publicité

Politique

Côte d’Ivoire. Si le président Ouattara n’avait pas été là…

Publié le :

Décembre 2020. Un mois après l’élection présidentielle, un nouveau soleil se lève sur notre beau pays, la Côte d’Ivoire. La vie reprend son cours normal après des heures de tumulte et d’agitation socio-politique qui ont failli propulser à nouveau le pays dans une nouvelle crise dont les conséquences auraient été certainement encore plus désastreuses qu’en 2010. C’est donc peu dire que d’affirmer que notre pays revient de loin. Et qu’il a survécu aux prévisions les plus alarmistes, aux scenarios les plus catastrophiques grâce à la maestria, au leadership d’un homme d’Etat hors du commun, le Président Alassane Ouattara, dont la sagesse, le pragmatisme, le sens de l’anticipation, le sang-froid, les qualités humaines exceptionnelles et le sens élevé de l’Etat ont été des atouts précieux dans la gestion de cette crise de laquelle le pays est en train de sortir.

Les événements que la Côte d’Ivoire vient de vivre nous démontrent à quel point nous avons eu raison de prier le Président Alassane Ouattara d’être notre candidat au titre du RHDP, après la disparition brutale et inattendue de notre regretté, l’ancien Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly.

Comment comprendre en effet que des gens qui s’étaient préparés à aller a des élections et qui se sont acquittés de la caution de 50 millions de Franc CFA exigés à tout candidat à la magistrature suprême puissent faire volte-face en inventant des artifices pour tenter de justifier leur refus d’aller aux urnes. Des montagnes d’obstacles ont été dressés sur le chemin des élections. Tout a été fait ou tenté pour faire barrage au scrutin. Des troncs d’arbres ont été coupés et jetés sur tous les tronçons pour empêcher la circulation ou l’accès à certains villages et localités. Des scènes de guérilla ont été observées dans d’autres localités avec des jeunes armés de gourdins, de machettes, de couteaux, de fusils calibre 12, etc. Des brigades de gendarmerie ont été vandalisées pour détruire le matériel de vote. Ailleurs, ce sont des cars de transport et des véhicules privés ou encore des domiciles privés qui ont été pris pour cible. La liste est longue, trop longue.

Que se serait-il passé si le Président Alassane Ouattara n’avait pas été là ?

Dans cette élection, c’est pratiquement toute la classe politique significative qui s’est liguée contre le RHDP et son candidat.

En effet, face au Président Alassane Ouattara, il s’est dressé Henri Konan Bédié du PDCI, Laurent Gbagbo du FPI-GOR, Affi N’Guessan du FPI-légal, Soro Guillaume du GPS, Mabri Toikeuse de l’UDPCI, Marcel Amon Tanoh, Gnamien Konan et un conglomérat de partis politiques. Mais pas seulement, puisqu’une partie de la société civile et d’ONG, des religieux et non des moindres ont tous levé le bouclier contre le RHDP et son candidat.

Plusieurs mois avant le scrutin, Soro Guillaume a sillonné des capitales européennes pour faire sonner le tocsin contre le régime. En Côte d’Ivoire des jeunes instrumentalisés ont été mis en mission pour assassiner la paix sur l’autel de certains intérêts égoïstes. Ils ont décrété le boycott actif des élections, la désobéissance civile. Et quand ils se sont rendus compte de leur échec, ils ont sorti leur joker, le CNT. Mal leur en prit, car ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase.

Que serait-il en effet advenu de notre pays si le Président Alassane Ouattara n’avait pas été là ?

Car faire face à une crise comme celle que nous venons de traverser sans succomber aux excès en termes de riposte, face à une opposition qui a planifié, organisé et exécuté froidement des actes de violence qui ont parfois été interprétés et qualifiés d’actes criminels par des communiqués officiels de la Communauté internationale relève d’une gageure. Si la Côte d’Ivoire est restée debout en dépit de la bourrasque, elle le doit d’abord et avant tout à un homme d’Etat prévenant, organisé, stratège, le Président Alassane Ouattara qui a réussi malgré les vents contraires qui se déchainaient contre le processus électoral à conduire son pays vers des élections qui ont été certifiées de « globalement satisfaisantes » par les observateurs internationaux. Il avait accepté malgré lui d’être candidat pour garantir la paix, la stabilité et poursuivre l’œuvre de développement. Pari réussi, mission accomplie avec brio.


C’est pourquoi il nous plait de rendre ici, un vibrant hommage au Président Alassane Ouattara, de lui exprimer toute notre gratitude et notre infinie reconnaissance. Car, ce qu’il a fait, il l’a d’abord fait par amour pour son pays. En décidant de s’engager sur notre insistance, le Président Alassane Ouattara voulait tout simplement manifester son attachement profond et son dévouement sans faille à sa chère patrie. Il faisait ainsi sienne la célèbre maxime chère à son père le Président Houphouët-Boigny qui déclarait qu’il n’y avait pas de sacrifice trop grand lorsqu’il s’agit de son pays, le Président Alassane Ouattara acceptera de répondre à l’appel du devoir.

Un regard dans le rétroviseur nous permet de comprendre la vie singulière et le parcours exceptionnel d’un homme que la providence a donné à la Côte d’Ivoire, pour écrire ses pages les plus glorieuses dans le droit fil de la grande épopée enclenchée par le père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny.

Sa riche carrière à l’international, son passage remarqué dans les institutions les plus prestigieuses comme la BCEAO et le FMI où il était en charge de la gestion du portefeuille de plus de 180 pays, l’ont soigneusement préparé et lui ont donné les atouts dont il se sert aujourd’hui pour gouverner avec bonheur et succès son pays, la Côte d’Ivoire.

Les Saintes Ecritures nous enseignent que l’on ne cueille pas de raisins sur des épines. Les faits nous ont démontré que ceux de ses prédécesseurs qui ne s’étaient pas ou qui n’ont pas été préparés à la gestion des affaires publiques ont échoué lorsqu’ils ont accédé à la magistrature suprême.

C’est Dieu qui établit les autorités à la tête des Nations nous rappellent encore les livres Saints. Après son bilan exceptionnel au terme de ses neuf années de gouvernance, le Président Alassane Ouattara avait effectivement désiré prendre sa retraite politique et se consacrer à une autre passion. Mais, il faut admettre que le destin ne lui a guère laisser le choix. Parce qu’incontestablement sa mission à la tête de ce pays n’est pas encore achevée. L’homme propose et Dieu dispose dit l’adage. Dieu aime la Côte d’Ivoire et il souhaite que la Côte d’Ivoire reste entre de bonnes mains, pour poursuivre sa marche harmonieuse et irréversible vers le développement économique et social.


Comme le Président Houphouët-Boigny, le Président Alassane Ouattara est doté d’une aura et d’un leadership exceptionnels. Homme de vision, il s’est révélé au monde comme un bâtisseur remarquable qui a ressuscité les grands travaux d’infrastructures et reconcilié la Côte d’Ivoire avec sa grandeur et sa notoriété d’antan. Le Président Alassane Ouattara est aussi un bâtisseur de paix qui a toujours œuvré au rassemblement entre les Ivoiriens de toutes les origines, d’où la création du RHDP. C’est en outre un homme politique qui ne se lasse pas de tendre la main à ses opposants pour les inviter au dialogue. Et surtout les convaincre de ne jamais emprunter le chemin de la violence politique.

Le Président Alassane Ouattara est un homme de paix, un serviteur de la paix, un disciple du grand apôtre de la paix, le Président Félix Houphouët-Boigny.

Que serait-il advenu de notre pays bien aimé si le Président Alassane Ouattara n'avait pas été là ?

En notre qualité de Porte-Parole Principal du RHDP, nous voudrions à travers cette modeste contribution rendre un hommage appuyé à un chef, un grand chef, un guide et un visionnaire dont le leadership exceptionnel aura permis à notre pays d'éviter un nouveau naufrage planifié.

LE MINISTRE KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI

PORTE-PAROLE PRINCIPAL DU RHDP









publicité

FIL INFO

4 décembre 2021

Un employé de l’Onu tué au Mali lors de l’attaque d’un convoi

4 décembre 2021

RDC.Reddition des comptes 2020 : la Présidence, le gouvernement et le Parlement font des dépassements budgétaires "criants"

4 décembre 2021

Côte d'Ivoire. Ce vendredi 3 décembre 2021, 19 nouveaux cas de Covid-19 sur 2 431 échantillons prélevés soit 0,8 % de cas positifs, 17 guéris et 0 décès.

4 décembre 2021

Organisation mondiale du tourisme : La Côte d'Ivoire préside le Conseil exécutif pour les 12 prochains mois !

4 décembre 2021

Brésil : Jair Bolsonaro visé par une enquête pour des fake news



Fanico

Mandiaye Gaye 18 novembre 2021
L’Afrique, notamment son unité, est sacrifiée par certains de ses dirigeants.
Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?

publicité