publicité

Internationale

Mali : Un mort, l’Assemblée Nationale, l’ORTM et la permanence de Karim Keïta saccagées

Publié le :

Une vue de la devanture de l'assemblée nationale, hier soir

La capitale malienne s’est embrasée, hier soir jusqu’à tard dans nuit, suite au mot d’ordre du M5-RFP appelant des dizaines de manifestants réunis à la place de l’indépendance de Bamako à occuper les édifices publics. Ce, marquant le début de la désobéissance civile comme corollaire de l’échec des négociations avec le Président IBK.

maliweb.net – L’Assemblée nationale prise d’assaut par des manifestants en colère, puis saccagée, selon des vidéos amateurs largement diffusées sur les réseaux sociaux. Les deux ponts occupés, la permanence de l’honorable Karim Keïta, fils du Président de la République, sise en commune II saccagée par un autre groupe de manifestants et les locaux de l’ORTM occupés obligeant la chaîne à interrompre pendant un bon moment son programme.

S’y ajoute sur plusieurs artères principales de la capitale assiégées par les mêmes manifestants qui ont érigé des barrages spontanément en brûlant des pneus. « Difficile de circuler à Bamako ce soir », nous confie un habitant. Les urgences de l’hôpital Gabriel Touré annoncent un mort et pas moins d’une vingtaine de personnes blessées dont trois cas graves. Des scènes similaires enregistrées dans plusieurs capitales régionales du pays dont Kayes, Mopti et à Sikasso, où le siège du parti présidentiel RPM et son allié CODEM aux législatives ont été également saccagés.

Telle la est situation à Bamako et à l’intérieur du pays après le mot d’ordre du comité stratégique du M5-RFP qui a appelé ses militants à la désobéissance civile.

Dans un communiqué, publié vendredi soir, ce Mouvement de contestation félicite le Peuple pour sa mobilisation exceptionnelle dans les capitales régionales, dans les villes secondaires et dans la Diaspora.

Malgré les scènes de pillages enregistrées ça et là, le M5-RFP exhorte toujours les manifestants à maintenir et à renforcer cette mobilisation jusqu’à l’atteinte de l’objectif qui, selon lui, demeure « la démission du Président Ibrahim Boubacar KEITA et de son régime. »

« …ne pas céder à la provocation de ceux commis pour commanditer des actes de violence et de vandalisme dans le seul but de ternir l’image de notre Mouvement qui reste démocratique, populaire et pacifique », demande le M5-RFP aux manifestants, tout en rappelant aux Forces de l’ordre leur mission première en les exhortant à protéger, en toutes circonstances, les manifestants aux mains nues qui, selon ce mouvement , ne défendent que les valeurs démocratiques, laïques et républicaines.

En tenant pour responsable le pouvoir IBK de toutes les violences et leurs conséquences, le M5-RFP annonce un point de presse, ce samedi 11 juillet 2020, à Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de la situation.

Aucun bilan officiel n’est établi par les autorités qui semblent observer pour le moment un silence total.

Siaka DIAMOUTENE




publicité

FIL INFO

13 août 2020

Le Mozambique nie toute responsabilité dans l'explosion de Beyrouth

13 août 2020

Mali: nouvelle mobilisation de milliers de personnes pour la démission du président Keïta

13 août 2020

Joe Biden et Kamala Harris promettent ensemble de «reconstruire» l'Amérique

13 août 2020

Coronavirus: la Russie qualifie l'inquiétude internationale concernant son vaccin contre Covid-19 de `` sans fondement ''

13 août 2020

Côte d’Ivoire- Présidentielle 2020 : Des OSC préconisent le recours au juge constitutionnel pour l’éligibilité des candidats



Fanico

Mandiaye Gaye 7 août 2020
Le train de vie de l’État du Sénégal exige une gestion rationnelle des biens
Dr. Issa Sangaré Yeresso 5 août 2020
Côte d'Ivoire : A Droite comme à Gauche si tu n’insultes pas,dénigres pas...
Pierre Soumarey 4 août 2020
Côte d'Ivoire : Gbagbo n’est pas éligible
Pierre Soumarey 16 juillet 2020
Notre histoire politique de l'après Houphouet-Boigny

publicité