publicité

Societe

Yamoussoukro. (2)- Sécurité des écoliers : une initiative bénévole ignorée par le District et la Mairie

Publié le :

Dans la phase expérimentale, le président de l’Ong Guide écoliers explique que seuls l’OSER et la Préfecture de police de Yamoussoukro ont soutenu l’initiative. Peu après, le directeur des services techniques de la mairie a fait réaliser quelques passages pour piétons par ses collaborateurs. Kouamé Martin dit avoir fait asseoir son projet sans aucune aide multiforme. « La Préfecture de police est toujours à nos côtés. Elle nous demande de lui communiquer tout cas d’indiscipline d’usager de la route en prenant soin de relever le numéro d’immatriculation de tout engin dont le conducteur s’illustre de façon indisciplinée envers les guides écoliers et le lui transmettre afin que ses agents commis à la circulation interpellent le conducteur refusant d’obtempérer au signal des guides écoliers. Par ailleurs, elle dit être à notre écoute pour la formation toutes fois que nous voudrons étoffer le nombre de nos guides », indique-t-il.

Dans son ambition d’étendre l’opération à tous les quartiers de Yamoussoukro, M. Kouamé Martin révèle qu’il a écrit au district et à la mairie. « J’ai adressé du courrier au district et à la mairie. Suite à mon insistance, j’ai été reçu par des vice-gouverneurs pour le compte du district et par des adjoints au maire pour le compte de la mairie. Mais on m’a seulement dit, dans les deux structures que l’on fera remonter l’information à l’autorité compétente. J’ai beau multiplier les demandes d’audiences, elles sont restées sans suite. Mais j’apprendrai un peu plus tard que le Gouverneur croyait que c’était le maire l’initiateur, le maire croyait la même chose et vice versa », déplore-t-il. Tout en relevant que jamais il n’a été approché par qui que ce soit pour savoir qui il est, d’où il vient, etc.

Appréciations

Des parents d’élèves approchés ont bien voulu se prononcer sur la contribution de cette Ong. « C’est vous qui m’apprenez que c’est une Ong qui fait ce travail de très haute portée à la fois sécuritaire et sociale. Tous, nous remerciions qui, le district, qui, la mairie lorsque ces filles et garçons ont fait leur apparition sur la voie publique pour aider les enfants à traverser au moins quatre fois par jour en toute sécurité et sous le soleil et la pluie. Les chauffeurs de taxis, les conducteurs de motos et de tricycles sont de véritables dangers permanents pour les enfants, pour les adultes aussi qui traversent. Je n’oublie pas les véhicules personnels roulant à tombeau ouvert et dont les conducteurs prennent la fuite lorsqu’ils fauchent un piéton, laissant d’énormes soucis aux parents et proches des victimes. Il y a aussi les autocars interurbains qui traversent la ville à vive allure. Donc, je ne peux que tirer mon chapeau à cette Ong et souhaiter que les autorités locales, nationales et toutes personnes de bonne volonté lui apportent un soutien multiforme afin d’étendre l’expérience à toute la ville de Yamoussoukro si ce n’est déjà fait et par la suite à d’autres grandes villes du pays », a soutenu Yao N’guessan Daniel, parent d’élèves habitant du quartier résidentiel.

Pour dame Bi Tah Eugénie, agent de santé habitant le quartier Habitat, « voilà une initiative que devraient soutenir les fameux Coges. Il y va de la vie des enfants pour qui on cotise pour les Coges. Au lieu de faire des surfacturations pour des bricolages de portes, fenêtres de classes et autres clôtures, ils pourraient participer à la sécurisation des enfants sur la route de l’école en soutenant cette Ong. »

Yacouba Ouédraogo, commerçant de tissu au grand marché apprécie : « C’est une chose louable que les autorités doivent financer. Un point, un trait. » Enfin, Kouassi Germain, enseignant de son état, ne dit pas autre chose : « Nous parents sommes émerveillés devant la très belle initiative de l’Ong ‘’Guide écoliers’’ en faveur de nos enfants. Quand on a vu ces jeunes gens à l’œuvre, on a pensé que ce ne pouvait qu’être une initiative du district ou de la mairie. » Mais contrairement aux autres interrogés, M. Kouassi Germain fustige qu’une Ong se crée pour aider et non pour être aidée dans son fonctionnement. Cependant, ajoute-t-il, de bonnes volontés intéressées par ses actions peuvent spontanément lui apporter du soutien multiforme. Des écoliers du groupe scolaire Résidentiel ont salué et apprécié leur sécurisation qui, selon eux, leur permet d’échapper aux accidents mais aussi de traverser rapidement en sécurité, évitant ainsi des minutes de retard aux cours.

Pour les guides écoliers commis à la traversée à ce grand carrefour situé à une descente sur la voie menant au lycée scientifique, à la Préfecture de police, etc. où traversent des écoliers de ce groupe scolaire public, « c’est un réel plaisir d’aider des enfants de plus en plus petits, à traverser des rues de six voies où leur sécurité était précaire. Nous nous félicitons de ce que les automobilistes, même les « taximans »’, respectent nos injonctions. Par contre, quelques motocyclistes indisciplinés refusent de s’arrêter. Leurs engins n’ayant aucune immatriculation, ils s’en tirent toujours. Nous croisons les doigts pour qu’ils ne renversent pas un enfant sous nos yeux un jour. »

Quant au sous-directeur des Transports au district autonome de Yamoussoukro, Dibi N’guessan, il a avoué apprécier ce que fait l’Ong Guide écoliers et que Dieu voulant, l’aide peut être inscrite à un chapitre dans le cadre des subventions. Dans l’impossibilité d’avoir le maire, l’adjoint Yaoura Konan a déclaré : « Nous apprécions le travail de l’Ong Guide écoliers au profit des enfants de la commune et pour la tranquillité des parents. Je ne peux en dire plus. »

Le Préfet de police, le commissaire divisionnaire, Binaté Youssouf, avoue son admiration pour le travail qu’abat cette Ong. « Ce projet de sécurisation de traversées des enfants que déroule l’Ong Guide écoliers est une très bonne initiative. Depuis qu’elle déploie ses agents, nous n’avons pas entendu parler d’accidents majeurs impliquant un écolier ou un élève tentant de traverser la rue. C’est tout à l’honneur de cette Ong. Il faut saluer cela », s’est félicité le Préfet de police.

Le directeur régional des Transports (DR), Aboubakar Touré, ne cache pas sa satisfaction. « C’est tout simplement merveilleux et je souhaite que cela soit soutenu afin que l’expérience s’étende à d’autres villes du pays. » Des tentatives d’avoir une rencontre avec le préfet de région, préfet de Yamoussoukro sont restées vaines. Notons que le président Kouamé Martin reconnaît avoir reçu quelques aides lui permettant, aujourd’hui, d’intéresser les jeunes gens qu’il utilise dans le cadre de l’activité de son Ong ; ce qui retarde quelque peu la couverture totale de la ville de Yamoussoukro. M. Kouamé n’a pas voulu divulguer la source de cette aide. En tout état de cause, l’Ong Guides écoliers a nécessairement besoin de soutien pour la sécurité des écoliers.

Robert-Patrice Zouhou

Correspondant régional





publicité

FIL INFO

25 février 2021

Côte d’Ivoire .Ce mercredi 24 février 2021, 171 nouveaux cas de Covid-19 sur 3 735 échantillons prélevés soit 4,6 % de cas positifs, 128 guéris et 0 décès.

25 février 2021

Un groupe israélien mise sur un investissement de 2000 hectares de riz en Côte-d’Ivoire

25 février 2021

Droits de l’Homme : le Gabon reconnaît des insuffisances, mais promet de faire mieux

25 février 2021

RDC : l’ancien Premier ministre Nsinga Udjuu décédé à Kinshasa

25 février 2021

Presse: Suspendus, les journaux L’héritage et Le Bélier, proches du PDCI annoncent une grève de la faim



Fanico

Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive
Dr. Mehenou Amouzou 22 janvier 2021
La Nouvelle Afrique!
DR ISSA SANGARÉ YERESSO. 19 janvier 2021
La Côte d’Ivoire perdra le Zahouli de l’Unesco si...

publicité