publicité

Societe

L’enquête du jeudi : Comment réussir la distribution gratuite des masques aux populations ?

Depuis le 21 avril dernier, le port du masque a été rendu obligatoire par les autorités aux habitants du grand Abidjan, convaincues qu’une telle disposition contribuera de manière efficiente, à réduire la chaine de contamination. Aussi, en vue de faciliter l’accès de tous aux masques, qui en plus devront être de qualité appropriée à la lutte contre le Covid 19, les pouvoirs publics ivoiriens se sont engagés à les distribuer gratuitement aux populations. Une noble initiative qui va necéssiter la commande de l’étranger ainsi que la production sur place, de 300 millions de masques. Pour l’heure ce sont 40 millions du précieux petit équipement de protection contre la pandémie, qui ont été réceptionnés, par les autorités. 
 Si les premières distributions n’ont pas posé de problèmes par ce que destinées à des corps de métiers bien identifiés et organisés, que sont les personnels soignants, ainsi que les Forces de défense et de Sécurité, et les journalistes, il n’est pas certain que concernant les populations des différentes communes composant le grand Abidjan, il en soit de même. Aussi avons-nous fait le tour de quelques mairies et rencontré des habitants, ainsi que des chefs de communauté, pour recueillir leurs avis et suggestions sur le mode de distribution à adopter. De manière à ce que tout le monde soit servi et bien servi, en masques de qualité.   
 
 
 
 
                       Un parcours lent et long
 
A  Treichville, c’est la mairie nous dit-on qui recevra les kits pour les différentes communautés ( religieuses, ethniques, les jeunes,…...).
Effectivement, le chargé des Affaires socio culturelles de la commune, Aly Tiéro s’entretient avec ses collaborateurs au sujet justement des dispositions à prendre afin d’identifier  tous les responsables communautaires, religieuses et de jeunesses.
«  Sur instructions du ministre- maire François Amichia, nous allons coordonner la distribution du  stock de masques qui sera offert à nos populations. Nous recevrons d’ici à vendredi ces stocks du ministère de la solidarité. Mais je tiens à rassurer tout le monde. Ces masques seront distribués gratuitement aux populations » a t –il précisé.
Après la mairie, nous rencontrons le doyen Kouadio Norbert, chef de la communauté Baoulé de Treichville. Qui craint que les masques ne soient détournés ou vendus.
«  C’est depuis un mois, qu’on nous a parlés de l’arrivée des cache-nez ici à Treichville. Moi j’ai confiance au maire Amichia mais je craints que certains de ses proches au lieu de remettre ces masques aux populations ne les vendent. C’est ça mon inquiétude ».
Même constat Dans la commune de Koumassi.
Les services techniques de la mairie sont chargés de la distribution des masques aux populations par le biais de leurs responsables.
Le président des jeunes du quartier 3 ampoules, Konaté Yahaya lui ne croit pas à cette opération de distribution de masques aux populations .
Sachant que le coronavirus est réellement une menace, il mène depuis quelques jours une campagne de sensibilisation sur le port du masque et le respect des mesures barrières prises par le gouvernement. «  C’est une bonne initiative de la part de nos autorités mais personnellement je ne crois pas que ces masques seront tous distribués aux populations sans en frustrés certains. C’est pourquoi dans nos missions de sensibilisation, nous apportons des cache-nez à nos compatriotes et nous leur disons de ne pas attendre le gouvernement avant qu’il ne soit trop tard. Parce qu’il y a trop de lenteur dans ces genres d’activités. Imaginez le parcours des masques du ministère de la solidarité aux mairies qui vont ensuite identifier les leaders de communautés qui à leur tour vont faire des sélections. Je trouve ça lourd et long. C’est pourquoi avec nos maigres moyens, nous achetons des masques et les autres kits sanitaires, en attendant que les masques du gouvernement ne nous parviennent. Mais je ne pense pas qu’ici à Koumassi, tout le monde en aura » nous a explique le président Konaté.
A dire vrai, la distribution des masques aux populations est une autre paire de manche pour les autorités qui doivent réfléchir à une véritable stratégie de transparence afin que les masques parviennent  à leurs véritables destinataires.

              On attend la stratégie du gouvernement
 
Le chargé du plan de riposte contre la maladie à coronavirus (covid19) de la Mairie d'Adjamé Diémékiré  Abou, propose les Mairies comme canal pour la  distribution des masques.
" Pour l'instant, nous ne connaissons pas la stratégie du gouvernement concernant cette opération au niveau des populations. Mais, je pense qu'il serait bon que la distribution de ces masques, se fasse en collaboration avec les différentes Mairies, qui se chargerons à leur tour, de les distribuer aux populations à travers leurs responsables communautaires", a preconisé le 5ème Adjoint au Maire de la commune d'Adjamé.
"Nous allons nous en tenir à la feuille de route du gouvernement " pour la distribution des masques aux populations, indique pour sa part M. Tuo, responsable de la communication de la Mairie de Yopougon.
Il a par ailleurs indiqué que, dans le cadre des actions et opérations du gouvernement, les Mairies ne servent généralement que de courroie de transmission."Le plan de distribution, lui, est défini par le gouvernement", a-t-il conclu. 
 
 
Grande commune de plein exercice, Abobo fait partie des agglmomérations urbaines les plus peuplées de la Côte d’Ivoire où, il convient de tout metter en œuvre, pour empêcher une propagation intensive de la maladie. Cela explique, tout l’intérêt
qu’aussi bien les autorités municipales que les responsables des différentes communanutés, qui s’y trouvent, accordent à   la distribution gratuite  des masques aux populations du Grand Abidjan.
 Et cela, d’autres entités l’ont aussi bien compris qu’elles n’ont pas attendu l’initiative des pouvoirs publics, pour s’engager à fournir1000 masques à la population d’Abobo.  Il s’agit de strutures privées et du District d’Abidjan. 
 
                           Opération mal menée ?
 
Les dons en question, selon le responsable de la sous-direction du patrimoine de la mairie d’Abobo, ont été distribués aux guides religieux, aux chefs de communautés, aux présidents de quartiers de la commune. Ce qui devrait conférer une certaine expérience à cette mairie, en matière de distribution gratuite des masques.  Mais, il semble que cela ne fut pas une opération tout à fait réussie , au regard des témoignages que nous avaons reçus.  
 
Nous avons pris langue avec certains d’entre eux. L’Imam Bakary Dao de la mosquée EL-Hadj Dao, située à quelques pas de l’école primaire privée la Marraine, s’est refusé à tout commentaire. Arguant que le Conseil supérieur des imans (Cosim) d’Abobo a eu des brouilles avec la marie d’Abobo au sujet de la distribution de kits de lutte contre le covid 19.
Par contre, le second responsable de l’Eglise Méthodiste unie (EMU) d’Abobo Akeikoi temple Canaan a accepté de répondre à notre préoccupation. Niché Amani a confié qu’ils n’ont reçu aucun masque de la part de la mairie d’Abobo. 
 
Même son de cloche du côté des communautés ethniques. Henri Apka Lasme, le chef central des communautés de la commune d’Abobo affirme que leur organisation n’a pas  reçu de masques, distribués par  les autorités communales. 
Ses propos sont confirmés par Antoine Kouaho Yapo, le chef de la communauté Akyé de cette commune. « Pour l’heure, nous n’avons pas reçu de cache-nez », dira en substance ce chef de groupe ethnique.  
A l’opposé, certaines personnes soutiennent être entrées en possession des objets cités. 
C’est du moins les témoignages de guides religieux qui l’attestent. Le révérend prédicateur supérieur Adolphe Bouedjoro Nandjui, le premier responsable de la communauté harriste d’Abobo, reconnait avoir reçu 10 masques du consortium des églises chrétiennes de la commune, donnés par les autorités municipales. 
Ce serviteur de Dieu soutient également avoir reçu des lots de cache-nez de la part du district d’Abidjan.  
 
Ce que corrobore une  source proche de l’Eglise harriste Akeikoi-extension temple Sénevé, ayant requis l’anonymat. Elle révèle que la communauté a effectivement reçu des cache-nez du district d’Abidjan. Qui ont transité par le bureau de gestion de la Région harriste d’Abobo, présidé par le révérend prédicateur supérieur Adolphe Bouedjoro Nandjui. 
 
De la mairie d’Abobo, la source affirme que l’église n’a rien reçu. 
Il reste à souhaiter que la distribution très attendue des maques du gouvernnement, qui se fera très certainement aux habitants d’Abobo, par l’entremise de leur mairie,  ait lieu dans de meilleures conditions.  
 
Ibrahim S. Koné
Boubacar Barry
Arielle Kouamé (stagiaire)   
 
 
 
 
    



publicité