Cotonou annonce le retrait des réserves de change du franc CFA qui se trouvent en France
AFP - Publié le: 08-11-2019 - Mise-à-jour le: 08-11-2019 - Auteur: AFP
Cotonou annonce le retrait des réserves de change du franc CFA qui se trouvent en France
 Le président béninois Patrice Talon a annoncé jeudi le retrait des réserves de change du franc CFA qui se trouvent actuellement en France, indiquant qu'elles seraient versées aux "banques centrales partenaires dans le monde", sans donner de calendrier précis, dans une interview accordée à la radio RFI et la chaîne France 24.
"Nous sommes tous d'accord pour mettre fin à ce modèle", a déclaré le chef de l'Etat. "Ca va se faire très rapidement", a-t-il assuré dans donner de calendrier précis.
 
Soulignant la "valeur psychologique" de ce modèle économique, qui veut qu'une partie des réserves de change du franc CFA soit obligatoirement versée à la Banque centrale de France, le président Talon a assuré qu'il n'était "pas bien que ça continue".
 
Le chef de l'Etat a d'autre part "souhaité" le "retour au Bénin" de l'ancien président Boni Yayi, qui se trouve actuellement en exil après des mois de crise politique. De par la "noblesse de sa fonction" d'ancien chef d'Etat, son adversaire politique doit faire "l'objet de traitement particulier".
 
"Le peuple pourrait mal le percevoir", a souligné Patrice Talon. "Boni Yayi a été impliqué dans ce qu'il s'est passé" lors des violences post-électorales qui ont débuté le 1er mai à Cotonou et ont fait plusieurs morts par balle, selon le chef de l'Etat, qui a dit lui "avoir fait comprendre".
 
Plus tôt dans la journée, le président béninois, fortement critiqué pour avoir engagé un tournant autoritaire dans un pays réputé pour être un modèle démocratique en Afrique de l'Ouest, a promulgué la nouvelle Constitution, déjà approuvée à l'unanimité par le Parlement et la Cour Constitutionnelle.
 
Parmi les réformes, on note l'impossibilité de faire "plus de deux mandats présidentiels à vie", ce qui exclut d'ores et déjà une potentielle candidature de l'ancien président Yayi (2006-2016).
 
Le président Talon a assuré que sa propre candidature à la présidentielle de 2021 dépendrait de son "état d'esprit", de "l'environnement politique" et de la réforme pour "renforcer les partis politiques".
 
Interrogé sur le fait que ses deux plus grands adversaires politiques de la précédente présidentielle de 2016 sont tous deux interdits de se présenter par des décisions de justice et vivent actuellement en exil en France, le président Talon a déclaré qu'ils "devaient se tenir responsables de leurs+actes".
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 11 Novembre 2019
"idoléké claude", "Edjadéo janvier", "FIOGBE kabiro" bonne chance à vous, et, surtout, ne venez pas chercher fortune en Côte d'Ivoire quand votre économie va commencer à dépérir et que votre monnaie ne vaudra plus rien.
Rédigé par: idoléké claude   le: Dimanche 10 Novembre 2019
je suis fière de cette transformation car notre pays est très pauvre et mais pour quoi dit ont que notre pays à de l'indépendance ! I ny a rien qui le prouve cela. vivont notre pays le bénin et je suis sur tout va changé très bientôt par la force de celui qui au pouvoir
Rédigé par: Edjadéo janvier   le: Samedi 9 Novembre 2019
Nous voulons dépendre de nous même
Rédigé par: FIOGBE kabirou   le: Samedi 9 Novembre 2019
Nous sommes entièrement d'accord avec cette décision. Que Dieu protège TALON Patrice.vive l'Afrique, vive le Bénin.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Samedi 9 Novembre 2019
Si cela est avéré (ce qui reste à prouver car ça a un bon relent de Fake News), cela signifie que le Bénin se retire unilatéralement du CFA. Bon vent à eux et à leur "Talon" d'Achille !
Rédigé par: BI MICHEL   le: Samedi 9 Novembre 2019
Lago Tape au risque de me répéter nous avons déjà plus de 30 endroits dans les trésors publics à travers le monde. seule la France rémunère notre compte d'opération. Les autres au contraire demandent déjà de l'argent pour la gestion. Donc c'est pas quand la France sera plus dedans qu'ils vont rémunérer le compte. Le problème avec la France est plus un problème de coeur que de raison.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Samedi 9 Novembre 2019
j'ai écouté l'interview du pdt Talon. En vérité, il est lui aussi content si ce joug psychologique dont il parle tombe un jour ou l'autre. Mais si rien ne change ce ne serait pas grave car pour lui, techniquement c'est tant mieux.Il faut le comprendre; c'est un homme d'affaires et malheureusement, les questions de liberté, de souveraineté, d'indépendance, et de dignité etc. des peuples sont des questions accessoires les affairistes.
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Si le devises de nos Etats ne sont plus détenues par le Trésor Français, c'est une bonne chose en soi (et à priori). Ainsi nos Etats auront la "responsabilité" des placements plus rémunérateurs de nos devises auprès de plusieurs autres banques centrales et banques/fonds d'investissements. Je parle de "responsabilité" ici, car il ne s'agira pas (pour nos chefs d'états africains) d'utiliser les devises de nos pays (comme de l'argent) qu'ils vont détourner à leur profit et au profit de leurs proches. Cela serait très dommage pour nos pays!
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Ce n'est que le début ! Si cela est vrai il n'y a qu'à l'encourager.
Rédigé par: Angelo   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Nous ne voulons plus le FCFA nous voulons dépendre de nous même et non d'un autre pays! Mais pourquoi nous sommes indépendant alors? NON FCFA
Rédigé par: BI MICHEL   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Vous allez me dire on s'en fout et qu'il faut être "indépendant". Mais l'indépendance veut aussi dire gagner plus. Il faudrait que chacun sache que en dehors de la France nous avons d'autres réserves de change au USA en Chine etc.Dans tous les pays importants pour nos importations ou nos ventes. la France rémunère la réserve à 0.7% l'année. Les autres pays ne rémunère pas notre réserve de change bien au contraire nous payons de l'argent pour cela. je pense qu'il serait honnête de dresser un tableau comparatif des deux systèmes. On ne nous a pas bien expliqué sera sûrement le langage des anti-CFA une fois le CFA disparu et le trésor français hors jeu. Les émotions oui mais une décision prise en mettant le + et le - dans la balance serait intelligent.
Rédigé par: papus   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Tout modele economique,tout modele politique est appele un jour a disparaitre et nos chefs d'etats francophones,nostalgiques de ce systeme monetaire colonial doivent le comprendre.Les Macron et la nouvelle generation francaise et africaine ne peuvent plus supporter les regles du CFA.
Rédigé par: Beugré Julien   le: Vendredi 8 Novembre 2019
Il faut un courage commun pour dire non à la France