publicité

Kibarou

Kibarou. Parce que le pardon appelle le pardon

Publié le :

A moins d’être d’une forte insensibilité à tout ce qui éveille de l’empathie et de la reconnaissance dans une société humaine normale, l’on ne peut rester indifférent à cet autre acte fort du Président Ouattara. Après la loi d’amnistie adoptée en 2018 et effectivement rentrée en application au profit de plusieurs acteurs politiques, qui s’en réjouissent encore, Alassane Ouattara vient de franchir un autre grand pas, vers la réconciliation totale des Ivoiriens. Tel que le symbolise la grâce présidentielle qu’il accordée à 51 prisonniers civiles et militaires, condamnés pour différents délits, commis lors des crises politico militaires, que le pays a connues ces dernières années. Point n’est besoin d‘être grand clerc ici, pour savoir que cette initiative pèse énormément dans le processus de réconciliation nationale. Tant il est vrai que son non accomplissement avait été brandit par nombre d’opinions, comme une faiblesse dudit processus. Processus qui reste après tout, une œuvre progressive et dont l’évolution doit bien pouvoir épouser les changements et réalités sociétales majeures de la Côte d’Ivoire. L’immense joie nationale que la victoire bien originale en soi, des Eléphants a suscitée, doublée du satisfecit international décerné au pays, quant à l’excellente organisation de cette compétition à nulle autre pareille, sont au nombre de ces réalités majeures. Et qu’il faut savoir et pouvoir capitaliser, dans la noble optique de consolider l’œuvre de la réconciliation.

C’est que, rien de tout ce qui unit déjà ou peut davantage unir un peuple qui se réconcilie, ne devrait être ignoré de qui en détient au premier chef la charge. Grande leçon de sagesse, qui n’aura pas échappé au Président Ouattara. Quotidiennement soucieux de consolider et de voir s’affirmer et grandir à chaque instant dans les cœurs et les esprits, la conviction et la volonté de tourner cette page noire de l’histoire de la Côte d’Ivoire indépendante. Dès lors, qu’est ce qui peut être placé au-dessus de l’unité nationale, fortement et surtout sincèrement manifestée, du 11janvier au 13 février 2014 ? Ce faisant, tout ce qui contribue hautement à sa consolidation, comme cette grâce présidentielle, ne devrait être négligé, au profit d’un quelconque égocentrisme. Par ce que, le pardon appelle au pardon.

La Côte d’Ivoire avance donc dans la purge quotidienne des haines et rancœurs comprimées dans les poitrines. Forgeant en cela, des consciences nouvelles, éprises surtout de paix avant toutes autres considérations collectives ou individuelles. Parce que le pardon appelle au pardon, il faut alors continuer de se pardonner mutuellement. Tout en résistant aux multiples tentations divisionnistes nationales des intérêts et clivages politiques. Nous le pouvons. Allons- y.

Moussa Ben Touré




publicité

FIL INFO

20 avril 2024

Bank of Africa Sénégal : Croissance soutenue et rendement du dividende en hausse

20 avril 2024

Ituri : plusieurs femmes pygmées abusées sexuellement à Djugu

20 avril 2024

Les États-Unis ont accepté de retirer leurs troupes du Niger, selon les médias américains

20 avril 2024

Incident au sein du Pdci-Rda: Le Parti dépêche Emile Constant Bombet à Abengourou

20 avril 2024

La démocratie des États-Unis mise à l’épreuve par le procès Trump



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité