publicité

Economie

Réformes monétaire : quand la Covid 19 plombe la naissance de l’Eco

Publié le :

Ceux qui s’attendaient à l’avènement de l’éco Uemoa (Union économique et monétaire Ouest africain) le 1er juillet 2020 doivent encore patienter. En effet, contrairement à ce qui avait été annoncé, le franc CFA continue d’être la monnaie des pays de cette union, et ce probablement pour un bon moment.

Ainsi, malgré les annonces en grande pompe, rien n’a changé. Pourtant, le 20 mai dernier, la France avait donné un coup de pouce à la mort du franc CFA, en renonçant au dépôt auprès du Trésor français de la moitié des réserves de change de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et en se retirant des instances de gouvernance de la banque ouest-africaine.

Avec cet acte, les symboles caractéristiques du contrôle de la monnaie par la France ont été supprimés. C'est déjà un acquis.

Toutefois, pour le reste, c’est le statu quo. Il faut dire que les pays de l’Uemoa, notamment la Côte d’Ivoire et le Sénégal ne sont pas pressés à abandonner le franc CFA, synonyme de stabilité monétaire et qui leur offre aussi une convertibilité grâce à la garantie offerte par la France. Ces pays, habitués à des niveaux d’inflations bas, craignent ainsi de se retrouver dans des situations similaires à celles d’autres pays de la région.

En clair, la réforme tant souhaitée du franc CFA reste plus que partielle, ne touchant que certains symboles de la françafrique qu’il représente.

Il faut dire que l’échec de ce lancement de l’éco était attendu. D’abord, la décision des pays de l’Uemoa de renommer unilatéralement le franc CFA en éco est loin de faire l’unanimité au sein des pays de la CEDEAO.

«J’ai l’impression que la zone Uemoa souhaite adopter l’éco en remplacement de son franc CFA avant les Etats membres de la CDEAO. Il est préoccupant que ceux avec qui nous souhaitons entrer dans une union fassent des pas importants sans nous faire confiance pour en discuter», a soutenu le Président nigérian Muhammadu Buhari dont le pays pèse autour de 70% du PIB de la CDEAO, à la veille de la date choisie pour l’entrée en vigueur de l’éco Uemoa avant d’avertir «Nous devons procéder avec prudence et nous conformer au processus convenu pour atteindre notre objectif collectif, tout en nous traitant mutuellement avec le plus grand respect. Sans cela, nos ambitions pour une Union monétaire stratégique en tant que bloc de la CDEAO pourraient très bien être gravement compromises».

Si le président Buhari est catégorique, sa position est aussi partagée par certains dirigeants de la Zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), qui inclut le Nigeria, le Ghana, la Gambie, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Ainsi, le Président guinéen Alpha Condé a lui aussi souligné, lors d’une visio-conférence avec ces dirigeants, qu’en « aucun cas la Guinée ne saurait adhérer à une zone monétaire sans les 15 Etats de la CDEAO».

Il faut préciser que l’éco est le nom de la monnaie unique choisie pour les 15 pays de la CDEAO.

Mais sur le plan réglementaire, les pays de l’Uemoa sont loin de respecter les critères de convergence devant précéder l’entrée en vigueur de l’éco: un déficit inférieur à 3% du PIB, un taux d’endettement de moins de 70%, une inflation sous les 10%… même s’ils en sont globalement plus proches que ceux de la ZMAO.

En effet, des 15 pays de la CDEAO, seul le Togo avait rempli tous les critères de convergence pour aller vers la monnaie unique en 2019. Or, pour intégrer la monnaie unique, les pays qui veulent intégrer la zone éco doivent respecter les critères de convergences durant trois années successives. Ce qui n’est le cas d’aucun pays de la région actuellement.

Par ailleurs, on voit très mal un lancement de l’éco avec des billets de banque et des pièces de monnaie au profit uniquement des pays de l’Uemoa, alors que les structures monétaires ne sont pas mises en place.

Bref, tout indiquait que ce lancement de l’éco n’était pas réalisable le 1er juillet 2020. Même le Président Alassane Ouattara avait fini par souligner qu’il était impossible. «Quand l’Europe a décidé de mettre en place l’euro, la décision a été prise, mais il a fallu 3 ans pour que ça se matérialise. On a pris cette décision le 21 décembre 2019, alors pourquoi les gens veulent-ils que l’éco se matérialise dans les mois qui suivent? Cela se fera pas à pas, avec prudence, en tenant compte des intérêts des citoyens de la zone Uemoa et de la CDEAO», avait-il déclaré.

Enfin, l’urgence actuelle n’est plus au lancement de l’éco, mais à faire face à la pandémie de la Covid-19, qui impacte négativement l’évolution des économies de la région, en ralentissant fortement leur croissance. Une conjoncture qui risque de mettre la réforme du franc CFA et l’avenir de l’éco entre parenthèses, pour un temps.

Rappelons que c’est le 21 décembre 2019 que les présidents Emmanuel Macron et Alassane Ouattara avaient annoncé le remplacement du franc CFA par l’éco. Une chose est sûre, 60 ans après les indépendances, des obstacles restent encore à lever pour se débarrasser d’une monnaie héritée de l’ère coloniale en Afrique de l’Ouest.

Boubakar Barry

Source : Afrique 360





publicité

FIL INFO

13 août 2020

Le Mozambique nie toute responsabilité dans l'explosion de Beyrouth

13 août 2020

Mali: nouvelle mobilisation de milliers de personnes pour la démission du président Keïta

13 août 2020

Joe Biden et Kamala Harris promettent ensemble de «reconstruire» l'Amérique

13 août 2020

Coronavirus: la Russie qualifie l'inquiétude internationale concernant son vaccin contre Covid-19 de `` sans fondement ''

13 août 2020

Côte d’Ivoire- Présidentielle 2020 : Des OSC préconisent le recours au juge constitutionnel pour l’éligibilité des candidats



Fanico

Mandiaye Gaye 7 août 2020
Le train de vie de l’État du Sénégal exige une gestion rationnelle des biens
Dr. Issa Sangaré Yeresso 5 août 2020
Côte d'Ivoire : A Droite comme à Gauche si tu n’insultes pas,dénigres pas...
Pierre Soumarey 4 août 2020
Côte d'Ivoire : Gbagbo n’est pas éligible
Pierre Soumarey 16 juillet 2020
Notre histoire politique de l'après Houphouet-Boigny

publicité