publicité

Societe

Nuit d’Al-Qadr 2021 : "La position de l’Islam sur la rumeur et ses conséquences" traitée en présence du Président Ouattara

Publié le :

C’est la mosquée de la Riviera Golf qui a accueilli, la célébration officielle de la nuit du Destin ou la nuit d’Al-Qadr, dans la soirée du 8 mai au petit matin du 9 mai 2021. Cette cérémonie a été marquée par une prière spéciale pour la pluie en Côte d’Ivoire pour conjurer la sécheresse.

Professeur Yahaya Karamoko



Le Président de la République, Alassane Ouattara à la tête d’une forte délégation des membres du gouvernement a pris part à cette nuit de commémoration équivalent selon le Coran à 1000 mois d’adoration. C’est la plus sainte nuit de l’année, selon le Coran. « Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ? La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit (Djibril), par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut (bienfait de la part d’Allah, Exalté soit-Il, pour les croyants) jusqu’à l’apparition de l’aube. » (Coran 97/1-5)

Le traitement du thème de cette nuit, à savoir, « La rumeur et ses conséquences : la position de l’Islam », a été l’affaire du conférencier, Professeur Yahaya Karamoko, virologue, enseignant chercheur à l’Université Nangui Abrogoua.

D’entrée, il a expliqué que les rumeurs sont des affirmations qui se diffusent dans une population sans correspondre à des faits qui sont prouvés ou avérés. Et de préciser que le motif de leur propagation est le fait qu’elles aient déjà été adoptées par d’autres personnes avant nous.




Des membres du gouvernement



Poursuivant, il a souligné que cette diffusion se fait d’autant plus facilement que la personne concernée vie dans un environnement, un milieu peu enclin à la réflexion et à l’esprit critique. Selon le conférencier, une étude récente révèle que sur les réseaux sociaux, une information fausse va se diffuser plus rapidement qu’une information qui est vraie. « Les rumeurs, dira-t-il, peuvent diffuser des idées. Mais quand elles passent sous le joug de la passion, elles peuvent s’avérer gratuitement dévastatrices. » Et d’ajouter qu’au niveau des personnes et des communautés, la rumeur est souvent productrice de fausses croyances qui prennent la forme d’arme déloyale. Et cela pour discréditer, les experts ou tout autre institution détentrice d’autorité. « C’est pourquoi, dira le Professeur Karamoko, la vie privée, la santé publique, la cohésion sociale et d’autres processus sensibles sont particulièrement sujets aux assauts des rumeurs ».

S’agissant de la rumeur et la technologie, il a indiqué que la contribution d’Internet avec les réseaux sociaux a consisté à produire de nouveaux moyens qui ne sont basés sur aucune réalité. A cela, il faut ajouter la puissance de propagation.

Pour le conférencier, il est important de savoir que la rumeur à un lien avec les crises. « La rumeur produit ses pires effets pendant les crises. Si ce n’est pas elle-même qui dans certains cas est à la base de la crise (...) On comprend alors dans la gestion des crises l’importance de comment contenir les rumeurs », a-t-il fait remarquer.



Le Chef de l'Etat à la tête d'une forte délégation de ministre



De son point de vue, ce qui arrive souvent aux musulmans, c’est la propagation de fausses nouvelles par inadvertance. Ce qui ne devait pas être le cas au regard de la clarté des textes islamiques sur la question. Le conférencier soutient qu’en islam c’est la pondération qui est préconisée. C’est d’ailleurs pourquoi les croyants sont invités à ne pas rapporter ce dont ils n’ont aucune connaissance. En islam, la pondération, c’est-à-dire réfléchir avant d’agir, vient d’Allah, a insisté Pr Karamoko, alors que la précipitation vient de satan.

A sa suite le président du Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques, Son Eminence Cheick Al Aïma Ousmane Diakité, évoquant le projet « Télévision Albayane » a salué le dynamisme de la communauté. Avec la mobilisation de plus d’un milliard de FCFA.

Le Chef de la communauté musulmane a renouvelé la gratitude de la communauté musulmane à toutes les personnes qui ont contribué à faire de ce rêve une réalité. Aussi a-t-il exhorté la communauté à entretenir le joyau que représente la télévision Al Bayane. « Il faut le faire vivre, fonctionner et assurer sa survie », a-t-il lancé.

Ce fut l’occasion en cette nuit pour les religieux musulmans de prier pour la paix, la stabilité et pour que Dieu assiste toujours le Chef de l’Etat.

A noter qu’une prière spéciale dirigée par l’Imam Ali Ouattara a été formulée pour des pluies abondantes en Côte d’Ivoire et conjurer la sécheresse pour faire face à la pénurie d’eau dans les barrages hydroélectriques.


Salif D. Cheickna




publicité

FIL INFO

23 juin 2021

Beni : 3500 enfants bénéficient de leurs actes de naissance

23 juin 2021

Entreprises africaines : Le G7 injecte près de 80 milliards de dollars

23 juin 2021

Des pays africains face à une vague meurtrière du Covid-19

23 juin 2021

Ouragahio: : Un gigantesque édifice en construction pour les enfants orphelins.

23 juin 2021

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako



Fanico

André Silver Konan 23 juin 2021
Divorce de Gbagbo et Simone : "S’il y a bien un camp qui doit se frotter les mains, c’est bien le pouvoir RHDP"
Michel Tagne Foko 10 juin 2021
« Claude est mort. »
Mandiaye Gaye 5 juin 2021
Une Société civile, pourquoi faire si elle n’est pas au service des déshérités?
Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!

publicité