Veillée d'hommage à Dj Arafat: Les « Chinois » entre pleurs et danse au stade Houphouët-Boigny
lebanco.net - Publié le: 30-08-2019 - Mise-à-jour le: 01-09-2019 - Auteur: Sylvie Guei
Veillée d'hommage à Dj Arafat:  Les « Chinois » entre pleurs et danse au stade Houphouët-Boigny
 
 
Les fans de Dj Arafat ont déferlé au stade Houphouët-Boigny dès la matinée du vendredi 30 août 2019, comme l'on s'y attendait. Aux environs de 19h où nous nous faisions l'écho de l'ambiance au sein du stade, ils étaient plus de 30 000 à avoir pris place dans les gradins et tribunes. C'est à ce moment que l'épouse de l'artiste ses enfants ont fait leur entrée dans le stade, arrachant des cris aux milliers de « Chinois » qui ont fait le déplacement.
Mais pour accéder à l'intérieur, il a fallu montrer patte blanche. Car les contrôles des forces de l'ordre étaient stricts et à divers niveaux. Des véhicules étaient priés, par exemple, de garer au niveau de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest( Bceao). Puis il fallait passer, à pied, plusieurs cordons de de policiers et gendarmes. Tout objet susceptible de faire mal était systématiquement arraché. Un jeune homme, qui portait un couteau sur lui, a été interpellé, a annoncé le service de communication de la Police nationale. C'est dire que la sécurité était renforcée. Des forces de l'ordre en tenue étaient postées dans les gradins, pour une surveillance de proximité.
Un dispositif de sécurité renforcé qui n'empêchait cependant pas les fans de l'artiste de se trémousser aux sons de leur idole. Même si beaucoup d'entre eux n'avaient pas le cour à la fête. Nombre d'entre eux n'arrivaient pas encore à se faire à l'idée que Dj Arafat soit vraiment décédé. Ceux-là pleuraient à l'évocation de son nom où quand étaient distillés des titres de son riche répertoire musical.
Malgré la douleur qui les étreint, certains « Chinois » ont témoigné leur attachement inconditionnel à Dj Arafat au point de s'en prendre violemment à un artiste. C'est que celui-ci a cru bon d'entonner la chanson célèbre d'un autre artiste du coupé-décalé, du nom de Ariel Cheney, que les fans d'Arafat estiment avoir trahi son « père » qu'est le défunt. Mal lui en pris, car il a provoqué l'ire des « Chinois », qui se sont mis à le huer et même à jeter des projectiles en sa direction. A part, cet incident mineur, la cérémonie se déroulait dans une ambiance bon enfant, au moment où nous mettions cet article en ligne.
Sylvie Guei