Madagascar: La plateforme de dénonciation de la corruption en ligne est lancée
madagascar-tribune. - Publié le: 08-06-2019 - Mise-à-jour le: 08-06-2019 - Auteur: Arena R.
Madagascar: La plateforme de dénonciation de la corruption en ligne est lancée
La nouvelle plateforme de lutte contre la corruption « i-toroka » a été lancée officiellement hier. Il s'agit d'une plateforme de dénonciation de la corruption anonyme en ligne. C'est un site (doleances.bianco-mg.org) associé au site web du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) qui permet aux citoyens de dénoncer des faits de corruption et d'échanger avec les investigateurs de ce bureau à travers un mécanisme informatique reconnu au niveau international qui garantit l'anonymat absolu pour le lanceur d'alerte.
La cérémonie de lancement de ce projet en partenariat avec le gouvernement allemand, a vu la présence du directeur-pays du projet Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), de certains membres du gouvernement dont le Premier ministre et de l'équipe technique du Bianco conduite par son directeur général, Jean Louis Andriamifidy.
Lors de son allocution, le chef du gouvernement a indiqué que « la corruption est comme une maladie qui gangrène notre pays à tous les échelons ». De ce fait, la lutte contre ce fléau figure parmi les priorités de l'Etat malgache et s'avère être un combat permanent. Ainsi, la mise en place de cette plateforme numérique de dénonciation anonyme témoigne de la ferme volonté du gouvernement de se dresser contre l'appauvrissement de la population et du pays.
Christian Ntsay a ainsi sollicité tous les compatriotes à utiliser sans aucune crainte cet outil à bon escient pour que les efforts se joignent davantage dans ce combat, et ce quelles que soient les conséquences. Toujours dans cette optique, un bureau de doléances est déjà opérationnel auprès de la présidence de la République. Ce qui valide le fait que la préservation et la promotion des biens communs sont un principe républicain qui se doit de soutenir la Politique générale de l'Etat dans toutes ses composantes et dans sa mise en ouvre.
« Le meilleur moyen pour combattre ce fléau est la restauration de la justice qui fera valoir la transparence, l'équité, l'intégrité, la préservation de l'intérêt public, et le respect du droit des plus vulnérables, le tout dans le cadre d'une gouvernance responsable, au profit du pays et de la population toute entière. En effet, il s'agit d'une justice qui refuse et combat le népotisme dans le recrutement des agents de l'Etat, le favoritisme et la rétro-omission dans les marchés publics, la délivrance non autorisée de licences diverses, les manouvres frauduleuses dans le traitement de certains papiers administratifs, l'exploitation illicite des ressources naturelles, l'enrichissement illicite, les divers rackets se passant sur les routes nationales et les voies publiques, et les pratiques honteuses de pot-de-vin dans les services publics à tous les niveaux. »
En confirmation de cette volonté sans faille de l'Etat d'éradiquer la corruption, le texte relatif au recouvrement des avoirs illicites sera bientôt adopté, a révélé le Premier ministre. 
 
Rédigé par: BI MICHEL   le: Dimanche 9 Juin 2019
Bonne initiative mais attention aux abus
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 9 Juin 2019
A quand la même chose en Côte d'Ivoire ?