Le but n'est pas toujours placé pour être atteint, mais pour servir de point de mire (Joseph Joubert)
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
Hommage a Norbert Zongo
Poursuivre la lutte jusqu'à ce que la lumière soit faite
Article publié le: 14 Décembre 2011 - Auteur: Aimé NABALOUM - Source: Le Pays
Hier 13 décembre 2011, le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) a, comme à l'accoutumée, organisé une journée en mémoire du journaliste Norbert Zongo, assassiné le 13 décembre 1998 en compagnie de trois de ses camarades. Cette année, la journée a semblé particulière mais la pression est toujours maintenue pour que la justice soit rendue à Norbert Zongo et ses camarades ; et de ce fait, la réouverture du dossier. Déclaration, dépôt de gerbes de fleurs et conférence publique ont été au menu du jour. Tous entendent poursuivre la lutte jusqu'à ce que la lumière soit faite pour le journaliste assassiné et ont donc choisi pour thème, « capitalisons davantage les acquis des luttes du collectif pour une juste compréhension des luttes actuelles de notre peuple et pour la réouverture et l'instruction sérieuse du dossier Norbert Zongo et tous autres. »

Le cimetière de Gounghin a accueilli ses visiteurs annuels des 13 décembre. A l'instar des 13 décembre passés, les camarades de Norbert Zongo, les défenseurs de ses idéaux, élèves, étudiants, parents, amis et ses proches se sont retrouvés pour lui rendre hommage. A lui certes, mais aussi à ses trois compagnons tombés avec lui sur la route de Sapouy le 13 décembre 1998. Les membres du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) n'entendent pas oublier de si tôt l'affaire Norbert Zongo, convaincus qu'ils poursuivront la lutte jusqu'à ce que justice soit faite. La preuve, ils ont mobilisé les foules hier pour s'incliner sur sa tombe, puis entamer la réflexion en vue du succès dans la lutte. Au cimetière, une déclaration a été faite par Sidiki Dramé, de l'AJB (Association des journalistes du Burkina). Il a aussi procédé au dépôt de la gerbe de fleurs, puis la foule s'est dirigée vers la salle de conférences du CBC (Comptoir burkinabè des chargeurs). La salle s'est avérée petite pour l'occasion, laissant hors des murs, une bonne partie des participants. Le thème retenu à l'occasion du 13e anniversaire « Capitalisons davantage les acquis des luttes du Collectif pour une juste compréhension des luttes actuelles de notre peuple et pour la réouverture et l'instruction sérieuse du dossier Norbert Zongo et tous autres » a été l'objet d'un exposé présenté par le président du Collectif, Chrysogone Zougmoré. Dès l'entame de sa communication, Chrysogone Zougmoré, président du Collectif lance ceci : « 13 décembre 1998 - 13 décembre 2011, voilà 13 années que notre pays vit une crise sociopolitique permanente, avec des éruptions parfois violentes, parfois latentes, déclenchée à la suite de l'assassinat (.) de Norbert Zongo et de ses trois compagnons d'infortune ». Des assassinats qui, selon le président, ont été parmi « les plus lâches et les plus barbares qu'ait connus le Burkina Faso ». De tels agissements, poursuit-il, ont permis au Collectif d'engranger des victoires du fait que le peuple est devenu plus conscient au regard des luttes engagées par le CODMPP. Il s'est « affranchi de l'apathie, de la résignation et de la peur », a-t-il poursuivi. Le contexte du 13e anniversaire est tel que le monde arabe a été secoué avec des moissons diverses. « Le Burkina n'échappe pas à cette tendance générale qui indique la voie à suivre », et, toujours selon le président du Collectif, « le nouveau gouvernement se bat des pieds et des mains pour éteindre le feu, organisant des CCRP par- ci, des dialogues et concertations par-là, des consultations tous azimuts, des fora de jeunes, et sanctionnant des militaires » pendant que « les questions essentielles liées à l'impunité restent sans réponse, en particulier, l'affaire Norbert Zongo ».

« Il s'agit d'un gros poisson. »

Les participants à la conférence n'ont pas été avares en commentaires et en questions afin, d'une part, d'attirer l'attention des gouvernants sur la nécessité de rouvrir le dossier Norbert Zongo et d'autre part, de s'exhorter à la vigilance, à la persévérance et à l'espoir. Chrysogone Zougmoré a ajouté que le 13e anniversaire est l'occasion de faire une introspection afin de voir comment faire pour que le dossier soit rouvert. Le temps de réflexion comme option n'est nullement un signe d'essoufflement. « Il faut s'armer de stratégies », a martelé Chrysogone Zougmoré car, « si jusqu'à présent le poisson n'a pas encore pu être pêché, c'est qu'il s'agit d'un gros poisson. Il faut user de stratégies et de méthodes pour sortir le poisson de l'eau, tôt ou tard », a conclu le président du Collectif.

Aimé NABALOUM