publicité

Politique

Cameroun – Assassinat de Martinez Zogo : le président Paul Biya sort de sa réserve

Publié le :

Le Chef de l’Etat veut savoir qui a tué le journaliste lanceur d’alerte et les circonstances de son assassinat brutal.

Environ deux semaines après l’enlèvement, suivi de l’assassinat du célèbre présentateur de l’émission « Embouteillages » sur l’antenne d’Amplitude FM à Yaoundé, les auteurs de ce crime odieux courent toujours.

L’enquête ouverte par les éléments de la Délégation générale de la sûreté nationale (DGSN) tarde à aboutir pour des raisons que la police n’a pas divulguées.

Cette police va poursuivre ses investigations en collaboration avec la gendarmerie. Ainsi, en a décidé le président de la République. Jusqu’alors, très discret sur le sujet, le chef de l’Etat a instruit le Secrétaire d’Etat à la défense, chargé de la gendarmerie « de bien vouloir ouvrir une enquête, en collaboration avec le DGSN, sur les circonstances du décès de ce journaliste et d’en établir les responsabilités » peut-on lire dans la correspondance que le ministre d’Etat, Secrétariat général, Ferdinand Ngoh Ngoh a adressé au SED, Gallax Yves Landry ETOGA.

Le présentateur d’ « Embouteillages avait pris l’habitude de dénoncer depuis quelques mois, le détournement des fonds publics en citant les noms des personnalités soupçonnées. Quelques heures après avoir présenté l’édition du mardi 17 janvier 2023 avec la même verve qui a fait sa réputation, Martinez Zogo a été enlevé par des inconnus dans la nuit sur le chemin de son domicile. L’on croit que cet enlèvement est lié aux dénonciations susmentionnées. Celui qui était par ailleurs Chef de chaîne de la radio Amplitude FM, a été retrouvé mort, tué dans des conditions effroyables.

«Au-delà de ce confrère, nous sommes tous désormais vulnérables. Où sont la liberté de presse, la liberté d’opinion et la liberté d’expression au Cameroun quand exercer dans un média fait encourir désormais un risque mortel ? Une limite de trop a été franchie. C’est inacceptable ! » avait réagi dans un communiqué le Syndicat national des journalistes du Cameroun, peu de temps après la découverte du corps sans vie et en décomposition de Martinez Zogo. Ensuite, le SNJC a appelé « la force publique à donner une réplique appropriée à cet assassinat en menant des enquêtes pour trouver et réprimer les coupables ».



Adeline ATANGANA





publicité

FIL INFO

29 février 2024

Mali : L’Imam Dicko décide de rentrer au pays après plusieurs semaines de convalescence dans la capitale algérienne

29 février 2024

Madagascar se prépare à rejoindre la ZLECAF

29 février 2024

L’immunité de Trump examinée par la Cour suprême en avril

29 février 2024

Le médecin de la Maison-Blanche dit Biden «apte» à demeurer président

29 février 2024

Opération d’assainissement : Le Chef de l’État rappelle « les vertus de solidarité et d'humanisme »



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité