publicité

Internationale

Mali /Crise politique : Le M5-RFP rejette les propositions de la CEDEAO

Publié le :

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a dépêché, la semaine dernière, une mission de médiation dans notre pays pour tenter de trouver des solutions à la crise politique qui prévaut depuis les élections législatives contestées de mars dernier en raison de la revendication par l’opposition de la démission du président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) pour « mauvaise gouvernance ».


Dans un communiqué publié vendredi, 19 juin dernier, la mission a appelé, après des concertations avec les différentes parties (gouvernement, opposition et société civile), à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et à la reprise des élections législatives dans certaines circonscriptions.

Mais la plateforme « Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) » conduite par l’influent imam Mahmoud Dicko, ne l’entend pas de cette oreille.

Elle a rejeté les propositions de la médiation de la CEDEAO qui n’a pris « aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le Président Ibrahim Boubacar Keïta est le seul et unique responsable ».

Aussi s’oppose-t-il à la formation d’un gouvernement d’union nationale proposée par la mission de la CEDEAO au Mali, tout en réitérant sa demande de démission du président de la République.

Pour le M5-RFP, la mission de la CEDEAO n’a pas fait ressortir, dans son communiqué, ce qu’ils qualifient de « nécessaire refondation dont le Mali a besoin ». C’est cette refondation qui constitue, selon le M5-RFP, l’objectif ultime de la lutte enclenchée par le peuple malien.

Lors de sa mission au Mali, la délégation de la CEDEAO a fait plusieurs propositions de sortie de crise à la situation sociopolitique actuelle. Entre autres, l’organisation d’élections partielles dans les circonscriptions électorales où il y a eu des contestations et la formation d’un gouvernement d’union nationale sont les plus phares de ses propositions.

Enfin, la plateforme a affiché sa « détermination à mettre en œuvre tous les moyens légaux et légitimes » pour obtenir la démission du chef de l’Etat, la seule solution viable « aujourd’hui pour sauver le Mali ».

Il y a fort à parier que le 19 juin sera suivi par d’autres mobilisations plus grandioses.

Mémé Sanogo




publicité

FIL INFO

24 janvier 2021

Sénégal.Covid-19 : 6 décès, 268 nouveaux tests positifs et 51 patients en Réa

24 janvier 2021

58è sommet ordinaire: Nana Akufo Addo appelle les pays de la Cedeao «à mettre un accent particulier sur la problématique de la vaccination »

24 janvier 2021

À Zuénoula en Côte-d’Ivoire les élèves doivent cotiser 3.000 fcfa pour les dégâts des congés anticipés

24 janvier 2021

Côte d'Ivoire.Covid-19: 297 nouveaux cas enregistrés avec 2 décès.

24 janvier 2021

Cameroun - Alerte: Le Cameroun a enregistré 7 morts et 1607 nouveaux cas de COVID-19 en une semaine



Fanico

Dr. Mehenou Amouzou 22 janvier 2021
La Nouvelle Afrique!
DR ISSA SANGARÉ YERESSO. 19 janvier 2021
La Côte d’Ivoire perdra le Zahouli de l’Unesco si...
Michel Tagne Foko 16 janvier 2021
Un temps d’oiseau
DR.ISSA SANGARÉ YERESSO. 27 décembre 2020
Ado :Vos collaborateurs n’ont plus peur de vous .

publicité