Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fmi: Une moisson très abondante pour la Côte d'Ivoire
Fraternité Matin - Publié le: 21-10-2019 - Mise-à-jour le: 21-10-2019 - Auteur: EMELINE P. AMANGOUA
Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fmi: Une moisson très abondante pour la Côte d'Ivoire
Les lampions se sont éteints, hier, à Washington Dc, sur les assemblées annuelles 2019 du Fonds monétaire international (Fmi) et la Banque mondiale. Que retenir de la participation ivoirienne à ces assises des institutions de Brettons Woods ? Que de bonnes nouvelles. Car, les résultats des dossiers que le chef du gouvernement, Amadou Gon Coulibaly avait à traiter, sont plus que reluisants. Entre des rencontres avec les partenaires financiers et investisseurs privés et la présentation des  projets dans les domaines de l'énergie, la promotion des Pme, le tourisme, le secteur agricole, l'agenda du Premier ministre ivoirien était au comble.
A cette mission à Washington Dc,  le chef du gouvernement avait  à ses côtés une importante délégation constituée notamment du ministre de l'Économie et des Finances Adama Coulibaly, du ministre auprès du Premier Ministre, charge? du Budget et du Portefeuille de l'Etat, Moussa Sanogo et de plusieurs directeurs d'administration, des conseillers spéciaux.
D'importants acquis
Le premier acquis de ces assises reste sans conteste, la signature avec Philipe Houerou, vice-président exécutif de la Société financière internationale (Sfi) du Groupe de la Banque mondiale, d'une convention pour la réalisation de deux centrales solaires de 30 Mégawatts-heure (Mgh) de capacité chacune, à Loboa dans la localité de Boundiali et à Touba. A son passage à l'Agence multilatérale de garantie des investissements (en abrégé Miga), Amadou Gon Coulibaly a plaidé pour  l'accompagnement de l'institution dans des domaines tels que le tourisme et les logements économiques et sociaux, l'efficacité logistique  des secteurs à forte potentialité nécessitant des investissements importants. Le secteur privé, le cour de la stratégie de la transformation structurelle de l'économie ivoirienne, était également au centre des échanges qu'a eu le chef du gouvernement ivoirien. Il s'agit notamment de l'élaboration d'une stratégie de développement économique de la Côte d'Ivoire avec la Sfi, sur la période 2020-2030. Sur ces sujets, les institutions financières ont réaffirmé leur engagement à accompagner le pays dans le processus de développement de son économie.  Cette volonté a été affirmée  par le Président du Groupe de  la Banque mondiale, David Malpass, qui a eu une rencontre avec  le chef du gouvernement, hier au siège de la Banque mondiale. « Nous avons entamé avec le groupe de la Banque une réflexion, sur la période 2020-2030. Cette étude importante que nous menons conjointement avec la Banque mondiale. Le document relatif à cette stratégie devrait être prêt  pour avril 2020. Nous nous  sommes réjouis avec la Banque mondiale de l'avancée de cette étude. » a souligné le chef du gouvernementPuis d'ajouter « Nous avons parlé du cacao et de la forêt. Nous souhaitons que la banque accompagne  la Côte d'Ivoire et le Ghana sur les discussions que nous menons avec les industriels sur la question du revenu décent des producteurs de cacao. Le président du groupe  a été sensible à cela. Nous avons trouvé ensemble des pistes de solutions » s'est réjoui le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.  
En effet, les importants appuis dont la Côte d'Ivoire n'a cessé de bénéficier au cours de cette rencontre de haut niveau, n'est pas le fruit du hasard. C'est le résultat des bonnes réformes institutionnelles, économiques et financières engagées par le gouvernement, sous la houlette du Premier ministre. Pour preuve, on  assiste à une amélioration de l'Indice du développement humain (Idh), l'accélération de l'accès des populations aux services sociaux de base (eau potable, électricité, santé, etc.), la baisse de l'indice de sécurité. Sans oublier  les  bonnes perspectives économiques en 2018 avec un taux de croissance estimé à  7,4% et une projection de 7,5% en 2019. Au regard de cette volonté politique affichée par le gouvernement, l'Agence multilatérale de garantie des investissements (en abrégé Miga), par la voix de la  vice-présidente exécutive Keiko Honda, s'est engagé à toujours accompagner la Côte d'Ivoire. « C'est un honneur de travailler avec vous. Nous sommes prêts à vous accompagner dans le financement de vos projets, dans le domaine du transport de l'énergie »,a-t-elle déclaré.
 Au  siège du département d'Etat des Etats-Unis, Tibor Nagy, sous-secrétaire d'Etat chargé des Affaires africaines et le chef du gouvernement ivoirien ont eu un entretien extrêmement important qui a porté sur l'avenir du pays.  Tibor Nagy, s'est alors dit rassuré quant à l'avenir politique de la Côte d'Ivoire.
EMELINE P AMANGOUA
ENVOYEE SPECIALE A WASHINGTON DC