7 millions d'inscrits: « On est toujours dans le folklore » politique en Côte-d'Ivoire
Assalé TIÉMOKO - Publié le: 21-10-2019 - Mise-à-jour le: 21-10-2019 - Auteur: Assalé TIÉMOKO
7 millions d'inscrits: « On est toujours dans le folklore » politique en Côte-d'Ivoire
« Je suis chaque fois amusé de voir les publications des FPI-GOR, des pro RHDP, des pro-PDCI, à la suite d'un meeting.
« Voilà, cest bouclé, c'est géré, avec cette mobilisation, y a plus match pour 2020 ».
« Le Rhdp tremble, ils n'ont rien vu encore, cette mobilisation est la preuve que rien n'est bouclé pour 2020?.
Si la foule faisait l'électeur, Laurent Gbagbo aurait gagné l'élection présidentielle au 1er tour en 2010.
On ne tire jamais aucune leçon dans ce pays, on est toujours dans le folklore. Tous oublient qu'avec 26 millions d'habitants, il y a moins de 7 millions d'inscrits sur la liste electorale y compris les milliers de morts qui y sont toujours et que le problème de papier pour voter dans ce pays, n'a jamais réglé.
En 2020, il y aura un autre recensement électoral et on verra qu'il y aura moins de 300 mille nouveaux électeurs.
Des millions d'Ivoiriens n'ont même pas d'extraits de naissance, ni de certificat de nationalité dans ce pays. A Yamoussoukro par exemple pour être dans l'actualité, il y a, depuis 2010, moins de 90 mille inscrits.
Parcourez les villages de ce département où même de la région des Lacs et vous verrez le drame. Des milliers de pères et des mères de famille n'ont pas de jugement, ne parlons même pas de leurs enfants.
 
A Tiassalé, vous trouvez par village, au moins 100 personnes âgées de 18 à 70 ans, qui n'ont pas d'extraits de naissance. Et c'est quasiment pareil dans tous les villages du pays.
Cette situation n'émeut pas nos champions qui dirigent les partis politiques, vous ne les entendrez jamais parler de cela pendant les meetings.
Moins de 7 millions d'inscrits sur une population de 26 millions d'habitants, c'est un scandale en matière de politique d'état civil.
La norme dans tous les pays d'Afrique, c'est au moins 45% de la population qui sont sur la liste electorale.
Au Ghana, à côté de nous, sur une population de 27 millions d'habitants en 2016, 15,7 millions étaient inscrits sur la liste electorale. Soit, plus de 57%. La Côte d'Ivoire est à moins de 30%.
Nous avons des présidents élus par moins de 2 millions de personnes sur 26 millions, et cela ne nous dit rien. »
Assalé TIÉMOKO (journaliste, maire de Tiassalé)
Rédigé par: Yvan Kouakou   le: Mardi 22 Octobre 2019
La critique est facile. Le problème c'est que ce monsieur ne nous explique pas pourquoi il existe un tel blocage dans l'évolution du nombre d'inscrits depuis plusieurs années.? Et quelles sont les solutions potentielles pour y remédier. J'ai horreur de ces personnes qui se croient plus intelligentes que les autres et ce gars là en fait partie. Seulement si les communes rurales avaient été vulgarisées, chaque citoyen aurait eu à proximité un endroit pour faire les extraits de naissance de ses enfants. Et quand la société qui est chargée de faire l'identification a comme démembrement la société d'Adama Bictogo, qui plus est membre du parti au pouvoir, il y aura forcément une suspicion dans l'élaboration des documents d'identité des ivoiriens. Alors évitez de vous montrer plus préoccupé par une situation que les autres ivoiriens. Les autorités font en sorte qu'il y a un manque de confiance. L'autre problème est depuis une trentaine d'années, depuis la mort d'houphouet Boigny, aucun gouvernement n'a pu travaillé correctement pour régler ce problème. Chaque gouvernement étant préoccupé à s'accrocher au pouvoir que de s'occuper des vrais problèmes des ivoiriens.
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mardi 22 Octobre 2019
Loethiers Mackan suivant ce qui est dit dans le texte ici s'il y a quelqu'un à critiquer c'est pas le pouvoir mais bien l'opposition. Le pouvoir dit : "faisons en sorte d'avoir un maximum d'inscrits" l'opposition dit: "c'est qu'il veut inscrire les étrangers" donc pour l'opposition tous les ivoiriens sont déjà inscrits sur la liste électorale donc s'il y a un nouveau inscrit c'est que c'est un étranger !!! c'est de cela qu'il s'agit
Rédigé par: Tuo   le: Mardi 22 Octobre 2019
L'auteur ici dans son article fait bien de montrer la situation du doigt sans tomber dans la critique négative. Il soulève un problème réel même si lui même sait ce qui se dit ci-bas dans les commentaires. Les autorités ne peuvent pas obliger les populations à faire établir leurs papiers qui leurs seront utiles même hors les périodes electorales. Avoir sa carte d'identité nationale est un droit mais pas un devoir au même titre que le vote. Des valeureuses personnes sont mortes dans ce pays pour obtenir ce droit dans d'autres pays les peuples se battent encore pour avoir le droit de vote et chez nous des gens attendent qu'on vienne les supplier ou leur donner de l'argent avant qu'ils s'inscrivent sur une liste électorale. Je pense que c'est à tous ceux qui savent l'importance du vote de sensibiliser les autres et pas seulement les autorités publiques.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Lundi 21 Octobre 2019
La caractéristique principale c'est effectivement cela,faire croire que tout va bien. Quand tu critiques on dit que tu es contre le pouvoir en place. On se tait,on regarde et on continue.
Rédigé par: BI MICHEL   le: Lundi 21 Octobre 2019
M Assalé, nous c'est montrer les muscles qu'on connait. Quand le pouvoir actuel essai une solution, pour l'opposition, il veut brader la nationalité ivoirienne. Donc pardon laisses nous où nous sommes: nulle part
Rédigé par: stéphane Blankson   le: Lundi 21 Octobre 2019
Sur cette question de la liste électorale, deux visions s'affrontent à son sujet. D'une part, il y a les alarmistes qui, à chaque session de révision de la liste électorale par CIE, crient à la fraude organisée par les tenants du pouvoir pour inscrire des milliers de centaines de personnes (1,8 millions) selon SORO qui n'ont pas la qualité pour y figurer. Ceci dans le but de s'assurer un vote favorable. D'autre part, il y a ceux qui comme Mamadou KOULIBALY, estiment que proportionnellement à la taille de la population du pays (28 millions), le nombre de personnes inscrites sur la liste électorale est en de ça de ce qu'elle devrait être comme l'illustre l'exemple du Ghana dans l'article ci-dessus. Entre, les deux thèses, la réalité est que peu nombreux sont les ivoiriens en âge de voter qui se sentent concernés par les sessions d'inscription et de réinscription sur la liste électorale. Depuis 2010, le nombre d'inscris sur la dite liste n'a pas évolué de plus de 10% en neuf ans. Comment, y remédier d'autant que des centaines de milliers de mineurs ont atteint l'âge de voter? En attendant, certaines personnes, faisant fi du bon sens comme Monsieur BANDA KANI d'Afrique Média, affirment que l'intention des tenants du pouvoir actuel est de faire inscrire sur la liste électorale près de 4 millions de personnes soit la totalité des membres de la diaspora burkinabé vivant en Côte d'ivoire.
Rédigé par: stéphane Blankson   le: Lundi 21 Octobre 2019
Sur cette question de la liste électorale, deux visions s'affrontent à son sujet. D'une part, il y a les alarmistes qui, à chaque session de révision de la liste électorale par CIE, crient à la fraude organisée par les tenants du pouvoir pour inscrire des milliers de centaines de personnes (1,8 millions) selon SORO qui n'ont pas la qualité pour y figurer. Ceci dans le but de s'assurer un vote favorable. D'autre part, il y a ceux qui comme Mamadou KOULIBALY, estiment que proportionnellement à la taille de la population du pays (28 millions), le nombre de personnes inscrites sur la liste électorale est en de ça de ce qu'elle devrait être comme l'illustre l'exemple du Ghana dans l'article ci-dessus. Entre, les deux thèses, la réalité est que peu nombreux sont les ivoiriens en âge de voter qui se sentent concernés par les sessions d'inscription et de réinscription sur la liste électorale. Depuis 2010, le nombre d'inscris sur la dite liste n'a pas évolué de plus de 10% en neuf ans. Comment, y remédier d'autant que des centaines de milliers de mineurs ont atteint l'âge de voter? En attendant, certaines personnes, faisant fi du bon sens comme Monsieur BANDA KANI d'Afrique Média, affirment que l'intention des tenants du pouvoir actuel est de faire inscrire sur la liste électorale près de 4 millions de personnes soit la totalité des membres de la diaspora burkinabé vivant en Côte d'ivoire.