Côte d'Ivoire: Le gouvernement veut éviter les débats, accuse le PDCI
PDCI-RDA - Publié le: 10-06-2019 - Mise-à-jour le: 10-06-2019 - Auteur: PDCI-RDA
Côte d'Ivoire: Le gouvernement  veut éviter les débats, accuse le PDCI
Le samedi 8 Juin 2019, le Gouvernement de la République de Côte d'Ivoire a fait une déclaration, portant le sceau et la signature de son Porte-parole le Ministre SIDI Tiémoko TOURE, abondamment relayée par les médias nationaux et internationaux, relative aux propos tenus par Son Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, à l'occasion d'une audience qu'il a accordée à une délégation de militants de son parti de la Commune de Koumassi.
 
Le Porte-parole du Gouvernement a choisi délibérément des morceaux des propos du Président du PDCI-RDA, sortis de leur contexte, pour en faire une exploitation tendancieuse ; à l'effet de ternir son image et porter atteinte à son honorabilité.
 
Par ce stratagème, le gouvernement en arrive à qualifier les propos tenus par le Président du PDCI-RDA, comme étant « d'une extrême gravité, appelant à la haine de l'étranger et de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l'unité nationale et la cohésion du pays ».
 
Contrairement à cette accusation, à la fois calomnieuse et démagogique, le Président Henri KONAN BEDIE n'a fait que porter à l'attention de l'opinion nationale et internationale des faits troublants et récurrents, vécus par les populations ivoiriennes et qui suscitent de véritables inquiétudes.
 
Ces faits, régulièrement révélés par la presse nationale, internationale et publiquement reconnus par certains membres du Gouvernement, sont relatifs notamment:
-aux conflits intercommunautaires récurrents ;
-à ce que recouvre l'orpaillage clandestin ;
-et à la fraude sur l'identité ivoirienne.
 
Au regard de la persistance et de l'aggravation de ces faits, le Président Henri KONAN BEDIE, en sa qualité d'homme d'Etat et de Leader politique et d'opinion, est qualifié et bien placé pour aborder ces préoccupations majeures pour alerter le Gouvernement ainsi que l'opinion sur la gravité de ces événements qui menacent la paix sociale et la quiétude des populations ivoiriennes.
 
Concernant les conflits intercommunautaires.
 
Est-ce du racisme, de la xénophobie, du tribalisme, de la discrimination raciale ou religieuse ou de la haine de l'étranger que de dénoncer cette récurrence de ces conflits communautaires intervenus; notamment à Bouna (en Avril 2016), Guiglo (2017),Kanakono (le 24 Décembre 2017), Zouan Hounien en (Novembre 2018), Bangolo (le 24 Juin 2018),  Facobly (en Juillet 2018), Issia (en Octobre 2018 avec la sortie punitive des DOZOS contre les populations autochtones), Duekoué (en Novembre 2018), Bin Houin (en Avril 2019), Marabadiassa (en Février 2019), Béoumi et Abengourou (en Mai 2019) ?
Assurément que non !
En ce qui concerne l'orpaillage clandestin.
 
Est-ce du racisme, de la xénophobie, du tribalisme, de la discrimination raciale ou religieuse, de la haine de l'étranger que de regarder comme troublant ce phénomène qui est une réalité, principalement le fait de non nationaux armés et domiciliés à la lisière de nombreux de nos villages de Côte d'Ivoire ?
Ces sites d'orpaillage clandestin utilisent de nombreux enfants et sont sources d'insécurité et de conflits répétés. 
 
En matière d'utilisation des enfants, « Le site d'orpaillage le plus actif est celui de Booré-Etienkro. Le nombre d'enfants engagés sur ce site est d'environ 200 »,a déclaré lors de la deuxième conférence mensuelle des chefs de service initiée par le Préfet par intérim Soro Sana à Dimbokro, le représentant du Directeur des Mines et la Géologie, Tigori François.
Celui-ci a déploré l'utilisation des enfants sur ces sites. Cette utilisation des enfants, dit-il, se fait au vu et au su des autorités. Ces enfants pour la plupart, sont des écoliers et élèves ayant déserté les salles de classes.
Le représentant du Directeur des Mines et de la Géologie évalue à 3000, le nombre d'orpailleurs clandestins présents à Booré dont plus de 85% sont des non-nationaux. 
En plus de Booré, plusieurs sites d'orpaillage clandestin existent également dans le département de Dimbokro à Bassa-Kouadiokro, Tanoh-Akakro, N'Dayakro, Bengassou et Djèkro.
Relativement aux conflits meurtriers plusieurs sources en relatent les faits.
L'orpaillage clandestin se développe de plus en plus dans de nombreuses régions de la Côte d'Ivoire.Certaines populations ivoiriennes essaient difficilement d'empêcher ces orpailleurs, bien particuliers, de s'installer, mais sans grand soutien des autorités administrativesAinsi, l'on assiste régulièrement à des affrontements meurtriers
En voici quelques chiffres sur ces violences orchestrées par ce phénomène qui s'amplifie
Bongouanou, au Centre-Est : Une jeune fille a été retrouvée éventrée dans la nuit du samedi 4 mai 2019 par des orpailleurs clandestins sur la voie Broukro-Aboussounou aux environs de 4 heures et est décédée, le mardi 7 mai à 6 heures, à l'hôpital général de Bongouanou. Interrogée avant sa mort par le chasseur qui l'a découverte, elle a expliqué avoir été prise à Bongouanou par deux orpailleurs clandestins dont l'un est le père de son enfant. A l'en croire, ils avaient promis faire une virée nocturne à Akakro, mais après Broukro, ils ont dévié dans le sens d'Aboussounou où ils l'ont agressée dans la brousse avant de l'abandonner.
Koffré ,sous-préfecture de Kasséré, dans le Nord : Le commandant de la 4ème compagnie mobile de gendarmerie de Korhogo, le capitaine Pierre Djah Dago avait été froidement assassiné par des déguerpis d'un site d'orpaillage clandestin à Koffré, le lundi 30 juillet 2018. En effet, menacés par les orpailleurs armés de machettes, de pioches et de gourdins et ayant saisi au collet un gendarme, un collègue de ce dernier avait fait un tir de sommation, pensant pouvoir dissuader les assaillants. C'est dans la foulée que le capitaine Dago avait reçu un coup de pioche au dos. D'autres coups de pioches et de machettes avaient suivi, ne laissant pas le temps à l'officier de sortir son arme. Il avait été lynché à mort, avec divers objets contondants.
Hiré dans la préfecture de Divo, au Centre-Ouest : Les jeudi 6 avril et vendredi 7 avril 2017, Hiré avait été le théâtre de violents affrontements entre gendarmes et jeunes causant la mort d'au moins deux personnes et de nombreux blessés par balles. Et pour cause, les jeunes pour la plupart, des exploitants clandestins d'or accusaient les gendarmes d'être à la base de la mort d'un des leurs.
Alosso dans le département d'Alépé, au Sud :Cette localité avait été secouée, le jeudi 14 janvier 2016, par un affrontement sanglant entre des orpailleurs clandestins et ses populations. L'on dénombrait à l'issue de cet affrontement, 11 blessés du côté des assaillants et deux du côté des villageois. A l'origine de ce conflit, qui avait viré sur le terrain communautaire, une exploitation clandestine des ressources minérales de la région par des ressortissants ghanéens, le long du fleuve Comoé.

Angovia dans le centre-ouest : Les affrontements sanglants qui ont lieu en Juillet 2014 se sont à nouveau répétés en Mars 2015. En effet, un chasseur traditionnel communément appelé Dozo, avait ouvert le feu sur un orpailleur clandestin travaillant dans une des nombreuses mines à Angovia, situé à 70 km de Yamoussoukro. 

La victime, avait été transportée d'urgence à l'hôpital, au niveau de Bouaflé où elle avait reçu les soins que nécessitait son état de santé. Toutefois, les populations autochtones s'étaient soulevées pour réclamer le départ, sans condition, des chasseurs traditionnels de leurs terres. 

La liste est bien longue que l'on ne pourrait pas finir d'égrener. L'ensemble de ces événements malheureux ont mis en cause des Orpailleurs Clandestins non nationaux.
Dans presque toutes les régions de la Côte d'Ivoire, la présence de ces orpailleurs bien particuliers a atteint des proportions inquiétantes.
Les rapports de l'Union Européenne, des journalistes indépendants locaux comme étrangers et autres donneurs d'alertes viennent, quand ils croisent avec la réalité vécue par les populations locales qui permettent de relever le laxisme complice et approbateur des autorités du pays, viennent accroitre davantage le trouble dans notre entendement.
 A quelles fins donc sont positionnées ces véritables bandes armées, semblables à des milices bien organisées ?
En quoi est-ce alors appeler à la haine de l'étranger que d'appeler la conscience des ivoiriens sur cette réalité ?
Est-ce donc un délit que d'alerter l'opinion sur les dangers qui guettent la survie de la Côte d'Ivoire que l'on veut absolument transformer en un no man's land ?
Est-ce être xénophobe que de réveiller les autorités ivoiriennes qui semblent se prélasser dans un faux sommeil complice de cette situation qui menace la sécurité nationale?
Le PDCI-RDA dit qu'il ne faut pas fuir ce débat, le dévoyer car il y a lieu d'apaiser les cours, de rassurer les populations et rendre plus solide le tissu de la coexistence pacifique des communautés en Côte d'Ivoire;

Ces événements malheureux ont mis en cause des orpailleurs clandestins majoritairement originaires des pays voisins.

 
En ce qui concerne la fraude sur l'identité.
 
Est-ce du racisme, de la xénophobie, du tribalisme, de la discrimination raciale ou religieuse ou de la haine de l'étranger que de dénoncer la réalité de la fraude sur l'identité ivoirienne ?
 
Lorsque l'Ambassade d'Italie en Côte d'Ivoire a révélé l'arrivée clandestine de 13.000 immigrés ivoiriens sur les côtes italiennes au cours de la période du 1er au 31 décembre 2016, le Ministre KONE Bruno, porte-parole d'alors du gouvernement n'a pas démenti cette information. Il a plutôt affirmé, le mercredi 12 Avril 2017, qu'après des enquêtes et investigations menées par le Gouvernement ivoirien, il a été établi que « seuls 2000 immigrés ont formellement été identifiés comme étant réellement des Ivoiriens sur les 13.000 présumés ivoiriens comme rapporté par l'hebdomadaire Jeune Afrique dans sa livraison du 15 Avril 2017.
 
Est-ce de la xénophobie ou de la haine de l'étranger de déduire que les 11.000 autres immigrés, initialement, identifiés et présentés comme étant des Ivoiriens du fait des actes qu'ils détenaient, ont acquis frauduleusement la nationalité ivoirienne ?
 
La question, ici, est de savoir si ce sont les étrangers, ne satisfaisant pas aux conditions de naturalisation, qui fraudent pour acquérir illégalement la nationalité ivoirienne ou si ce sont les nationaux, pour lesquels aucune disposition particulière n'est requise, qui fraudent pour acquérir leur propre nationalité.
 
Chers amis journalistes, vous convenez, avec moi, que seuls, a priori, les étrangers, incapables de satisfaire aux conditions de naturalisation, sont enclins à obtenir frauduleusement la nationalité ivoirienne.
 
N'est-ce pas le même Ministre, Bruno KONE Porte-parole d'alors qui a reconnu, à l'occasion du retour de Libye des 150 Ivoiriens candidats à l'immigration, en affirmant : « qu'il s'est retrouvé même des anglophones qui avaient des papiers ivoiriens » !
 
Doit-on tenir pour fausse cette information servie par le Porte-parole de notre Gouvernement ?
 
Par ailleurs, n'est-ce pas troublant, malgré toutes les tentatives vaines de justifications ultérieures qu'un véhicule de transport béninois STC venant de Cotonou (BENIN) via le Ghana, transportant 280.000 imprimés d'attestation d'identité de l'ONI contrefaits a été intercepté par la Douane ivoirienne le Samedi 25 Mai 2019 à Noé, frontière terrestre de la Côte d'Ivoire avec le Ghana et qui étaient convoyés pour alimenter assurément les laboratoires de production de faux disséminés  dans des localités ciblées du pays?
 
De ce qui précède, le PDCI-RDA s'étonne et s'indigne du mauvais procès qui est fait au Président Henri KONAN BEDIE. 
 
Le PDCI-RDA voudrait, une fois encore, inviter le gouvernement ivoirien à faire siens les faits, ci-dessus, révélés publiquement et solennellement par le Président Henri KONAN BEDIE. 
 
Le PDCI-RDA note que pour sauvegarder l'État de droit en Côte d'Ivoire, le gouvernement de Côte d'Ivoire doit se sentir interpellé, après l'adresse du Président Henri KONAN BEDIE et mener les investigations en vue d'apporter de véritables et rassurantes solutions aux préoccupations des ivoiriens, des Ivoiriennes et de tous les habitants de la Côte d'Ivoire.
 
Le PDCI-RDA voudrait porter à la connaissance de l'opinion nationale et internationale que le Président Henri KONAN BEDIE demeure profondément attaché à la préservation de la paix, à la sauvegarde de la cohésion sociale et à la défense de l'unité nationale.
 
Habité par ces valeurs, à lui inculquées par Félix Houphouët- Boigny, dont il a la lourde charge de protéger, le Prix qui porte son nom, le Président Henri KONAN BEDIE ne peut garder le silence devant les graves dérives observées dans la gestion des Affaires publiques, notamment dans les domaines des libertés publiques et de la protection sécuritaire des personnes et des biens en Côte d'Ivoire.
 
C'est ainsi que, suite aux propos inqualifiables tenus dans un lieu de prières, le 31 Mai 2019 par la Député du RHDP Mariam TRAORE, demandant aux imams de les aider pour que « le pouvoir d'état n'échoit pas dans les mains des impurs .»,le Président Henri KONAN BEDIE n'a pas manqué d'interpeller le COSIM,  par courrier, sur la gravité de ces propos qui menacent la laïcité de l'Etat, l'équilibre de la nation et l'Etat de droit.
 
Le PDCI-RDA voudrait rappeler à l'attention de tous, que le Président Henri Konan BEDIE demeure favorable à l'intégration des peuples et des nations de la sous-région, et ce, conformément à la préservation de l'Etat de droit qui oblige le Gouvernement à faire respecter les règles et les lois applicables à la protection de la mobilité des personnes et des biens, pour une cohabitation et une coexistence pacifique entre les populations ivoiriennes.
 
Telle est la conception républicaine du Président Henri KONAN BEDIE pour une intégration réussie et une vie harmonieuse des peuples résidant en Côte d'Ivoire.
 
Cette conception constitue un gage de succès pour notre démocratie, dont l'une des échéances majeures est l'élection présidentielle d'octobre 2020.
 
Chers amis journalistes, vous convenez avec moi que tous les faits dénoncés par les soins du Président Henri KONAN BEDIE pourraient constituer un frein à la libre expression des citoyens lors de cette élection. 
 
Convaincu que les propos du Président Henri KONAN BEDIE sont de nature à inviter le gouvernement à faire face à ses responsabilités, le PDCI-RDA voudrait, ici, par ma voix lui rendre un vibrant hommage pour son action de sauvegarde, de préservation de la paix et de promotion de l'intégration des peuples en Côte d'Ivoire. 
Les archives de la République ivoirienne contiennent des preuves de son attachement et de son engagement en faveur de l'intégration de milliers de frères burkinabés naturalisés. Ainsi, comme exemple, le Président Henri KONAN BEDIE a signé le 26 septembre 1995, un décret portant naturalisation de 8.133 de nos frères burkinabés de Garango, Koupéla et Koudougou dans les Départements de Bouaflé et de Zuenoula .
 
En conclusion, le PDCI-RDA salue la clairvoyance et le sens de l'anticipation du Président Henri KONAN BEDIE sur les grandes questions de la vie de la nation ivoirienne.
 
Le PDCI-RDA remercie, vivement, tous les partis politiques et l'ensemble des forces vives de la nation, qui n'ont pas hésité à exprimer clairement leur soutien aux propos du Président Henri KONAN BEDIE.
 
Un tel soutien est la preuve que ces faits sont des réalités connues des Ivoiriens.
Ils sont récurrents et d'une extrême gravité. 
 
C'est pourquoi, les propos du Président Henri KONAN BEDIE ont inspiré dans l'opinion des ivoiriens un même sentiment, communément et largement partagé.
 
Malheureusement, le Gouvernement ivoirien se refuse à comprendre et à appréhender la juste mesure des propos du Président Henri KONAN BEDIE.
 
Le gouvernement ivoirien a choisi, une fois encore, de classer à dessein ces propos comme procédant de la surenchère politique opportuniste et de mettre en ouvre, son outil de défense préféré qui est la stigmatisation, la désinformation et la mise en avant du spectre de la haine de l'étranger qu'il instrumentalise faussement pour ne pas avoir à faire face à la réalité des choses.
 
Dans quel pays sommes-nous où l'on ne peut pas faire des constats, des analyses ou simplement tenir des propos pour alerter sur un certain état du pays, un péril qui guette la nation en utilisant le mot « étranger » « non nationaux » sans que l'on ne soit taxé faussement de xénophobe ou d'ivoiritaire, notion au contenu dévoyé pour servir de basses manouvres ?
 
Partout, dans le monde, les acteurs politiques se soucient des flux migratoires, de la politique vis-à-vis des étrangers par rapport aux nationaux, de l'état de la coexistence entre les communautés qui se créent, leur installation, leurs occupations, des rapports de ces flux avec la sécurité nationale et la sauvegarde de la paix publique.
 
Le PDCI-RDA qui est un parti de rassemblement, en appelle à la vigilance de tous les Ivoiriens du Nord au Sud, d'Est en Ouest en passant par le centre afin que l'usage abusif de la stigmatisation et de la manipulation de certains concepts à interprétation tendancieuse qui ont hier divisé les ivoiriens ne soient pas remis sur la table à des fins propagandistes.
 
Vive la Côte d'ivoire rassemblée, véritablement réconciliée pour qu'ensemble ses filles et fils travaillent hardiment à son développement.
 
 Fait à Abidjan, le 10 juin 2019 
Jean Louis BILLON 
Secrétaire Exécutif Chargé de l'Information,
de la Communication, et de la propagande
Rédigé par: Fognon.   le: Vendredi 14 Juin 2019
@ Bismark. Ton intervention maladroite ne me surprend guere. Tu excelles dans la connerie. Au moins, Tu es bien a qlq chose sauf a ce qui est JUSTE et recommende. C'est pas la premiere fois que Je mentione cela a ton attention et, crois moi, ce sera pas non plus la derniere fois. Tant que Tu vas ecrire, Tu vas toujours raconter des inepties comme ton mentor. Le rattrapage vous ronge. Ouattara n'a pas cache ses intentions ni ses actions. Mais nous n'avions rien lu ni entendu de toi quand les ethnies de l'Ouest etaient largement favorisees par rapport aux autres aux examens d'entree dans la fonction publique sous administration precedente. Cela a ete denonce pas un des leurs.Tu cites des noms a consonance nordique; voila ton probleme. Tu as qlq chose contre leur fidelite et leur loyaute, leur conscience, leur competence... a la tache, a la besogne? Xa te depasse comme argument? Met qlq chose dans ta cabosse: en matiere de gouvernement, on ne travaille pas avec des incompetents et inconscients et inexperimentes. C'est xa. Voila pourquoi certains presidents font un travail qui ameliore les conditions du pays tandis que d'autres flanquent et sont chasses dehors. Si tu avais une conscience stable Tu aurais fait la part des choses avant de t'asseoir au clavier et pondre des betises. Comme toujours, cest Bismark! A+
Rédigé par: Bismark   le: Jeudi 13 Juin 2019
Loethiers Mackan, c'est ça tu vois là oh. On accuse Bédié de tibaliste. Mais voilà l'administration d'un pays de 60 ethnies. C'est décevant.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Mercredi 12 Juin 2019
Bismark vous mentez! Cela ne pas être possible.
Rédigé par: Bismark   le: Mercredi 12 Juin 2019
Vous qui condamné Bédié, voilà par contre ce qu'il faut condamner. Sans aller contre nos frères du Nord qui n'y sont pour rien dans cette affaire, voilà la purge que le Gouvernement fait dans nos Administration pour ne promouvoir qu'un seul groupe. Cela s'appelle en langage RDR "RATTRAPAGE". N'y a-t-ils qu'eux seuls aui sont intelligents sur les 60 ethnies? ORGANIGRAMME ACTUALISÉ DE LA RTI -Radiodiffusion Télévision Ivoirienne ? DIRECTEUR GENERAL #FOUSSENY_DEMBELE .DIRECTEUR SUPPLÉANT #ERIC_SEKONGO ? DIRECTEUR RADIO CI #SALY_SILUE_KONATE ? FRÉQUENCE 2 #MARIAM_COULIBALY ? DIRECTEUR RTI2 #KADY_FADIGA ? DIRECTEUR RTI PUBLICITÉ #MARIAMA_DA_CHAGAS ? DIRECTEUR DE LA PUBLICATION #CISSE_MOHAMED_LAMINE ? DRH DE LA RTI #TOURE_ABOUBACAR ? DIRECTEUR DE LA COMPTABILITÉ #ABOU_OGO ? DIRECTEUR DES REPORTAGES #HABIBA_DEMBELE_SAHUET ? DIRECTEUR DES PROGRAMMES #KONE_LANCINE ? DIRECTEUR DE LA DIFFUSION #SEYDOU_COULIBALY ? DIRECTEUR DE L'INFORMATION #TRAORE_ABOU ? MÉDIATEUR DE LA RTI#KONE_IBRAHIM ? DIRECTEUR RTI DIGITAL #SAHIFOULAYE_KONE DIRECTEUR TECHNIQUE #DALLA_DIABAGATE QUE DIEU NOUS AIDE
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Mercredi 12 Juin 2019
Puisse le gouvernement démentir Billon pas avec des allégations mais avec des preuves comme Billon l'à fait. On est fatigué des polémiques puériles. Les conflits intercommunautaires sont effectifs et parlent plus que les discours inutiles.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mardi 11 Juin 2019
Oui, le problème de l'orpaillage clandestin et de l'occupation illégale des forêts classées ivoiriennes et des parcs nationaux par des populations dites allogènes (afin d'éviter de prononcer le mot "étranger") est une réalité. Il faut trouver les voies et moyens de résoudre les conflits (souvent meurtriers) entre les populations autochtones (à qui on a interdit l'accès à ces forêts classées et aux parcs nationaux) d'une part, et d'autre part ces populations allogènes venues principalement du Burkina et du Mali, qui elles ont massivement occupé illégalement les parcs nationaux et les forêts classées de Côte d'Ivoire. C'est un problème urgent, dont la résolution traine.
Rédigé par: Bismark   le: Mardi 11 Juin 2019
Grand Zapata, tu commence à faire sortir la vérité. Il a fallu que je t'accule jusqu'a ton dernier rétranchement pour que tu lâche le morceau. Maintenant, un de tes parents est ivoirien. Mais tu ne viens pas saluer l'autre qui est ivoirien bien que ce soit le parti et l'homme que tu adule qui sont au pouvoir. Bien à ce que je sache, la Côte d'Ivoire n'accepte pas encore la double nationalité que par contre je souhaite. Dans ce cas, soit tu est Burkinabé, soit tu es ivoirien mais pas les deux et à voir l'endroit où tu es, ton choix a été fait d'être Burkinabé. Mais aujourd'hui, je vais te caresser dans le sens du poil puisque tu viens de reconnaitre l'hospitalité exceptionnelle de la Côte d'Ivoire. Pourtant hier tu qualifiais des gens d'ivoiritaires. Bedié que vous qualifiez d'ivoiritaire a naturalisé plus de Burkinabé que ADO, ça aussi c'est des choses qu'on vous cache vous les étrangers pour vous exploiter à des fins politiques. Pour Bédié, on ne peut pas acquerir la nationalité dans la fraude. Il faut une procedure. Tu me dis en quoi tu a été contre la Côte d'Ivoire dans nos débats en 2011. Non en 2011, j'atais moi-même un defenseur de ADO. Mes positions ont changé avec sa loi sur le mariage et la manière de traiter les députés qui n'était pas démocratique.Après le sujet qui nous a divisé toi et moi et pour lequel votre groupe d'alors me taxait de xenophobe, portait sur ceux que vous appeliez apatrides à qui les Ivoiriens auraient refusé la nationalité et que ADO est venu corriger. Vous disiez vous appuyant sur des chiffres relayés par RFI et autres que ceux*ci étaient plus de 3 millions. Mais on vous a laissez la possibilité de vous faire identifier gratuitement avec plusieurs prorogations de date de clôture. Au finish, on a pu enregistrer que 450 mille et selon les autorités certains mêmes après examen ne seraient pas éligibles. 450 mille sur 3 millions annoncés, c'est la preuve d'une mauvaise foi. Aujourd'hui je veux saluer la lucidité de ton intervention.QUE D
Rédigé par: IVOIRO.USA   le: Mardi 11 Juin 2019
Nous allons attaquer le bilan inattaquable. D'autres révélations suivront à l'approche du "D day". La force de la vrai opposition . "Make Ivory Coast great again" Merci papa Bédie.La page Ahoussou tournée à jamais .
Rédigé par: Bismark   le: Mardi 11 Juin 2019
Jeqn Louis Billon est ivoirien. Il paie ses impots et son entreprise est la plus grande pourvoyeuse d'emplois en Côte d'Ivoire. S'il n'était pas en règle, votre Gouvernement de haine qui fait du chantage pour débaucher éhonteusement les cadres du PDCI, à l'image de Ahoussou qui avait du mal à lever sa tête pour regarder ses parents lors de sa cérémonie d'adhésion au RDR-RHDP, l'aurait déjà jeté en prison. On sait tous ce qui est arrivé à Benjo, forcé à l'exil. Pour être ivoirien, il faut être né d'un parent ivoirien ou en faire la demande par des cannaaux officiels connus de tous. Avec l'ancien constitution que vous avez rejété sans rien apporté de bon, c'est le poste de président seulement que ne peut pas occupé celui qui n'a pas ses deux parent ivoirien. D'ailleurs Jean Louis Billon dont les parents ont acquis la nationalité ivoirienne pouvait être éligible. Bédié qui est attaché à l'amour de sa patrie et au bien être de ses compatriotes soulève un problème serieux et pour l'éviter on veut noyer l'affaire en nous emmenant sur les idées qui nous ont divisé. En quoi demander une transparence dans la gestion du flux migratoire est-il de la xénophobie ou du tribalisme. La présence de ces nombreux orpailleurs qui pillulent dans nos régions et qui n'ont même pas peur des forces de l'ordre, n'est-elle pas un problème dont ol faut en parler? On a même assisté en 2012 le drapeau burkinabé flotté sur le camp commando d'Abobo. Il a fallu l'indignation populaire de tous ceux qui aiment encore leur pays pour que ce drapeau soit enlevé.Dans un pays normal, il y aurait eu des enquêtes pour situer les responsabilités, mais que non. Aujourd'hui les ivoiriens nouveaux ne veulent pas que nous parlons de l'interêt des ivoiriens parce qu'ils ont un agenda caché: exploiter les étrangers à des fins electoraliste. Mais cette fois-ci les ivoiriens ont compris. QUE DIEU NOUS AIDE
Rédigé par: LE GRAND ZAPATA   le: Mardi 11 Juin 2019
PAUVRE BISMARK, TOUJOURS EN TRAIN DE VERSER INUTILEMENT DANS LES RÉCRIMINATIONS : Je ris à gorge déployée. Tu as dénoncé LE GRAND ZAPATA en quoi et que sais-je encore. En quoi défendre en son temps LE RÉGIME OUATTARA avait un lien avec ma soi-disante nationalité BURKINABÈ. Sans te mentir, je ne crois pas du tout que tu sois plus IVOIRIEN que moi. Pendant nos débats en 2010'2011, cite-moi un seul acte négatif que j'ai posé contre les intérêts de notre pays. Je suis un patriote ivoiro-burkinabè qui mène un combat juste dans mes 2 chers pays. Passons. Pourtant, je t'ai toujours demandé de t'attarder sur la force des arguments que sur des jugements précocement préjugés qui ne nous avancent à rien du tout. Le plus important pour nous c'est l'avenir la belle et ravissante CÔTE D'IVOIRE, que j'aime énormément. Permanemment, je suis l'actualité ivoirienne de bout en bout même si je n'interviens pas souvent. Je suis inquiet pour OCTOBRE 2020 qui avance à grands pas et notre pays va connaitre des soubresauts si on refuse de s'écouter et se comprendre. Très sincèrement, pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec LE PRÉSIDENT HENRI KONAN BÉDIÉ qui soulève clairement un problème évident, latent qui va créer d'autres problèmes plus graves si on n'y pas garde. L'HOSPITALISE IVOIRIENNE est unique dans le monde et ne doit pas amener L'IVOIRIEN à devenir ÉTRANGER dans son propre pays. Prenons un exemple très simple. Depuis 2011, il y a près de 40.000 BURKINABÈ qui sont anarchiquement installés dans LE MONT PEKO. On a promis de les reloger mais jusque-là rien n'a été fait concrètement à ma connaissance. Alors ma question est toute simple : Citez-moi un seul pays au monde où des étrangers peuvent venir occuper illégalement au vu et au su de tous UNE FORÊT CLASSÉE sans en être délogée rapidement par la force. Réfléchissons un peu que d'agir par la passion et les émotions. Je continue de rester silencieux pour le moment. ....LE GRAND ZAPATA !!!!
Rédigé par: LE GRAND ZAPATA   le: Mardi 11 Juin 2019
PAUVRE BISMARK, TOUJOURS EN TRAIN DE VERSER INUTILEMENT DANS LES RÉCRIMINATIONS : Je ris à gorge déployée. Tu as dénoncé LE GRAND ZAPATA en quoi et que sais-je encore. En quoi défendre en son temps LE RÉGIME OUATTARA avait un lien avec ma soi-disante nationalité BURKINABÈ. Sans te mentir, je ne crois pas du tout que tu sois plus IVOIRIEN que moi. Pendant nos débats en 2010'2011, cite-moi un seul acte négatif que j'ai posé contre les intérêts de notre pays. Je suis un patriote ivoiro-burkinabè qui mène un combat juste dans mes 2 chers pays. Passons. Pourtant, je t'ai toujours demandé de t'attarder sur la force des arguments que sur des jugements précocement préjugés qui ne nous avancent à rien du tout. Le plus important pour nous c'est l'avenir la belle et ravissante CÔTE D'IVOIRE, que j'aime énormément. Permanemment, je suis l'actualité ivoirienne de bout en bout même si je n'interviens pas souvent. Je suis inquiet pour OCTOBRE 2020 qui avance à grands pas et notre pays va connaitre des soubresauts si on refuse de s'écouter et se comprendre. Très sincèrement, pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec LE PRÉSIDENT HENRI KONAN BÉDIÉ qui soulève clairement un problème évident, latent qui va créer d'autres problèmes plus graves si on n'y pas garde. L'HOSPITALISE IVOIRIENNE est unique dans le monde et ne doit pas amener L'IVOIRIEN à devenir ÉTRANGER dans son propre pays. Prenons un exemple très simple. Depuis 2011, il y a près de 40.000 BURKINABÈ qui sont anarchiquement installés dans LE MONT PEKO. On a promis de les reloger mais jusque-là rien n'a été fait concrètement à ma connaissance. Alors ma question est toute simple : Citez-moi un seul pays au monde où des étrangers peuvent venir occuper illégalement au vu et au su de tous UNE FORÊT CLASSÉE sans en être délogée rapidement par la force. Réfléchissons un peu que d'agir par la passion et les émotions. Je continue de rester silencieux pour le moment. ....LE GRAND ZAPATA !!!!
Rédigé par: CHRISTIAN   le: Mardi 11 Juin 2019
JEAN LOUIS BILLON. LES GENS MÊMES QUI ONT LA COULEUR LOCALE ONT DES PROBLÈMES POUR PROUVER QU'ILS SONT IVOIRIENS À PLUS FORTE RAISON TOI.
Rédigé par: Tycoon   le: Mardi 11 Juin 2019
Mr Billon essaie de passer le pinceau sur les propos de Mr Bedie. C'est son rôle et on ne peut l'en vouloir. Le reproche au Pr Bedie ce n'est pas d'avoir dénoncé ces faits mais plutôt de les 'balancer' sur la place publique sans faire recours aux canaux qui lui sont disponibles de prime abord en tant que homme d'état et chef de parti politique. Même son groupe parlementaire peut attirer l'attention nationale et internationale sur le sujet et engager un débat national dans l'hémicycle (ou enquête parlementaire). Des communications de ce genre échouent sur la place publique peuvent être interprétées ou manipuler par n'importe quel badaud et on sait comment les rumeurs font des dégâts. Même a voir de près les dates cites on se rend compte cette flambées de conflits intercommunautaire s'est accru pendant ces deux dernières années. Y a-t-il des causes exogènes ou est-ce réellement des causes endogènes? Par contre les points relevés doivent être traites par le gouvernement sans faux-fuyants. Et le publique doit s'approprier certains de ses sujets aussi et exiger des éléments de réponses. Sinon comment comprendre qu'on identifie des enfants sur des sites d'orpaillage et que personnes ne s'en offusque alors qu'il y a une loi qui fait de l'école obligatoire. Comment comprendre que la loi du foncier de 98 exige que l'acquéreur soit de nationalité Ivoirienne pour prétendre acheter une terre. Un étranger ne peut pas venir s'approprier une terre en Côte d'ivoire sans la complicité des résidents de cette localité et les autorités administratives. Que les Ivoiriens appliquent et respectent leurs lois d'abord! Dans la même foulée a quelque mois des élections, même si l'immigration clandestine peut être un sujet de débats mais il y en a de plus urgent qui peut être le débats centrale comme le franc cfa, l'industrialisation, le train de vie du gouvernement, l'insécurité (coupeurs de routes, microbes, cybercriminalité etc.), la sante, l'émigration des jeunes ivoiriens...Bien a vou
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 11 Juin 2019
Ce "régime" qui était censé, à partir de 2011, faire en sorte de faire disparaître toutes les dispositions législatives et constitutionnelles génératrices de conflits nous a beaucoup déçu. En fait, il refuse de voir les problèmes, se dérobe face aux éventualités de débat, il n'a rien fait d'autre que créer des conditions pour une pluie de milliards dont on ne sait pas trop où elle va. Il n'arrête pas de chanter la "cohésion sociale" et le "vivre ensemble", mais il ne s'agit que de gesticulation qui n'ont pas de sens réel et qui n'ont, en tout état de cause, aucune répercussion sur les populations. On ne fait que des cérémonies, séminaires, conclaves, réunions et autres rassemblements de personnes grassement payées, mais on ne travaille pas réellement. Tout est dans la façade, la communication, la poudre aux yeux. A tous les étages on pratique la Méthode Coué et le "Tout va très bien, Madame la Marquise !". Et quand, par malheur, quelqu'un vient à dire les choses telles qu'elles sont réellement et présenter les vrais problèmes sans fard ni travestissement, c'est le tollé. L'auteur de ces sorties est qualifié de raciste, xénophobe, ivoiritaire, agitateur, ennemi de la République, etc., et bientôt il sera même qualifié de terroriste (adjectif facile pour indexer les oppositions dans les régimes très-démocratiques du Gondwana) ?. La solution n'est pas dans l'achat de consciences et le clientélisme avec la distribution de petits jetons un peu partout au fil des étapes du tourisme pré-électoral des ministres, qu'attendent des tâches beaucoup plus sérieuses ! Acceptez donc de regarder les choses en face et de prendre les vrais problèmes à bras le corps si vous ne voulez pas apporter au PDCI la victoire en 2020 sur un plateau doré !
Rédigé par: papus   le: Mardi 11 Juin 2019
Quelquefois je pense que l'opposition politique a ce pouvoir est trop tendre,sous GBAGBO on ameuter la communaute internationale sur le travail des enfants dans les champs de cacao,sous BEDIE c'etait l'ivoirite. Aujourdhuui au pouvoir,face a des problemes precis et visibles denonces ici,on cherche a faire diversion en sortant ces vieux arguments de xenophobies de racistes qui ne peuvent plus prosperer. Que fait le gouvernement pour mettre fin a l'orpaiilage clandestins avec son corrolaire de trafic d'armes,de travail d'enfants et de prostitution? Des licences d'exploitation de ces mines ont etees concedees a des multinationales et paradoxalement le meme ETAT entretien et encourage des exploitations clandestines.
Rédigé par: Bismark   le: Mardi 11 Juin 2019
Fognon et Gboklo Koffi a moins que vous ne soyez pas des ivoiriens, les faits reveles ici sont ils vrais ou faux? j.en connaissais un qui se faisait Grand Zapata se faisant passer pour etre un ivoirien pur sang Il a fallu la revolution au Burkina pour affirmer ici sur le banco net qu'il est Burkinabe Quand je le denoncais ici, toi fognon et une certaine Akobla m4insultaient Ou est ce Zapata? Donc venez infirmer tout ce qui est revele par le PDCI Ou taisez vous a jamais pour que nous cherchons tous les solution, si du moins vous etes ivoiriens car a vous lire, j'ai l'impression que vous vous reprochez quelque chose On dit queplus de 3000 mille pieces d'identites ont ete fabriquees dans un pays et pretes a etre distribues. Dites nous que c'est faux ou bien portez plainte contre le PDCI pour fausse information. Cette foi ci votre moyonnaise de surfer sur la xenophobie ne passera pas. Les ivoiriens se sont tous rendus compte que vous utilisez malintontionnellement pour les diviser. Cette fois ils feront bloc, car dans tous les pays du monde on parle d'etrangers, pourquoi nous empecher d'en parler ici en Cote d'Ivoire? QUE DIEU NOUS AIDE
Rédigé par: Gboklo Koffi   le: Lundi 10 Juin 2019
Monsieur Jean Louis BILLON,arrêter de nous pomper l'air, Votre Paternel, Pierre Emile Billon a fondé le Groupe Sifca en 1964 avec les Henri Tardivat, Pierre Baudouin et autres... Tout ce monde était français et proche du président Houphouèt, père de la nation ivoirienne. Ils ont ensuite acquit la nationalité ivoirienne...En votre qualité de Chargé de communication du Président Bédié...vous faite ce qu'on appelle de "l'Agit-Prop" (Agitation et propagande)!..Toute cette manipulation malsaine pourrait se retourner un jour,contre vous et tous vos semblables!...
Rédigé par: Fognon.   le: Lundi 10 Juin 2019
Soyons lucicdes, observants et observateurs. Je n'ai jamais vu notre Nanan National aussi preocupe, tellement decu qu'il ne peut meme pas lever tete. Que voit-il qui nous echappe,nous autres de 'ce cote-la? Regardez bien la photo du Vieux derriere Billon. C'est quoi? Pourquoi cette face? Il devrait avoir un sourire, pour leger qu'il fut, projetant espoir et satisfaction. Que non, c'est la Grande deception qu'il affiche. Xa se sent. Xa se voit. Xa tape l'oeuil deshabille. A+