publicité

Sport

Côte d'Ivoire : Lettre ouverte à Assalé Tiémoko maire de Tiassalé.

Publié le :

Cher aîné,

Pour cerner la pertinence d'une élection comme celle du président de la FIF, il faudra porter le questionnement au cœur des enjeux de cette élection et non au cœur de ce qui vous paraît comme étant la face visible de l'iceberg. Je dis bien visible et je pèse mes mots. Votre posture interpelle notre intelligence. Pourquoi?

Cher aîné, excuse moi car je serai aussi long comme toi. Et tout le long de ma réflexion, je vais te tutoyer, car un aîné ne se vouvoie pas dans mon entendement.

Cher aîné, excuse moi si j'utilise également le même canal que toi pour m'exprimer sur le débat qui agite le monde du football ivoirien depuis quelques mois et apporter mon point de vue sur ton post intitulé " C'est moi ou le gourdin". Je t'ai lu de bout en bout. Avec beaucoup le recul nécessaire et je t'ai compris. J'ai compris ton choix et ta position. Par moment, je me suis posé cette question en te lisant: qui écrit? Est-ce le journaliste, l'homme politique, un employé de la FIF, ou le citoyen lambda. Mais en réalité, tu étais ces quatres personnes à la fois. Comme si nous étions dans la religion égyptienne où il n'était point question de polythéisme mais de monothéisme à faciès; tellement tu as réuni en toi ces quatres personnages.

Grand frère, j ai beaucoup aimé ces mots que tu as écrits juste après le titre de ton texte: "au delà des émotions, des faits". J'aime bien également ces mots: "les faits". Tu es journaliste et tu le nous dis constamment. Abusivement par moment, et c'est ce qui fait la particularité de nos métiers. Moi historien, ce sont les faits contenus dans les sources qui demeurent la base de notre réflexion. Mais dans le métier d'historien, bien que nous travaillons sur les faits passés et tenons compte de la chronologie, il faut savoir que les faits ne sont pas sacrés et les commentaires ne sont pas libres. Nous passons les faits sous le prisme de la critique, nous les analysons et les interprétons. Les faits historiques n'établisssent pas la vérité historique. Il y a donc là, un travail préalable à faire. Mais force est de constater que nous avons en commune la méthode d'enquête. Grand frère, ceci pour dire que ce qui suit, n'est pas le fruit de mon imagination ni de mes sentiments. Mais une analyse rigoureuse de ce que tu as écrit dans ton texte en tenant compte du contexte général de l'élection à la présidence de la FIF.

Cher aîné, en tenant compte de la structuration de ton argumentaire, trois grands axes se dégagent.

1-Dans le premier, tu dénonces avec véhémence les méthodes de la FIFA. Surtout son implication dans le processus électoral de la FIF. Tu la juges inadmissible et nous rapetissant.

2-Le second, pointe du doigt Didier Drogba comme étant celui qui manipule la FIFA afin qu'elle prenne des décisions qui outre-passent ses prérogatives. Un abus d'autorité en quelque sorte.

3-Dans le troisième axe, tu en appelles à la conscience collective africaine pour faire barrage à ceux qui veulent écraser nos institutions.

Voilà ainsi résumé la quintessence de ta réflexion.

Grand frère, examinons point par point ta pensée. Je m'efforcerai à rester dans l'esprit et la lettre de ton post intitulé " C'est moi ou le gourdin"

1-De la méthode de la FIFA

Cher aîné, vous dénoncez trois choses importantes ici. Le premier c'est la célérité avec laquelle la FIFA a fait injonction à la FIF de suspendre le processus électoral. Seulement quelques heures après la fin des travaux de la commission électorale. Tu fais remarquer que la FIF dispose de 48h. La base argumentaire demeure l'interview de Eugène Diomandé, coordinateur de la campagne de Didier Drogba. Là, tu ne dis pas si monsieur Sam Etiassé avait déjà remis ou non le résultat des travaux de la commission électorale à la FIFA. Tu restes muet sciemment sur la question. Si tel est le cas la FIFA qui a le droit d'évaluer le processus électoral. Elle a pleinement raison d'agir ainsi. La commission électorale ayant fini son travail depuis le mercredi 26 août. Et les résultats transmis au différents candidats. La FIFA ne l'a pas fait avant la publication des résultats. Mais après. Tu avances plus loin que la FIFA a été induite en erreur par monsieur "on dit " en faisant référence à Eugène Diomandé. En d'autres termes, le texte de la FIFA a été écrit de façon précipitée avec des mots ( d'aucuns disent) vides de sens. Non tu te trompes cher aîné le " on dit" que tu utilises dans ton texte pour montrer la légèreté de la FIFA est bien différent du " d'aucuns disent" mentionné dans le courrier de la FIFA. Le "on" pronom indéfini neutre désigne dans ce cas un sujet indéterminée parce qu'il est inconnu du locuteur il n'a pas un sens positif. Alors que, "d'aucuns" à un sens positif et signifie quelque uns, certains ou plusieurs. Ici " d'aucuns disent" nous renvoie à une connotation critique et non péjorative, vide de sens. Ici, en général, l'auteur ne partage pas entièrement l'avis des personnes concernées.

Cher aîné, peut être tu ne le sais pas encore mais Idriss Yacine Diallo a également saisi la FIFA contre Sory Diabaté. C'est tout de même intrigant cette donne. Sory est membre du comité exécutif de la FIF et son mentor est président de la fédération ivoirienne de football. Je t'épargne toute la titulature de Sory Diabaté au sein de la fédération ivoirienne de football car il en a sept, tu dois le savoir. On ne peut être candidat et être à son poste de vice-président de la fédération ivoirienne de football. Ça pose un problème d'éthique. Mais tu ne dis rien la dessus cher aîné. Les clubs qui sont avec Didier Drogba ont également exprimés leurs inquiétudes face à un processus électoral qui, à l'origine, portait en son sein les germes de ses propres contradictions. Pour ainsi dire que le "on dit" que tu utilises ici n'est pas approprié car l'on ne peut établir une correspondance entre ce mot et " d'aucuns disent". Plus bas tu dis que René Diby n'a pas été élu il a été proposé par le bureau exécutif à l'assemblée générale qui l'a entériné par un vote. Le hic ici est que Diby tire sa légitimité de l'Assemblée générale. Qui l'a approuvé mais par vote. L'Assemblée générale pouvait le rejeter par vote également. Dis moi cher aîné quand on approuve quelqu'un par vote qu'à t-on fait? On l'a voté ou pas? Il faudra lever cette contradiction la. Mais en la matière, le cas ivoirien n'est pas singulier. La FIFA a son mode opératoire et de nombreuses fédérations ont été épinglées par la faîtière.

Cher aîné, ici, vous ne faites aucune allusion aux recommandations de la FIFA contenues dans le précédent courrier. Aucune. En tant que journaliste d'investigation as tu approché l'équipe de Didier Drogba pour cerner leurs sources sur la question. Pour rappel Didier Drogba a bien des clubs avec lui. Quel est la position de ces clubs la? Et quels rôle jouent ils dans le dossier Didier Drogba auprès de la FIFA ? Tu n'apportes aucune réponse dans ton texte sur ces questions. As tu approché également la FIFA pour comprendre ce qui se passe. Non, pas du tout. Tes sources demeurent la fédération ivoirienne de football. Un seul regard sur le drame du football ivoirien. Tes sources sont lacunaires. Elles ne sont pas représentatives de l'ensemble des acteurs de cette crise. Et la suite de tes écrits qui ouvrent le deuxième axe de ton intervention le dit clairement également.

2-Didier Drogba l'instigateur principal des agissements de la FIFA.

Grand frère, votre post est parsemé d'accusation et le coupable tout désigné est bien Didier Drogba. L'interview de Eugène Marie Diomandé à RFI et tes sources à la fédération ivoirienne de football le confirment. Mais ce qui me gène à ce niveau, c'est le fait que tu n'élèves pas le niveau du débat. Pourquoi ? Autant tu dis que l'équipe de Didier Drogba à travers l'interview de Eugène Marie Diomandé met en cause la qualité des membres de la commission électorale, qui sont des intellectuels avérés autant tu refuses de reconnaître également la compétences des intellectuels accomplis qui sont à la FIFA. Pire tu les taxes de corrompus. Qu'elle contradiction? Tu dis que Didier Drogba influence la FIFA qui prend des décisions orientées dans cette affaire et tu restes évasif sur le mode d'obtention des parrainages de certains candidats surtout de Sory Diabaté ( le cas des arbitres). Qui influençait l'association des arbitres ? Qui a empêché Gouamené à décider du vote des anciens footballeurs? Qui? La mémoire est par essence évanescente. Un rappel est souvent nécessaire. Surtout lorsqu'on est journaliste. La question du recours ne peut s'apprécier que lorsque les conditions du choix des candidats autorisés à competir sont conformes aux recommandations de la FIFA. C'est à la FIFA de l'apprécier car c'est elle qui a réhabilité la commission électorale qui avait été suspendue par le comité de crise de la FIF. C'est une question de bon sens. Comment veux tu que Didier Drogba aille à la commission de recours alors qu'au sein de la commission électorale il y a eu des problèmes ? Là, grand frère Assalé Tiémoko tu devrais te départir de ta casquette "d'agent" au service de la FIF pour vêtir ton manteau de journaliste professionnel pour mieux apprécier ce qui se joue. Le cas du président de la fédération Française de Football ne peut être l'exemple, en ce sens que, la commission électorale n'a pas encore désigné les candidats qui vont compétir. C'est bien après cela que la campagne s'ouvre. Mais comme tu sais bien que la candidature de Sory Diabaté ne peut faire l'objet d'aucun doute alors, tu nous le présente de façon voilée comme un modèle. Pour toi, c'est bien l'équipe de Didier Drogba qui fait que l'opinion présente les dirigeants actuels de notre football comme des corrompus, la " marmaille". Je t'emprunte ce mot. Là encore, tu te trompes grand frère. Parlant de faits puisque tu nous le dis constamment dans le texte, les problèmes des primes des éléphants cadets et juniors. Les primes des footballeuses, le bilan financier de cette fédération qui laisse une dette qui s'élève à près de six milliards de nos francs, avec plus de deux milliards de dettes injustifiées a fini par soulever la lire de certains dirigeants de notre football. D'où la naissance du GX. Je pense que la masse est suffisamment mature pour savoir ce qui se passe dans notre football. Ce n'est rien d'autre qu'une injure à leur capacité de réflexion. C'est une injure que de voir la manipulation partout. Surtout au sein de la masse qui soutien Didier Drogba.

3-Dans le troisième axe tu en appelles à la conscience collective africaine pour faire barrage à ceux qui veulent écraser nos institutions, surtout les européens.

Cher aîné, j ai bien aimé cette partie de ton texte. J'ai compris ton patriotisme et ton panafricanisme avant l'heure. Je dis bien patriotisme et panafricanisme. Surtout le second terme qui est bien souvent galvaudé. Mais présenter les choses ainsi n'augure rien de bon dans la gestion de la chose publique. Tu nous dis ici que la FIF n'est pas l'institution la plus corrompue au monde et que la FIFA n'était pas mieux placée pour qu'elle fasse des recommandations à la FIF car corrompu, que Infantino est sous le coup d'une procédure judiciaire. En étalant ses arguments pour justifier la corruption à la fédération ivoirienne de football, j'ai compris qu'il y'a encore beaucoup à faire. Le chemin est long. Comment justifier l'injustifiable. Faire de la norme ce qui n'est pas la norme. Grand frère, est-ce parce que nos États sont reconnus comme des États où sévie la corruption que le ministère de l'intérieur ne doit pas combattre la corruption au sein de nos mairies? Je m'interroge.

Grand frère tu parles de respect de nos institutions je veux bien mais en réalité, nos institutions se font ils respecter du dedans? Une élection se gagne avec honnêteté. C'est parce-qu'il y a eu la transparence dans le processus électoral que tu es maire de Tiassalé aujourd'hui. A Bassam, au plateau et à Port Bouët les candidats malheurs n'ont pas le même regard que toi sur le processus électoral. J'ai cru qu'avec les nouveaux dirigeants que tu es les choses allaient changer et on allait privilégier l'intérêt général au détriment de l'intérêt égoïste des individus. Hélas mille fois hélas. Dans un pays où la pensée est rationnelle ni Sidi Diallo, ni Sory Diabaté, ni Idriss Diallo ne seraient candidats. Leur gestion collégiale de la fédération avec Sidi Diallo président a établi leur échec. Une nation ne se construit pas avec ceux qui ont échoué. Mais je te comprends tu traites cette élection à la FIF de " une simple élection". Tu la banalises à la limite. Ce n'est pas notre posture. Le football est un sport de masse. Je t'invite à lire sur la question la thèse de Coulibaly Lanciné sur l'histoire du football en Côte d'Ivoire de 1920 à 1999 pour mieux comprendre ce qui se joue.

Tu termines ton texte par ceci " Le fils de Dieu n'aura pas besoin d'être maire à Tiassalé, avant d'aider la population de Tiassalé." C'est avec le sourire au coin que je l'ai lu car pour un journaliste d'investigation que tu es ce passage n'était pas nécessaire. Tu as déjà les éléments de réponses ou tu feins de ne rien avoir. Visite Attécoubé. Là, se dresse majestueusement une œuvre de Didier Drogba. Et dans le football il en a fait.

Bon début de semaine à toi cher aîné.

Dr Coulibaly Dognima

Historien moderniste




publicité

FIL INFO

3 décembre 2020

Côte d’Ivoire.Ce mercredi 2 décembre 2020, 27 nouveaux cas de Covid-19 sur 1115 échantillons prélevés soit 2,4% de cas positifs, 29 guéris et 0 décès.

3 décembre 2020

Bons covid-19: La Côte-d’Ivoire lève 202 milliards de fcfa sur le marché UMOA

3 décembre 2020

Sénégal.Covid-19 : 1 décès, 44 tests positifs et 7 patients en réanimation

3 décembre 2020

Iran : Biden veut rejoindre l’accord nucléaire avant toute nouvelle négociation

3 décembre 2020

Justice : Yodé et Siro devant le procureur de la République jeudi



Fanico

Mandiaye Gaye 2 décembre 2020
Halte aux multiples dérives dans le pays
Yao Noël 16 novembre 2020
Le Forum des Houphouetistes appelle tous les acteurs politiques à l’apaisement
Koné Seydou 14 novembre 2020
Côte d’Ivoire : la mauvaise lecture politique des médias occidentaux
AKO Essan Emile 5 novembre 2020
Et si Houphouët-Boigny n’était pas l’homme de paix que l’on a voulu nous faire croire ?

publicité