publicité

Fanico

Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple

Publié le :

Certaines personnes, par une sorte de perte du sens du réel, pensent pouvoir mettre en équation, leurs intérêts personnels, avec ceux de la Nation, en pensant que celle-ci, soutiendra les leurs au détriment des siens. Pour s'impliquer dans des actes de désobéissance civile, les Ivoiriens doivent non seulement être convaincus du bien fondé des causes défendues, mais évaluer objectivement les risques que cette entreprise fait peser sur leur avenir, leur vie, leurs biens, la paix, la sécurité et le développement du pays . Ensuite, ils doivent être déterminés à assumer les conséquences légales de leurs actes, jusqu’à l’emprisonnement ou la mort, si le mouvement devait dégénérer comme cela est hautement prédictible. Dès lors, les motivations doivent être profondes, réelles et suffisantes, bien au-delà des allégations de convenance et de propagande d'une oligarchie politique mutante au gré de ses intérêts et lourdement compromise dans l'histoire politique du pays (division, violence, corruption, exclusion, despotisme, etc...). Pire, cette dernière n'offre aucune perspective de changement et aucune alternative crédible, porteuses d'espoir.

Les conditions d'élaboration de cette décision, ne remplissent pas les réquisits d'un débat public pouvant susciter au mouvement, une vocation collective.

Un débat national aurait du le précéder pour alerter et sensibiliser la conscience citoyenne. La violence des institutions, de l'injustice, des inégalités, de l'arbitraire, du processus électoral, de la pauvreté, des pratiques abusives et du mode de gouvernance, n'ont pas été démontré pour permettre au peuple de rentrer massivement en résistance. Or, ici nous sommes dans le domaine du vécu et non du discours, il s'agit pour ce peuple de ressentir intimement et personnellement cette violence, dans sa vie quotidienne. C'est peut-être le contraire qu'il vit, au regard de la stabilité, de la sécurité, de la paix, du progrès social, des conditions matérielles d'existence qu'il connaît enfin depuis une décennie. A cela s'ajoute son refus de revivre un conflit socio-politique, pouvant se prolonger par des armes, quand il sait d’avance les habitudes et la capacité de nuisance des initiateurs de cette action. Dès lors, les initiateurs de cette action n'ont rien en commun à partager avec le peuple, ni indignation, ni intérêts. Car la limitation de mandats, est un principe d'éthique politique, qui restreint le droit souverain du peuple de désigner librement les dirigeants de son choix. Ce n'est ni une garantie d'un avenir meilleur, ni un critère d’efficacité, ni la démonstration d'une violence envers le peuple.

Une minorité n’a absolument aucun pouvoir aussi longtemps qu’elle est en désaccord avec les aspirations profondes de la majorité et la réalité sensible du terrain et du vécu du peuple. Le refus de la candidature du Président Guillaume SORO relève d’un problème personnel qu’il a avec la justice et au plus d’un règlement de comptes entre politiciens. Le Président GBAGBO n’a pas fait acte de candidature, pour marquer un quelconque intérêt de sa part à l’élection de 2020. Le Président BEDIE n'incarne pas l'avenir de ce pays, c'est plutôt le contraire. Les autres candidats souffrent les uns d’un déficit de représentativité, les autres d’un déficit de sérieux.

Pierre Soumarey




publicité

FIL INFO

28 octobre 2020

Côte d’Ivoire :Ce mardi 27 octobre 2020, 2 nouveaux cas de Covid-19 sur 336 échantillons prélevés soit 0,6 % de cas positifs, 17 guéris et 0 décès

28 octobre 2020

Côte-d’Ivoire: Ouattara ne sera « pas candidat en 2025 », il souhaite « rencontrer Bédié le jour qu’il voudra »

28 octobre 2020

FC Barcelone: Le président Josep Maria Bartomeu démissionne

28 octobre 2020

Cameroun - Infrastructures routières: 1,7 milliard de FCFA pour la réfection de l’axe Yaoundé-Douala

28 octobre 2020

Guiglo: La cellule civilo-militaire, la préfecture et le PNUD sensibilisent les populations à la cohésion sociale



Fanico

Marie Paule Ackah 12 octobre 2020
Côte d’Ivoire :Qui est donc Marcel Amon Tanoh ?
Pierre Soumarey 22 septembre 2020
Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple
Robert-Patrice Zouhou 21 septembre 2020
Mon rêve pour une Côte d’Ivoire réconciliée
Dr. Issa Sangare Yeresso 15 septembre 2020
La politique : Quel sport Machiavélique ?

publicité