publicité

Sport

FIf: Pourquoi il faut Didier Drogba

Publié le :

 
Me mêler aujourd’hui de ce qui ne me regarde vraiment pas : le football. Une passion de jeunesse. Une histoire vieille de quatre décennies ! Rangée. Mais aujourd’hui, l’envie me prend de parler de ce sport. Plus précisément de l’élection du prochain président de la Fédération ivoirienne de football (Fif). L’intérêt cette élection, si elle en a vraiment, c’est indiscutablement la candidature de Didier Drogba, l’emblématique capitaine de notre Onze national, « Les Éléphants ». 
Les dés semblent jetés ; du moins tel m’apparaît, d’ores et déjà, le résultat du scrutin. Et pour cause : au mépris de l’attente du profane que je suis, Drogba a, contre lui, une coalition de nos anciennes gloires du gros ballon rond. La chose m’a paru stupéfiante : comment des grandes figures du football ivoirien, ainsi que d’anciens coéquipiers de l’ex-capitaine de notre équipe nationale, en sont-ils arrivés à coaliser contre lui ?
Je crois, qu’au-delà de toute exégèse sur l’achat des consciences (pratique courante dans presque toutes les situations de choix par vote — c’est là une des tares de la démocratie), c’est dans l’histoire, jamais dite, des relations entre Didier Drogba et ses coéquipiers, qu’il faut trouver les raisons majeures de leur refus de le voir les présider (encore) aujourd’hui. Qu’a t-il bien pu se passer entre Drogba et ses coéquipiers du temps de leurs randonnées footballistiques à travers le monde, pour qu’ils en soient, aujourd’hui, à ne pas lui accorder leurs voix ? Drogba s’est-il montré bon camarade, bon capitaine, courtois, envers ses partenaires du gazon ? Joueur de renommée mondiale payé à hauteur de milliards, l’homme aurait-il commis l’erreur de s’être laissé enivrer de ses succès, dans ses rapports avec l’équipe ? La sélection des joueurs et la composition de l’équipe du jour dépendaient-elles vraiment de son humeur au point où une mésentente avec lui, en dehors du stade, pouvait hypothéquer la présence d’un joueur sur la liste ? Fut-il mauvais capitaine, mauvais camarade, homme incapable d’entretenir des amitiés saines avec ses compagnons de jeu ? 
Il nous revenait, des bruits de coulisses, que le climat d’entente au sein de la sélection nationale s’était considérablement détérioré du fait du certaines attitudes de la vedette de Chelsea. Cela est-il avéré ? Je n’en sais rien. Mais je crois qu’il y a un peu de tout cela qui ressort contre lui, aujourd’hui, au sein de la Fif. Sinon, objectivement, pour cette élection, il n’y a pas meilleur choix que Didier Drogba pour représenter le football ivoirien dans les plus hautes instances de ce sport. 
 
[HONORER DROGBA DE SON VIVANT]
 
Didier Drogba. Un footballeur de légende comme la Côte d’Ivoire n’en avait jamais eu sur le plan international, après l’épopée Laurent Pokou, footballeur de génie pour lequel d’ailleurs, le buteur magique de Chelsea et des Éléphants a toujours éprouvé une admiration sans borne ! Pour preuves : Drogba a signé la préface de la seconde biographie de Laurent Pokou, intitulée « Laurent Pokou, un destin de foot. » Sur ses propres fonds (ou par son lobbying), il a fait construire un hôpital de lutte contre le cancer, qu’il a même baptisé au nom de cette icône du football africain. Didier Drogba est un homme de générosité reconnue. Ses actions en faveur des masses défavorisées se chuchotent ; mais l’homme est resté réservé quand il s’agit de déclarer ses œuvres de bienfaisance. Plus qu’hier, le football est, aujourd’hui, un business très florissant, ainsi qu’un haut lieu de trafic d’influences. Nos anciennes gloires ont-elles réellement conscience des enjeux de cette élection ? Parlons-nous franchement : que représente le nom Sory Diabaté dans le football ivoirien, de surcroît, mondial? A-t-il même pratiqué le football ? Et à quel niveau ? Certainement pas à la hauteur de ce qu'a pesé et pèse encore le nom Didier Drogba dans les annales du football mondial de ces quinze dernières années. 
Didier Drogba : un label, une marque déposée. La fierté d'une nation. Un nom à honorer, ne serait-ce que par ce titre de Président de la Fédération de football de son pays. Le football, ce sport par lequel, grâce à son immense talent, notre pays a vu son drapeau et son hymne national être vu et entendu de par le monde entier. N'attendons pas que nos (vraies) gloires soient couchées un jour dans un cercueil pour leur rendre l'hommage national qu'on leur a refusé de leur vivant. C'est maintenant, gens de la Fif, qu'il faut honorer Didier Drogba. Nous lui devons au moins ce titre de président de la Fif, au-delà de nos calculs politiciens à courte vue. Il s'agit de la Côte d'Ivoire, Messieurs, et non pas de vos egos. Oubliez ce que Drogba a pu vous faire endurer comme frustrations, et faites de lui le Président de la Fédération de football de la Côte d'Ivoire. Ce serait tout à votre honneur de voir l'un des (vrais) vôtres siéger, enfin, dans la maison de verre de Treichville.
À mon avis, le football ivoirien, s'il veut vraiment se donner des ambitions, se doit de se faire représenter dans les hautes instances mondiales de ce sport par Didier Drogba, personnalité footballistique de grande carrure qui peut en imposer aux décideurs. C'est le gros enjeu qu'a perçu Eugène Diomandé qui, avec clairvoyance et humilité, a préféré se retirer de la compétition pour soutenir le légendaire buteur des Éléphants. Ne l'oublions pas, la CAN et le Mondial ne sont pas loin.  
Tiburce Koffi



publicité

FIL INFO

9 août 2020

Covid-19 en RDC : 49 personnes guéries et 6 décès enregistrés le 8 août

9 août 2020

Explosion de Beyrouth : des manifestants en colère descendent dans la rue

9 août 2020

Côte-d’Ivoire: Le RHDP doit « offrir la victoire au premier tour à Ouattara » (Belmonde Dogo)

9 août 2020

Gabon – Coronavirus : 136 nouveaux cas positifs sur 4 054 prélèvements

9 août 2020

Burkina : Plus de 600 plants mis en terre à l’arrondissement 3 de Ouagadougou



Fanico

Mandiaye Gaye 7 août 2020
Le train de vie de l’État du Sénégal exige une gestion rationnelle des biens
Dr. Issa Sangaré Yeresso 5 août 2020
Côte d'Ivoire : A Droite comme à Gauche si tu n’insultes pas,dénigres pas...
Pierre Soumarey 4 août 2020
Côte d'Ivoire : Gbagbo n’est pas éligible
Pierre Soumarey 16 juillet 2020
Notre histoire politique de l'après Houphouet-Boigny

publicité