Obsèques de Dj Arafat : Vive tension entre « chinois » et forces de l'ordre sur la route du cimetière
lebanco.net - Publié le: 31-08-2019 - Mise-à-jour le: 01-09-2019 - Auteur: Jeremy Junior
Obsèques de Dj Arafat : Vive tension entre « chinois » et forces de l'ordre sur la route du cimetière
 Suite à la veille mémorable, suivie de la levée du corps de DJ Arafat au stade Felix Houphouët Boigny, les fans de l'artiste ont se sont empressés de quitter le lieu en direction du cimetière de Williamsville où a été enterré celui que ses mélomanes appelaient affectueusement ''Daishikan''.
Aux environs de 8 heures 15, les « Chinois », qui tentent de rejoindre le cimetière, sont refoulés au niveau de la gendarmerie d'Agban par des bombes lacrymogènes et des tirs en l'air. C'est la débandade. La voie allant dans le sens de Yopougon à Adjamé, en passant par le camp de gendarmerie, est fermée à la circulation. Tous les véhicules sont contraints de faire demi-tour.
Les fans de ''Daishikan'' courent et vont s'abriter au quartier Ebrie, situé en face de la gendarmerie. « Les gendarmes ont les foutaises. Ils ne veulent pas qu'on aille enterrer notre môgô (notre ami). Ils disent que notre hommage est terminé au stade et qu'il faudrait qu'on entre chez nous », explique sous l'effet de la colère, un mélomane à une résidente du quartier, qui veut savoir la raison pour laquelle les gens courent.
Le fan du roi du coupé-décalé dit ne pas comprendre les agissements des gendarmes. A quelques pas de là, les plus téméraires tentent tout pour se rendre au cimetière malgré le dispositif, mais ils sont vite refoulés. De temps à autre, les bombes lacrymogènes sont lancées et des tirs sont également entendus.  
Quand le calme revient, on voit circuler des cargos de forces de l'ordre à bord desquels sont assis des agents, armes au point. Ils sillonnent le quartier et repartent. C'est aux environs de 10 heures que le calme est totalement revenu.
Jeremy Junior