publicité

Culture

Hommage. Johnny Pacheco, U.Roy et Tonton David ont quitté la scène

Publié le :

Le monde des artistes musiciens a été secoué ces derniers jours. Il y a eu d'abord la disparition de Johnny Pacheco qu'on ne présente plus en Afrique pour avoir fait danser plusieurs générations de mélomanes.

Vingt quatre heures à peine on a appris le décès de U.Roy le terrible musicien Rasta. Tonton David lui aussi reaggaeman les suivi dans l'au delà. Tous les trois ont quitté la scène successivement en moins de soixante douze heures.


Johnny Pacheco etait le chef d’orchestre de la Fania All Stars, Avec son label Fania All Stars, il fut un des grands prêtres de la salsa, et de son rayonnement dans le monde et singulièrement en Afrique.


Le jeune Juan Azarios Pacheco, né en 1935 en Rublique dominicaine, ne se doutait certainement pas qu’il deviendrait l’un des inventeurs de cette musique hybride qui allait révolutionner les musiques latines dont elle était une synthèse aussi géniale que moderne, la salsa. Débarqué à l’âge de onze ans à New York, élève de la Julliard School of Music, il fonde au tournant des années 60 l’orchestre Pacheco y su Charanga, dont il est le flûtiste et leader.


Dans le creuset new-yorkais se croisent les diasporas de toute l’Amérique latine, qui – s’étant frottées à la soul et au funk des Afro-Américains, s’apprêtent à donner naissance à la salsa, un nouveau terme pour un nouveau genre dont le label Fania, que Pacheco fonde en 1964 avec Jerry Masucci, sera le fer de lance. C’est aussi, après le succès de « Soul Makossa » qui propulsa Manu Dibango sur la scène de l’Apollo Theater, que Pacheco décide d’embarquer le saxophoniste camerounais alors en pleine bourre pour une tournée avec la Fania All Stars, dont une partie a été publiée sur disque et dont il existe encore quelques images. Manu aimait d’ailleurs raconter pour expliquer son succès américain que si les Noirs-Américains étaient en quête de leurs racines africaines, il en allait de même pour les artistes du Spanish Harlem (un quartier de Manhattan devenu le fief des Portoricains et de la diaspora latino).

En Afrique, si les doyens du Trio Matamoros, Beny More et surtout l’Orquesta Aragon avaient bercé et même lancé en musique toute une génération d’artistes, ceux-là mêmes qui créeront les premiers grands orchestres dits « jazz » du tournant des indépendances, la « sauce » que proposaient Pacheco et sa bande : Ray Barretto, Willie Colon, Hector Lavoe, Celia Cruz… allait relancer l’engouement des musiques afro-latines sur le Continent. En réunissant des rythmes afro-cubains, les cuivres brillants des Portoricains, le groove funk et les voix soul, la salsa du label Fania et de son all-stars était une fusion parfaite des héritages de la diaspora atlantique. Et comme toute l’Afrique atlantique était fan de musique « afro-cubaine » de Dakar à Kinshasa en passant par Bamako ou Abidjan, la salsa ne pouvait qu’y faire fureur.

Il suffit de revoir quelques extraits du fameux concert Zaïre 74, où la Fania était invitée, pour vérifier la folie que déclenchait cet orchestre devenu mythique, dont Pacheco était le cerveau, la flûte, mais aussi les pieds – car l’homme était grand danseur (de rumba, en particulier). Dans le film Soul Power (réalisation Jeff Levy-Hinte, 2008), on le voit diriger avec frénésie l’orchestre tandis que la « Gracia divina » Celia Cruz chante « Quimbara », mais aussi jammer dans l’avion qui mène les artistes au Zaïre ou encore, au marché de Kinshasa, se lancer dans une frénétique impro avec des percussionnistes congolais (autant d’instantanés musicaux qui figurent sur le disque Fania All Stars Live in Africa).


Son aura était telle qu’à Abidjan, où la Fania s’est produite, les chemises à col « pelle à tarte » portaient le nom de « Pacheco », rappelant le style qu’affectionnait le flûtiste.

À n’en pas douter, Johnny Pacheco était et restera une divinité du panthéon des musiciens chers au cœur et aux oreilles des Africains.


L’artiste jamaïcain U Roy, légende du reggae, est notamment connu pour avoir inventé et popularisé l’art du « toasting ». Considéré comme l’un des tout premiers deejays dans les années 1960-70, il était également connu sous le nom de The Generator.

L'artiste jamaïcain auteur notamment du célèbre titre "Go there natty dread" était âgé de 78 ans.


David Gramont,nom d’artiste, Tonton David. L’auteur du célèbre titre « Chacun sa route » s’est éteint l’âge de 53 ans. Il a succombé le 16 février dès suite d'un violent AVC à la descente d'un train. Il était le plus jeune des artistes qui ont quitté définitivement la scène cette semaine.


Tonton David était l'un des tous premiers chanteurs de reggae français engagé à avoir réussi à atteindre les sommets du Top 50 tout en conservant l'intégrité d'un style de musique conscient et engagé. Il est resté dans l'histoire de la chanson française avec ses hits : Le blues des racailles, Peuple du monde, My Number One, Sûr et certain ou encore Chacun sa route.


Ce samedi 20 février 2021, je voudrais leur rendre l'hommage qu'ils méritent, en même temps présenter les condoléances du Cénacle à l'endroit des familles et des proches et surtout des fans de tous ces artistes disparus.

Vos œuvres vous survivront.


Mohamed Ben Cissé (Plateforme du Cénacle des Journalistes Séniors de Côte d'Ivoire)




publicité

FIL INFO

9 mai 2021

Côte d'Ivoire.Ce samedi 8 mai 2021, 41 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 980 échantillons prélevés soit 2,1 % de cas positifs, 21 guéris et 0 décès.

9 mai 2021

Mali.Violence en milieu universitaire : des étudiants du campus de l’IPR/IFRA de Katibougou expulsés

9 mai 2021

Emploi des jeunes: Macky demande le lancement des premiers recrutements dès la semaine prochaine

9 mai 2021

Attaque contre l’agent collecteur de Lonaci à Vridi-Zimbabwe: Les auteurs dans les filets de la police criminelle

9 mai 2021

Devant la chefferie à Anyama Damana Pickass réitère son message de paix et réconciliation en Côte-d’Ivoire



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité