publicité

Politique

Condamné à 20 ans de prison: Soro devra désormais faire le deuil de ses ambitions présidentielles

Publié le :

L’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro, a été condamné ce mardi 28 avril 2020, par la justice ivoirienne à « 20 ans de prison ferme, à payer 4,5 milliards de FCfa et à la privation de ses droits civiques pendant cinq (5) ans ». Le verdict a été livré à la suite d’un procès qui s’est déroulé à Abidjan.
 
 
L’audience de ce mardi s’est déroulée en l’absence des avocats de l’accusé. La raison, ceux-ci estiment que le procès visait à exclure leur mandant de l'élection présidentielle d’octobre 2020.

Guillaume Soro a aussitôt réagi après le verdict de son procès par contumace. « Je considère ce verdict comme un non-événement. Je maintiens ma candidature à la présidentielle et je demande à tous mes partisans de demeurer mobilisés et de continuer le travail de mobilisation et d’implantation ». Et de rassurer ses militants : « Notre victoire ne fait aucun doute. Nous gagnerons la prochaine élection présidentielle, c'est une certitude ».

M. Soro était jugé à Abidjan pour « détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux ». Ce procès intervient au moment où la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples avait rendu publique une décision qui ordonnait l’Etat de Côte d’Ivoire à suspendre l’exécution du mandat d’arrêt international émis contre le député de Ferké, à libérer ses co-accusés.

Suite à cette décision de la Cour africaine des Droits de l’Homme, le gouvernement ivoirien avait réagi en affirmant que « les procédures engagées par la justice ivoirienne restent en cours ».

 
 


  • COMMENTAIRES

    Consultez notre charte des commentaires

    PLUS D'ARTICLES


publicité