour d’autres.

On estime le rendement à 30, 40, 50, 80 ou 100 cageots de tomates, pesant chacun 50 kg, produits tous les 4 mois. Les productions sont transportées à Biankouma avant d’être écoulées. Les acquéreurs sont, pour la plupart, des femmes qui viennent d’Odienné, Duekoué, Man et parfois d’Abidjan. Il se dit que les tomates en provenance de Ouindié seraient exposées dans des rayons des supermarchés de San-Pedro, Yamoussoukro et Abidjan.

Le prix de vente du cageot n’est pas fixe. Il varie selon les saisons. Le 12 mai 2024, il était à 30 000 F. CFA. Ce prix peut baisser ou augmenter. Des années en arrière, particulièrement en 2023, il était de 35 000 F. CFA.


Tomates de qualité exceptionnelle


Les tomates produites à Ouindié sont très prisées à cause de leurs qualités exceptionnelles. Mâtures, elles sont grosses et de couleur rougeâtre. Elles sont très délicieuses. Leur durée de vie après la cueillette est de deux semaines, avant d’être avariées.

Les différentes parcelles exploitées sont situées aux flancs des montagnes. Une montagne formée de roches granitiques, au sol très fertile, riche en humus et en calcaire issu de la décomposition des rochers. A cet endroit, l’air est frais, pur et léger. Ici les plantes de tomate reçoivent à la verticale, chaque jour, les riches rayons du soleil. L’eau utilisée pour arroser les jeunes plantes est puisée dans des sources naturelles situées au pied des montagnes.

Dans cette contrée, les paysans n’ont pas besoin d’engrais pour rendre vigoureuses les plantes et obtenir une bonne production. La conjugaison de tous ces facteurs naturels donne à la tomate produite à Ouindié sa qualité exceptionnelle.

A Ouindié, la culture de la tomate se fait encore avec des moyens rudimentaires. Notamment à l’aide de la main, de la machette, de quelques arrosoirs et naturellement d’une petite dose de courage.

« Ouindié, le royaume de la tomate. » Un défi majeur cher aux jeunes maraîchers de Biankouma. Pour réussir ce challenge, au chapitre des doléances, ceux-ci souhaitent bénéficier de l’appui de l’Etat, à travers la réalisation des travaux de réhabilitation de l’axe Ouindié-Biankouma distant de 35 km. Cela faciliterait l’écoulement, vers la ville de Biankouma, des produits agricoles pendant la saison des pluies (juin-septembre). Ces maraîchers souhaiteraient également bénéficier d’un encadrement technique adéquat des agents de l’Agriculture et de l’Anader, pour s’approprier des techniques culturales modernes, et enfin bénéficier d’un fonds de soutien aux jeunes maraîchers.

Honoré Droh

Correspondant régional



ENCADRÉ

A Ouindé, tout le monde croque de la tomate

Selon le Dr Coulibaly Doh, chef de zone de l’Agence nationale de développement rural (Anader) à Biankouma, la tomate fait partie de la grande famille des fruits et légumes. La tomate est riche en protéines végétales. Elle se consomme cuite ou crue. La tomate est un bon remède contre la constipation. Elle favorise la digestion.

A Ouindié, en lieu et place des mangues ou des pommes à table, les populations surtout les tout-petits affectionnent de croquer les boules de tomates fraîches. Dans le creux d’une énorme masse de rocher granitique, jouent des enfants aux torses nus et aux ventres bien arrondis. Deux parmi eux, assis à même le sol, qui regardent passivement jouer leurs camarades, tiennent en main de belles et grosses tomates qu’ils croquent à intervalles réguliers, dans une grande indifférence.

A quelques pas de la troupe d'enfants, un vieil homme. Étendu dans un hamac aussi vieux que lui, il regarde avec admiration les enfants jouer et manger avec appétit les pommes de tomate. Plus loin, dans les cuisines, dans presque tous les mets confectionnés par les femmes du village, la tomate fait partie du lot des ingrédients appropriés. Les vendeuses d’attieké du village ne font pas exception à la règle. De larges et grossiers morceaux de tomate garnissent les flancs des tas d’attieké dans les assiettes.

A Ouindié, on produit de la tomate, on la commercialise. Mais on en consomme aussi. « Consommer local » y est une réalité.

Honoré Droh













publicité

FIL INFO

17 juin 2024

Trump promet de “régler” le problème des paiements de plusieurs milliards de dollars à l’Ukraine

17 juin 2024

Jeux olympiques Paris 2024 : 450 millions de Fcfa de l’Etat pour soutenir les athlètes ivoiriens qualifiés

17 juin 2024

Une météo violente et chaotique s’abat sur les États-Unis

17 juin 2024

Cameroun : Un gendarme perd la vie sur la route de la Tabaski

17 juin 2024

Beni : plus de 40 enfants d’Oicha appelés à s’abstenir d’infractions pour éviter des poursuites



Fanico

Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !

publicité