publicité

Economie

Grève à la Pétroci: La mise au point de Ibrahima Diaby (Directeur général)

Publié le :

Dr. Ibrahima Diaby qui tient la direction générale de la Pétroci Holding depuis 14 mois fait face à sa première situation de grève des agents. L’homme qui est rentré de l’Allemagne daredare a rencontré les journalistes vendredi 17 février 2017 dans la salle de conférence de la Pétroci. C’est un peu amaigri qu’il a fait le point de la situation qui prévaut au sein de son entreprise. Et dérouler un pan des grandes actions déjà menées et celle qui restent à réaliser. Lebanco.net publie pour ses lecteurs, un large exposé de Ibrahima Diaby.
 
Des revendications et grèves aux acquis
 
« La grève récente de 3 jours, du lundi au mercredi derniers a eu lieu au moment où le ministre Thierry TANOH et, le DG de PETROCI sont au TIDM à Hambourg pour les plaidoiries finales sur la délimitation de la frontière maritime IVOIRO-GHANEENNE et ensuite à New-York à l'ONU pour l'extension du plateau continental de notre pays.
Avec la chute du cours du baril du pétrole au plan international, les entreprises pétrolières ont connu et continuent de connaître des fortunes diverses. Depuis les Majors comme TOTAL (2000 déflatés en 2015) en passant par les compagnies de service, des raffineries, tous ont procédés soit à des suppressions de poste, soit à des fermetures. Malheureusement, PETROCI n’a pas échappé à cette délétère situation. L’exercice 2015 s’est soldé par un résultat négatif de 39,9 milliard de francs CFA ainsi que d’autres dettes de plusieurs centaines de millions de dollars US. Déjà en 2014 et 2015, un cabinet d’audit organisationnel et social a fait de vigoureuses recommandations allant de la suppression de postes jugés inadéquats au licenciement  d’agents suite à une évaluation jugée insuffisante. Les recommandations citées plus haut sont en partie mises en œuvre (8,5% des effectifs de 609) et 48 agents sont remerciés avec leurs droits légaux payés plus les dommages et intérêts pour solde de tout compte. Dans le même temps, des projets salvateurs ont vu le jour notamment : la création de la filiale Petro-sea Logistics afin de répondre efficacement aux sollicitations des opérateurs pétroliers tout en préservant les emplois. Le projet Côte d’Ivoire/GNL (gaz naturel liquéfié) pour sécuriser l’approvisionnement des centrales thermiques en gaz naturel afin de rompre définitivement avec les délestages. Le projet de création d’une filiale pour redynamiser l’activité station-service dans l’agonie tout en préservant également les emplois. Que revendiquent-ils  au juste ?
La réinstauration du CAR PLAN : LE CAR PLAN-2015 de 1,6 milliards est une décision prise en début 2015 par l’ancien DG mais non mis en œuvre probablement pour des questions de financement. Dans le CAR PLAN 2015, les agents remboursent 40% soit 640 millions tandis que PETROCI supporte les 60% soit 960 millions. Il est exigé de façon immédiate à l’actuel Directeur Général de rétablir le CAR PLAN 2015.
Le projet immobilier : il y a plus de 12 ans que ce projet dure avec 15,7 milliards de francs injectés pour 302 logements à construire à Abbata. A ce jour, les bénéficiaires n’ont pas intégré leur maison (maisons inachevées : certaines au chaînage, d’autres légèrement élevées et plusieurs au niveau de la fondation).
Les 3 Directeurs Généraux qui se sont succédé n’ont pu régler la situation sur une douzaine d'années. Ne faudrait-il pas donner le temps de consulter les banques et promoteurs immobiliers ainsi que l'Etat, actionnaire unique de PETROCI, avant d'exiger la cession immédiate du projet plus un 'accompagnement', financier. A-t-on fait toute la lumière sur le projet avant de s'acharner sur la nouvelle Direction Générale ? Nous avons rencontré les délégués du personnel et les deux syndicats plus la mutuelle des agents pour discuter et recueillir leurs propositions pour le traitement du projet immobilier Abatta.
 
De  la conjoncture pétrolière mondiale et la situation financière   générale de Petroci aux résultats de 2015.
L’évolution des cours du baril de pétrole brut, dont la vente est notre principale source de revenus (plus de 70% de contribution aux résultats), a connu en deux ans une forte chute depuis 114 dollars us/baril jusqu’à toucher le ‘fonds’ à $ 30 puis $ 28 en fin 2015 avant de se relever quelque peu et se ‘stabiliser’ aujourd’hui dans la fourchette de 52 à 56 dollars US/baril. Du statut de société d’Etat, plus grande distributrice de dividendes à son actionnaire unique (l’Etat de Côte d’Ivoire), avec récemment 12 milliards puis 6 milliards, PETROCI se retrouve avec un résultat en forte perte pour 2015. Nous sommes à 39,9 milliards FCFA de résultat négatif au terme de l’exercice 2015.  Les raisons sont multiples et comportent notamment la dégradation des cours du pétrole, et aussi la baisse de la production sur certains de nos champs, etc. Le résultat 2015 est fortement déficitaire avec une situation d’arriérés de dettes très importants, de l’ordre de $ 110 millions au titre des ‘cash calls’ et autres créances pour biens et services liés à l’exploitation. En dépit de la crise financière et sociale dans laquelle nous étions en début d’année 2016, il faut noter que dans le contexte et la conjoncture qui prévalent PETROCI se doit, à titre de mesures d’urgence après le départ de nos 48 ex-collaborateurs, d’avoir un organigramme plus resserré et plus efficace. Cela doit prendre en compte les créations de partenariats (JV) et les cessions de certaines activités dont la base logistique, le pipeline et le réseau de stations-service. Le nouvel organigramme vise, entre autres, plus d’efficacité et de réactivité. Cela contribuerait à ce que les Directions opérationnelles travaillent plus vite et beaucoup mieux dans le but d’atteindre les objectifs de PETROCI dans les contrats, dans les JV et aussi dans la négociation  des contrats de services de fourniture et de biens. Toutes choses qui contribueront à l’amélioration de nos résultats.
 
Plans et actions de redressement
Au titre des actions de redressement, de création de JV-partenariat et de cession je voudrais évoquer, le PIPELINE, le STOCKAGE MASSIF, la BASE LOGISTIQUE et le RESEAU DE STATIONS SERVICE. Notre ligne directrice est de renouer avec l’équilibre et la rentabilité et SAUVER LES EMPLOIS.
 
Le pipeline: Nos discussions avancent avec nos potentiels partenaires pour leur entrée dans la nouvelle société de pipeline. Le pipeline qui a été construit et financé totalement par PETROCI est opérationnel sur le tronçon Abidjan-Yamoussoukro. Deux à trois semaines après le séminaire de Yamoussoukro de juillet 2016, nous avons invité certains de ces partenaires. Déjà deux d’entre eux ont confirmé à Paris (mi-août 2016) leurs intentions et volontés de rentrer dans cette nouvelle société de pipeline. D’autres partenaires préparent leurs réponses pour la rentrée après la pose des vacances d’été. Bientôt, le Gouvernement et le Conseil d’Administration pourront apprécier le résultat des travaux et, nous l’espérons, nous autoriser à créer cette société.
 
La société de stockage massif: La Société de stockage massif qui implique tous les actifs de GESTOCI est aussi à l’ordre du jour et nous y travaillons en commission conjointe avec GESTOCI et d’autres acteurs. Avec GESTOCI nous devrons régler la situation juridique de certains des actifs. Dans les prochaines semaines nous espérons que cela sera réglé de sorte à ce que les actionnaires de l’actuelle GESTOCI, PETROCI et l’Etat, se mettent d’accord pour poursuivre la marche en vue de la création de la nouvelle société de stockage massif. Nous avons déjà au moins trois confirmations d’intentions de prise de participations.
La Base Logistique: Nous avons pu conclure les discussions entamées et avons signé des documents annexes qui étaient en attente. Le passage effectif de la main a été fait avec le DG de cette nouvelle société dénommée PSL (PETRO SEA LOGISTIC) au 1er Août 2016. Conformément au code du travail, ancien et nouveau, il y a obligation que tous ceux qui, à la date de conclusion de la cession de l’activité, y travaillent, voient leurs contrats de travail transférés intégralement à la nouvelle société. Celle-ci a obligation de les recevoir et les traiter comme tels pour y poursuivre leur emploi avec leurs rangs et niveaux de salaires ce qui est effectif depuis le 1er Août 2016.
Stations-service : Pour le réseau de stations-service PETROCI, le Conseil des Ministres et le Conseil d’Administration de PETROCI ont instruit la Direction Générale pour entrer en discussion avec le partenaire PUMA. Aussi, cette cession a fait l’objet de nombreuses séances de travail et de visites tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays pour l’inventaire de l’ensemble des actifs. Nous avons beaucoup progressé et nous attendons de conclure, après réception de certains documents juridiques, que les avocats des deux parties sont entrain de réunir et vérifier la bonne prise en compte du personnel.
 
Diligences en cours pour le contentieux Mrs-Corlay Global
 
Depuis quelques années, PETROCI est poursuivie par les juridictions nigérianes pour un contentieux suite à l’acquisition du réseau de stations-service Chevron-Texaco en 2004. La gravité de ce problème pourrait avoir des conséquences lourdes sur notre société si cette question n’est pas traitée avec efficacité. Les montants en cause dépassent le milliard de dollars US. Afin de répondre aux convocations desdites juridictions, la Direction Générale accompagnée par certains agents en charge de ce dossier a effectué plusieurs voyages au Nigéria, souvent de manière urgente, car le défaut de présence nous couterait des dizaines de millions de dollars, cela explique deux voyages en vol privé de la délégation PETROCI et de leurs Avocats pour éviter des condamnations de plusieurs centaines de millions de dollars. D’autres missions au Nigéria ou ailleurs ainsi que l’appui d’avocats et consultants seront nécessaires dans ce dossier pour la sauvegarde des intérêts de PETROCI.
 
 
Révision du budget et mesures individuelles
Le budget a été révisé et le Conseil d’Administration l’a adopté avec une réduction de plus d’un tiers y compris les budgets de la Fondation.  Nous avons traité et soldé dans les délais le solde de ‘dommages et intérêts’ dû à nos  48 anciens collègues déflatés en janvier 2016. Tous les 48 ex-agents, courant janvier 2016, ont reçu la totalité de leurs droits légaux. Ensuite, après de longues négociations et même une crise sociale, nous avons négocié et sous l’auspice de notre Ministère et du Ministère du Travail, nous avons pu conclure et signer avec chacune et chacun des 48 déflatés un protocole transactionnel pour solde de tout compte portant sur dommages et intérêts à hauteur de 15 mois de salaire brut. Nous avons soldé ces dommages et intérêts dans les délais.
 
Ajustement à la hausse de 7% sur les salaires de base
 
Monsieur le Ministre du Travail a pris un arrêté en janvier 2015 pour la valorisation de 7% du salaire de base catégoriel dans le pays et de 7% dans notre industrie. PETROCI, société citoyenne, certes en situation de déficit et de résultats négatifs, ne peut être en reste de cette décision gouvernementale. Aussi avec l’appui des autorités compétentes, nous avons intégré l’effet de ces 7% d’augmentation catégorielle pour chacune et chacun des collaborateurs de PETROCI. Cela concerne également les collaborateurs de la Base Logistique au sein de la nouvelle société PSL dont PETROCI est actionnaire et Administrateur. Nos services financiers et la DRH ont fait les calculs du montant de ces 7% depuis la décision du Gouvernement de janvier 2015, jusqu’en septembre prochain. Le passif sur les 20 mois, bien identifié et bien quantifié, a été soldé entre septembre et fin octobre 2016 pour chacun des agents de PETROCI et de la BLV ».
 
Retranscrits par Bosco de Paré
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                        
 
 
 
 



publicité

FIL INFO

23 juin 2021

Beni : 3500 enfants bénéficient de leurs actes de naissance

23 juin 2021

Entreprises africaines : Le G7 injecte près de 80 milliards de dollars

23 juin 2021

Des pays africains face à une vague meurtrière du Covid-19

23 juin 2021

Ouragahio: : Un gigantesque édifice en construction pour les enfants orphelins.

23 juin 2021

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako



Fanico

André Silver Konan 23 juin 2021
Divorce de Gbagbo et Simone : "S’il y a bien un camp qui doit se frotter les mains, c’est bien le pouvoir RHDP"
Michel Tagne Foko 10 juin 2021
« Claude est mort. »
Mandiaye Gaye 5 juin 2021
Une Société civile, pourquoi faire si elle n’est pas au service des déshérités?
Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!

publicité