publicité

Societe

Ouverture du procès de Guillaume Soro : Le pouvoir ivoirien ne lâche pas prise

Publié le :

En dépit de l’appel de la cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples ( CADHP) basée à Arusha, en Tanzanie, le procès de l’ex président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro sera ouvert ce mardi 28 avril 2020, au tribunal correctionnel d’Abidjan. En l’absence de l’accusé qui est en exil à Paris.
Ses avocats sur place à Abidjan ont organisé ce lundi 27 avril une conférence de presse pour demander le report de ce procès qu’ils considèrent comme ‘’ un procès plutôt politique’’, dénonçant son caractère précipité et une occasion pour le pouvoir en place ‘’ d’écarter Guillaume Soro de la course à la présidentielle d’octobre prochain’’.
Le député de Ferké est poursuivi pour tentative de déstabilisation des institutions de la République, de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux.
 
Il convient de rappeler que, depuis le 23 décembre 2019, le procureur de la République, Richard Adou a lancé contre l’ex chef de la rebellion des Forces Nouvelles un mandat d’arrêt international.
Guillaume Soro qui rentrait au pays pour les fêtes de fin d’année a vu ce jour, son avion changer de destination. Devenant ainsi Persona Non Grata.
Les avocats de l’Etat de Côte d’Ivoire ont estimé que l’appel de la CADHP est un ‘’ coup d’épée dans l’eau ‘’, donc de nul effet. Confirmant ainsi que l’ex  président de l’Assemblée nationale devra comparaître devant la justice de son pays.
Et ce procès qui s’ouvre ce mardi sera, l’on imagine long. Vu les nombreuses charges qui pèsent sur Soro et plusieurs de ses proches incarcérés depuis des mois en Côte d’Ivoire.
 
I .Sékou Koné
 



publicité