publicité

Internationale

Guinée : vague d'arrestations d'opposants après la réélection d'Alpha Condé…

Publié le :

Ibrahima Chérif Bah, l'un des vice-présidents du parti a été arrêté

Au lendemain de la réélection contestée d'Alpha Condé à un troisième mandat en Guinée, l'exécutif guinéen a mis en branle la machine judiciaire qui a engagé une série de poursuites visant principalement des responsables de l'Union des forces démocratiques de Guinée, de l'opposant Cellou Dalein Diallo, arrivé 2ème du scrutin du 18 octobre.

Ce mercredi 11 novembre, Ibrahima Chérif Bah, l'un des vice-présidents du parti a été arrêté en milieu de journée, par des hommes encagoulés lourdement armés. La veille de cette arrestation, le procureur de la République près le tribunal de première de Dixinn, Sidy Souleymane Ndiaye, annonçait que des mandats d'arrêts sont émis contre plusieurs figures de l'opposition, accusés d'avoir tenus des propos de nature à "troubler la sécurité et l'ordre public".

Ce haut responsable du principal parti d'opposition a été conduit à la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ), où il a été entendu sur Procès-verbal, pendant de longues heures. Cellou Dalein Diallo, le leader de l'UFDG, qui rejette les résultats de l'élection présidentielle, a dénoncé une entreprise du pouvoir, visant à décapiter son parti. L'ancien premier ministre, considère cette arrestation comme une déclaration de guerre. Il se réserve le droit de réagir par des actions à la hauteur de l’affront.

"Suite au communiqué du Procureur en date du 10 novembre, Chérif Bah, Vice-Président de l’UFDG, a été kidnappé très tôt ce matin et conduit vers une destination inconnue. L’UFDG considère l’arrestation arbitraire de ses dirigeants comme une déclaration de guerre et se réserve le droit de réagir par des actions à la hauteur de l’affront”, a-t-il martelé dans une courte déclaration dans la journée.

Alpha Condé, 82 ans, a été élu de manière controversée, à un nouveau mandat de six ans. Samedi dernier, jour de la confirmation de sa victoire par la Cour Constitutionnelle, il a promis de "restaurer l'autorité de l'Etat". Près 400 arrestations ont été enregistrées à travers le pays, suite aux violences postélectorales qui ont fait une vingtaine de morts selon le Gouvernement, près de 50 victimes, rétorque l'opposition. Plusieurs opposants activement recherchés par la justice ont décidé de se rendre ce jeudi 12 novembre 2020. C'est le cas de Ousmane Gaoual Diallo, responsable de la communication de l'UFDG.

Sékou Koundouno, l'un des coordinateurs du FNDC (front national pour la défense de la Constitution), une coalition hétéroclite d'opposants qui lutte contre le troisième mandat, a échappé de justesse à une arrestation musclée, dans la matinée de mercredi. Des hommes lourdement armés ont débarqué chez lui, le ratant de justesse.

Cette opération de "chasse à l'homme" déclenchée par la justice contre des opposants suscite une levée de bouclier, au sein de la classe politique. Dans une déclaration, le FNDC a dénoncé une campagne d'intimidation qui ne saurait prospérée, alors que l'UFR (union des forces républicaines), parti de l'ancien premier Sidya Touré (dont le passeport est confisqué depuis la veille du scrutin du 18 octobre), demande la libération et l’abandon des poursuites contre les personnes visées.



De notre correspondant à Conakry , Ben Ismaël






publicité

FIL INFO

3 décembre 2020

Côte d’Ivoire.Ce mercredi 2 décembre 2020, 27 nouveaux cas de Covid-19 sur 1115 échantillons prélevés soit 2,4% de cas positifs, 29 guéris et 0 décès.

3 décembre 2020

Bons covid-19: La Côte-d’Ivoire lève 202 milliards de fcfa sur le marché UMOA

3 décembre 2020

Sénégal.Covid-19 : 1 décès, 44 tests positifs et 7 patients en réanimation

3 décembre 2020

Iran : Biden veut rejoindre l’accord nucléaire avant toute nouvelle négociation

3 décembre 2020

Justice : Yodé et Siro devant le procureur de la République jeudi



Fanico

Mandiaye Gaye 2 décembre 2020
Halte aux multiples dérives dans le pays
Yao Noël 16 novembre 2020
Le Forum des Houphouetistes appelle tous les acteurs politiques à l’apaisement
Koné Seydou 14 novembre 2020
Côte d’Ivoire : la mauvaise lecture politique des médias occidentaux
AKO Essan Emile 5 novembre 2020
Et si Houphouët-Boigny n’était pas l’homme de paix que l’on a voulu nous faire croire ?

publicité