publicité

Fanico

Fascinant Tidjane Thiam !

Publié le :

J'ai eu le plaisir de visionner la vidéo de la récente interview de M. Tidjane Thiam sur TV5 Monde. En face de l'illustre banquier, Denise Époté D. Une figure respectable de la télé. Que retenir de cet entretien qui suscite tant de commentaires alentour ?

Je confesse que c'est vraiment la première fois que je prête attention soutenue aux rares sorties médiatiques de M. Thiam. Le climat thématique de l'interview suffit à expliquer cette attention : les prémices de la crise électorale (pré électorale et postélectorale) qui menace notre pays.

De multiples facettes (que j'ignorais) de l'homme me sont apparu au cours de cette émission : une agréable capacité d'élocution, de la sobriété dans le geste, une remarquable tenue face à l'écran (dos presque droit), un timbre vocal délicieux qui force l'attention auditive, etc. Enfin, une démarche discursive structurée et convaincante. En 12mn, M. Tidjane Thiam a adroitement campé le climat social et politique ivoirien : c'est un pays en danger, une poudrière qui n'attend plus que d'exploser. Et le plus remarquable est qu'il le dit sans verser dans le catastrophisme des Cassandre qui prospèrent dans le langage des militants hystériques.

Thiam ne culpabilise ni n'indexe personne. Il désigne plutôt adroitement le mal : un mandat visiblement conflictuel car fortement contesté et ayant déjà occasionné des morts. La solution tombe sous le coup du bon sens : retirer de notre environnement social et mental tout ce qui divise car oui, nous sommes en quête d'union et d'unité et non de division. Le propos est dit avec une remarquable sagesse...

[SENTIMENTAL ET RASSURANT]

M. Tidjane Thiam sait jouer aussi sur le registre du sentimental : il manque ainsi d'écraser une larme quand il évoque la mort de ce jeune garçon de 18 ans qui a été récemment tué lors des manifestations contre le mandat conflictuel. La séquence est brève ; mais la voix, la sienne, enrouée d'émotion sincère nous touche - sur le plateau, Denise Époté semble même ressentir la douleur qui étreint son interlocuteur. Le message est donc passé. Dans la brève fulgurance d'un court-circuit émotionnel savamment construit : oui, Tidjane Thiam est un homme très sensible aux malheurs qui frappent les autres. C'est un homme attentionné et chargé d'indéniables qualités humaines !

On retiendra aussi de cette prestation, l'image d'un homme profondément attaché aux idéaux qui ont borné son enfance et forgé son caractère : la paix, le respect de la vie humaine, la qualité de la parole bonne et belle ; celle-la qui socialise et non qui déstabilise...

En quelques mots subtiles, sans narcissisme aucun, M. Tidjane Thiam nous a donné une petite idée de son spectre d'audience et d'influence : l'interview laisse percevoir que les appels de puissantes structures internationales (l'union européenne, Amnesty internationale...) au calme, et à l'endroit de la haute Autorité ivoirienne, sont de son fait. C'est l'aboutissement de démarches personnelles qui signent l'audience internationale dont il bénéficie. C'est une information "chaudement rafraîchissante" - pour emprunter à mon ami Aimé Apia Kabran cette troublante et séduisante image !

Ne nous y méprenons plus : c'est à un homme déterminé à prendre part à la construction de son pays que nous avons affaire désormais. Tidjane Thiam nous alerte ainsi de son engagement à s'impliquer dans la résolution de notre crise ; ce vaste inconfort social qui dure, perdure ; cette longue épouvante qui parasite le quotidien de ce peuple naguère si quiet et si calme.

ENGAGEMENT CITOYEN ET POLITIQUE

Fort de cette posture nouvelle (et visiblement très attendue de nombreux Ivoiriens), Tidjane Thiam s'autorise alors à parler d'élections inclusives, transparentes, démocratiques, avec tout ce que cela suppose de souhaits et d'exigences ; notamment la garantie des libertés citoyennes, la libération de la parole politique. C'est une prise de position politique subtilement déclarée. C'est un acte citoyen fort. Mais c'est surtout la première Parole forte d'une voix chargée de promesses et de sagesse dans le tumulte de ce véritable marché gouro qu'est devenu l'espace sociopolitique ivoirien.

J'avoue que j'ai eu du plaisir à écouter cet homme. Et je peux, dès lors, m'autoriser à dire : "Non, tout n'est pas encore perdu pour notre pays". Et, plus qu'une voix audible à écouter attentivement, Tidjane Thiam s'est affirmé ici, à mon sens, comme une voie rassurante à emprunter. Oui, il y a encore des sages dans notre village ; des hommes de raison et de modération pour faire reculer le spectre de la folie qui plane dans le ciel de ce pays et sème inquiétude et épouvante. Merci M. Tidjane Thiam, pour nous avoir servi ce joli morceau de rêve. Notre pays en avait vraiment besoin.

Tiburce Koffi.

Écrivain, enseignant.




publicité

FIL INFO

23 septembre 2020

Côte d'Ivoire :Ce mardi 22 septembre 2020, 16 nouveaux cas de Covid-19 sur 546 échantillons prélevés soit 2,9% de cas positifs, 52 guéris et 0 décès

23 septembre 2020

Le petit pèlerinage musulman, la Omra, va progressivement reprendre à partir du 4 octobre avec une limite de 6000 personnes

23 septembre 2020

Covid-19 : Trump promet des vaccins pour tous les Américains d’ici avril

23 septembre 2020

RDC : « On peut obtenir beaucoup mieux par la paix » (Leila Zerrougui)

23 septembre 2020

La Côte d’Ivoire projette une transformation à 100% de son cacao d’ici 2025 (Alassane Ouattara)

23 septembre 2020

Twitter enquête sur les préjugés raciaux dans les prévisualisations d'images



Fanico

Pierre Soumarey 22 septembre 2020
Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple
Robert-Patrice Zouhou 21 septembre 2020
Mon rêve pour une Côte d’Ivoire réconciliée
Dr. Issa Sangare Yeresso 15 septembre 2020
La politique : Quel sport Machiavélique ?
Adi Isac 4 septembre 2020
Hélas la Côte d’Ivoire ne vaincra pas une fois de plus son "signe indien

publicité