publicité

Societe

Bocabo( Abobo) :Les habitants appellent Hamed Bakayoko au secours

Publié le :

 
 
On survit à Bocabo, on n’y vit pas en réalité. Le mot n’est en réalité pas trop fort, vu le constat qui nous a été donné de faire ce samedi 16 mai.
Dans l’ambitieux programme de facilitation d’accès à un habitat mis en place par les pouvoirs publics au profit des Ivoiriens les moins nantis, appelés logements sociaux,  Bocabo semble être du nombre des  grands oubliés. En d’autres termes, n’est –il pas possible à l’Etat, de venir y bâtir des habitations à moindre coût au profit de la population de ce quartier ? Même si l’on doit pour ce faire exiger une  contribution financière de celle-ci, qui soit à la hauteur du pouvoir d’achat des uns et des autres.
Les populations disent ne rien savoir de tout ce qui se fait en matière de construction de logements sociaux. Une initiative qui pourtant  reste l’un des programmes majeurs de l’Etat.
C’est pourquoi, certains lancent un appel, un cri du cœur à l’endroit des autorités et particulièrement au maire, le ministre d’Etat, ministre de la défense, Hamed Bakayoko
 « Ici à Bocabo, Hamed Bakayoko a gagné haut la main les élections dans tous les bureaux de vote. Notre souhait était qu’il sorte rapidement notre quartier de cette situation. Apparemment, jusque- là rien n’a été fait. La saison des pluies a commencé. Comment allons- nous faire et où allons- nous partir avec nos familles ? Surtout que nos habitations sont sur des passages d’eau » s’inquiète dame Fofana Korotoum.
Et de lancer  cet appel aux autorités. « Monsieur le Président de la République, Hamed Bakayoko, notre maire : Bocabo vous dit de penser à lui. Nous voulons aussi le développement. Nous voulons des habitations décentes, du bitume sur nos rues, des écoles afin que nos enfants partent à l’école. L’émergence ne doit pas concerner seulement les autres communes ».
Le doyen Dosso renchérit pour sa part : «  Hamed Bakayoko, on a connu les maires Siaka Koné, Koné Gogé, Adama Tounkara. Nous pouvons te faire confiance. Alors ne nous fais pas regretter notre choix. Bocabo veut vivre aussi ».
Sans commentaire.
 
Reportage réalisé par
I. Sékou Koné



publicité