Politique : '' les propos de Bédié sont passibles de poursuite judiciaire au regard du code pénal '' Adjoumani Kobenan
Abidjan.net - Publié le: 11-06-2019 - Mise-à-jour le: 11-06-2019 - Auteur: Abidjan.net
Politique : '' les propos de Bédié sont passibles de poursuite judiciaire au regard du code pénal '' Adjoumani Kobenan
' les propos de Bédié sont passibles de poursuite judiciaire au regard du code pénal ivoirien'' a affirmé Adjoumani Kobenan, porte-parole du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix en Côte d'Ivoire (Rhdp) au cours d'une conférence de presse qu'il animée ce mardi 11 juin à Abidjan. 

Pour lui, '' Ce que M. Bédié doit savoir, c'est que ses appels à la haine et à la révolte sont constitutifs d'infractions prévues et punies par le code pénal ivoirien'' dit-il. Pour lui, le président Bédié tombe sous le coup de l'article 158 alinéa 2 du code pénal qui dispose que : "Est puni de l'emprisonnement à vie l'attentat dont le but est (...) d'exciter les citoyens ou les habitants à s'armer contre l'autorité de l'Etat ou à s'armer les uns contre les autres"

À en croire Adjoumani Kobenan, la gravité des propos décriés exige une insistance sur la dénonciation et surtout sur la sensibilisation des populations ivoiriennes, '' afin que celles-ci ne tombent pas dans le piège du repli ethnique et du repli tribal vers lesquels voudrait les pousser, le président du PDCI-RDA '' a-t-il lancé.
Faut-il le rappeler, après les propos de Bédié la semaine dernière sur les questions de l'orpaillage clandestin, la fraude sur l'identité et les conflits communautaires, le porte-parole du gouvernement, dans un communiqué, a condamné la sortie du président du Pdci-Rda. 

Selon le porte-parole du Rhdp, le président Bédié ne pose pas clairement les problèmes cités ci-dessus mais, '' appelle sans aucune fioriture, à la haine et à la révolte populaire contre les étrangers au motif que ces derniers qu'il assimile à des "envahisseurs", seraient en train d'opérer un "hold-up" sur la Côte d'Ivoire, en pillant ses richesses minières, à travers l'orpaillage clandestin, en s'accaparant toutes les terres et en menant une fraude à grande échelle sur la nationalité'' a-t-il indiqué. 

Poursuivant dans son intervention, il a demandé à M. Bédié, en tant qu'opposant, de formuler des propositions pertinentes pour aider le Gouvernement à enrayer le phénomène. 

Cyprien K.
Rédigé par: Fognon.   le: Samedi 15 Juin 2019
@ Dr Marcel Amani Kouassi. Adjoumani doit la fermer hermetiquement et encore a cle selon vous; n'est-ce pas? Vous etes les seuls a avoir droit a la parole; les autres...shhhhhh! C'est xa? Pourtant, Adjoumani fait plus de sense que vous. En etes-vous jealous de son zele ou bien? C'est quoi au juste? Qui a une bouche et qui possede la poubelle? Personne peut repondre parce que c'est Bedie? Verse ton Bandji dans la gourde et non pas sur la gourde. A+
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Jeudi 13 Juin 2019
Quand quelqu'un participe aux élections politiques dans un pays, il n'est plus étranger. Car il est désormais naturalisé. Mais si on continue à l'appeler étranger, il y a problème. Soit on est foncièrement léger et on est incapable d'évoluer mentalement,soit on est de mauvaise foi.Parce que dans aucun pays, les étrangers ne votent tant qu'ils n'ont pas "pris" la nationalité.Même dans la moderne France des droits de l'homme.Mais comment se fait la naturalisation? Quand Bédié sera devant les tribunaux, il apportera avec lui l'enregistrement de la conférence d'Adjoumani comme témoignage. Dans tous les cas si Bédié est vraiment traîné devant les tribunaux, c'est une grande première qui fera jurisprudence dans ce pays. C'est alors que s'ouvrira une nouvelle saison qui sera la "mère" de tous les procès envisageables. Espérons seulement que les magistrats soient à la hauteur, que la justice se fasse au nom du peuple. C'est la Côte-d'ivoire qui en sortira grandie. Et ceux qui aiment la justice et le droit se régaleront sûrement.
Rédigé par: Dr. Marcel Amani KOUASSI   le: Jeudi 13 Juin 2019
Adjoumani: Tu es l'incarnation d'un désastre. Partout ou tu es passé, tu aras été nul et égale à toi même. Tu ne fais que du Tohu Bohu, c'est à dire du bruit. Tu ne raisonnes pas Adjoumani; plutot, Tu résonnes comme un tambour. Tu fais honte
Rédigé par: papus   le: Mercredi 12 Juin 2019
Ah bon c'est a l'oppostion de faire des propositions pour enrayer ce phenomene? Que fait le gouvernement qui est sense dirige le pays ? Sans doute a continuer a s'engraisser sur le dos des contribuables
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 12 Juin 2019
Ah oui ? Dire la vérité sans fard et sans animosité, c'est passible de poursuites ? Dans ce pays, le mensonge (ne serait-ce que par omission) est obligatoire ? L'opposition est un délit ? peut-être même un crime ? Est-ce bien sérieux tout cela ?
Rédigé par: Lago Tape   le: Mardi 11 Juin 2019
Adjoumani: "Bédié" n'a fait que répéter plus ou moins ce que le gouvernement lui-même a annoncé à propos de l'orpaillage clandestin et lorsqu'il y a eu les crises de Mont-Peko et autres. . .C'est le gouvernement lui-même qui a annoncé que les forêts classées de Côte d'Ivoire et les parcs nationaux sont occupés (illégalement) par des populations allogènes venues principalement du Burkina et du Mali. (En ethno-sociologie, un groupe allogène (ou allochtone) est un groupe ethnique installé depuis relativement peu de temps sur un territoire et présentant encore des caractères culturels ou phénotypiques qui le distinguent de la population indigène). Il y a eu des décisions de justice prises par la Justice Ivoirienne qui recommandent l'expulsion de ces groupes allogènes des forêts classées et des parcs nationaux ivoiriens. Le gouvernement ivoirien a suspendu l'exécution de ces mesures en disant qu'il allait trouver par la voie de la négociation d'autres pays d'accueils CEDEAO pour tous ces "refugiés et leurs familles, de la crise alimentaire et climatique" au Mali et au Burkina, car tous ne peuvent pas être repris par le Burkina Faso et le Mali, leurs terres d'origine. Bref, on ne peut pas taxer "Bédié" de racisme et xénophobie sur la seule base de ses déclarations (qui sont celles du gouvernement auparavant). Si on veut accuser "Bédié" de racisme et xénophobie, alors il faudrait plutôt se référer à sa désastreuse politique de "l'ivoirité" et non pas à ses déclarations actuelles.