Côte d'Ivoire, les crimes oubliés de l'ex rebellion (acte 2 ): témoignage d'une victime devant le tribunal d'Abidjan
lebanco.net - Publié le: 21-09-2019 - Mise-à-jour le: 21-09-2019 - Auteur: Brussi Kouano
Côte d'Ivoire, les crimes oubliés de l'ex rebellion (acte 2 ): témoignage d'une victime devant le tribunal d'Abidjan
Yao Attoungbré Zéphirin est instituteur de son état. Cependant, il est plus connu sous le pseudonyme de YAZ, les initiales de son nom à l'état civil. Lors de nos investigations, nous avons obtenu une copie de son entretien portant les crimes commis par des rebelles à l'éclatement de la crise militaro-politique du 19 septembre 2002 à Assandrè, dans son village natal. Il est interrogé par un juge du tribunal de première instance d'Abidjan.
Le Juge : M. Yao, les rebelles ont assassiné vos parents. Dites-nous ce qui s'est passé.
Yao Attongbré Zéphirin (YAZ) : Mon histoire date d'un peu loin. J'étais à Sakassou où j'exerçais mon art d'enseignant. Le 29 /09/ 02, exactement les rebelles ont pris la ville de Sakassou. Le même jour, ils ont assassiné un professeur du lycée : M. Kobenan (prof d'Eps). Ayant pris peur, j'ai fui le même soir avec ma famille pour me réfugier à Assandrè, mon village natal. Et le 02 / 12/ 02, aux environs de 10 heures, les rebelles sont arrivés à Assandrè. Tout le village s'est jeté en brousse sauf les danseuses d'Adjanou. Ils ont attrapé Koffi N'goran, la meneuse des danseuses. Ils l'ont emportée avec eux. Aux environs de 21heures, les rebelles sont revenus en compagnie de Koffi N'goran dans le but de leur montrer la cachette des autres danseuses. N'ayant pas pu mettre la main sur aucune des danseuses, les rebelles sont rentrés dans notre maison. Ils ont enlevé tous les parents qui sont restés dans les chambres : 1 Kouadio Yao (mon père) 2 Kouassi Amenan (ma belle-mère) 3 Yao Tano (ma grande sour). On a vu des portes endommagés, nos biens emportés. Le bois sacré des femmes et celui des hommes ont été saccagés. Masques et objets précieux ont été emportés.
Le Juge : l'Etat ivoirien a mis des avocats à votre service pour vous aider à régler ce problème. Est-ce que vous êtes d'accord qu'il vous suive ou bien allez-vous prendre vous-mêmes des avocats ?
 
YAZ : Je me soumettrai aux recommandations de l'Etat ivoirien
Le Juge : Combien étaient-ils les rebelles ?
YAZ : Depuis que j'ai pris peur d'eux à Sakassou, à tout bruit de véhicule ou de fusil, je me jetais en brousse avec ma famille. Je ne les ai pas vus.
Le Juge : Quels sont les moyens que vous avez utilisés pour sortir des zones assiégées ?
YAZ : Après leur forfait, tout le village est rentré en brousse. Moi, j'y ai passé trois jours. Ensuite, je suis allé à pied à Koumélé, un village situé à 5 Kms d'Assandrè croyant qu'ils allaient libérer mes parents. Mais faux. Chaque jour, ils venaient semer la terreur dans le village. Après douze jours d'attente vaine, j'ai pris un car qui nous a déposé à Mié N'gou, un camp de déplacés à Yamoussoukro.
Le Juge : Voici que les rebelles viennent d'assassiner trois de vos parents. Si l'Etat veut faire un dédommagement et qu'on vous demande de fixer un taux, à combien de francs pourriez-vous évalue cela ?
YAZ : Cette question est vite venue, je vais réserver jusqu'au jugement : le temps de prendre conseils auprès de la famille.
Brussi Kouano
Rédigé par: Petit Gros   le: Dimanche 22 Septembre 2019
Si l'on doit parler de ceux qui ont véritablement pillé l'économie ivoirienne au grand dam des populations, Soro compterait parmi les derniers maillons de la chaîne. D'où provient la fortune des ex-rebelles? De sources bien informées selon un rapport du Think-Tank britannique Chatham House, Ils ont acquis une bonne partie de leur fortune dans la vente des bois de teck de Bouaké et sa région. Cette manne mal acquise sera gonflée par sa quote-part le pillage des différentes succursales de la banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (Bceao) et d'autres petites institutions financières surprises par le déclenchement de la crise de 2002. A ces deux grosses sources viennent s'ajouter les fruits des rackets des ex-rebelles. Rackets opérés bien sûre sur les populations dont ils étaient sensés faire le combat. C'est donc bien assis sur cette montagne de biens mal acquis Une estimation de la fortune faite par ces personnes pourrait être inexacte. Ceci est donc un état non exhaustif du pillage qui a été opéré lors de l'annexion des zones par la rébellion version "Guillaume Soro". Les populations des zones sous contrôle du "petit gros" et sa bande doivent avoir bien de regrets aujourd'hui. .