Cherté de la vie : Le prix du sucre grimpe, des consommateurs grognent
lebanco.net - Publié le: 06-11-2019 - Mise-à-jour le: 07-11-2019 - Auteur: jeremy Junior
Cherté de la vie : Le prix du sucre grimpe, des consommateurs grognent
Le président du Conseil des consommateurs du District d'Abidjan (Ccda) Augustin Kouamé invte l'ensemble des consommateurs à « boycotter le produit », et prévoit même l'organisation d'un sit-in devant les locaux du ministère du Commerce, si le prix du sucre roux n'est pas revu à la baisse.
Ayant appris, par le biais de son équipe, la hausse du prix du produit, cet acteur de la société civile soutient que cette augmentation ne se justifie pas. Pour lui, il s'agit simplement « d'escroquerie ». 
Répondant à notre préoccupation, le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Touré, a déclaré, lors de la conférence de presse qu'il a animée le lundi 4 novembre 2019 à son cabinet, que si la hausse du prix du sucre roux se généralise, alors, des mesures seront prises pour remédier à la situation.  
Le prix de ce produit de grande consommation connait, en effet, des augmentations injustifiées, depuis plus d'un mois, selon plusieurs témoignages. Djibril Cissé, vendeur de sucre, riz et produits divers au marché d'Abobo Akeikoi-Extension, confirme l'information : « Le prix du sucre roux a augmenté. Le sac de 50 Kg est passé progressivement de 29 500 à 31 000 Fcfa, puis 33 00 Fcfa à ce jour ».
Le fournisseur de Djibril, un grossiste basé à Adjamé Renault, selon ses confidences, ne lui a fourni aucune explication. Le commerçant dit avoir négocié pour une réduction du prix de la marchandise, mais son fournisseur lui a opposé un refus catégorique, menaçant même de vendre sa marchandise à un autre client au détriment de M. Cissé.  
Lors de notre passage chez Djibril Cissé, une dame s'est plainte auprès du commerçant à cause du prix élevé qu'il lui a appliqué. En guise de réponse, ce dernier a expliqué que l'augmentation est du fait de son grossiste. Nous prenant à témoin, il montre le reçu d'achat indiquant bien le montant qu'il a mentionné.    
Dame Kouakou Amoin, vendeuse de jus de fruits, résidant dans le même quartier est du même avis : « Le sac de sucre de roux de 50 Kg que j'achetais à 29 500 Fcfa au grand marché d'Abobo coûte depuis le semaine dernière 34 000 Fcfa ». 
Cette situation a certainement une répercussion sur le prix au détail. Gérard Konan, technicien supérieur en informatique à Abobo, a eu la désagréable surprise de constater que les prix du sucre ont connu une hausse chez un boutiquier de son quartier. Selon les informations données par Gérard, le kilogramme de sucre blanc qui coutait 700 Fcfa est à 750 Fcfa et celui du sucre roux est passé de 650 Fcfa à 700 Fcfa.    
Jeremy Junior 
 
  
Rédigé par: BI MICHEL   le: Jeudi 7 Novembre 2019
le plus simple que chacun soit cultivateur et aucun prix de nourriture n'augmentera !
Rédigé par: Ado-rateur   le: Jeudi 7 Novembre 2019
Bi-Michel: Les salaires n'augmentent pas aussi vite que les prix. L'augmentation des salaires, c'est seulement du "rattrapage" par rapport aux prix qui augmentent plus vite!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 6 Novembre 2019
Le sucre (ajouté) c'est très mauvais pour la santé.
Rédigé par: graupit   le: Mercredi 6 Novembre 2019
Même le sac de riz uncle sam a connu une augmentation dans ce mois de mille sept cents cinquante francs.Pour vérification,messieurs les contrôleurs de prix du ministère du commerce,pardonner, faites des visites dans les magasins des grossistes et autres pour contrôlés avant de nous communiquer les différents prix des denrées à la télévision.Ne donner pas le courage à ces commerçants de nous asphyxier davantage financièrement. Aider nous très chers gouvernants ( décideurs).
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mercredi 6 Novembre 2019
les salaires doivent augmenter mais les prix doivent jamais augmenter !
Rédigé par: WASSA NICOLE   le: Mercredi 6 Novembre 2019
Ainsi, rien n'est bouclé ni géré. Si je meurs de faim, qui va te revoter?
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 6 Novembre 2019
Que le Grand bâtisseur bâtisse aussi dans nos assiettes.Ou bien c'est ces augmentation sauvage qui finance les travaux du Grand bâtisseur?