Guinée -Appui aux agriculteurs : Du matériel agricole pour les paysans
Présidence - Publié le: 17-05-2019 - Mise-à-jour le: 17-05-2019 - Auteur: Présidence
Guinée -Appui aux agriculteurs : Du matériel agricole pour les paysans
Conakry, 16 mai 2019 - Sur initiative du Président Alpha Condé, avec le financement de la Banque mondiale, le Projet de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (PPAO/WAAPP) vient d'offrir des équipements agricoles aux paysans guinéens. C'est un geste qui s'inscrit dans le cadre des initiatives régionales de transfert de technologies au sein des pays mettant en ouvre ce projet. Des initiatives qui permettront d'accompagner les processus de transformation et de mise-à-marché des produits agricoles de qualité et compétitifs. La remise de ces matériels agricoles a eu lieu dans l'après-midi du jeudi, 16 mai 2019 au siège dudit Projet à Coléah dans la Commune de Matam, sous la présidence du Chef de l'Etat, le Professeur Alpha Condé.
 
Ces équipements sont constitués de 30 couveuses solaires, 2 séchoirs modernes et une dizaine de fumoirs de poissons. Ces lots d'équipements sont destinés à des centaines de bénéficiaires sur l'ensemble du territoire national.
 
Les couveuses par exemple, bénéficieront directement à 100 jeunes constitués en Groupement d'intérêt économique (GIE), dans les 4 Régions de la Guinée. Quant aux fumoirs, ils sont destinés aux fumeuses de poissons identifiées dans les zones cibles du Projet, notamment à Koba, Kamsar, Fotoba et Nzérékoré. Les deux séchoirs seront installés à Kindia et à Kankan.
 
Le coordinateur du Projet de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO) Guinée, le Dr. Boubacar Diallo, a fait le bilan de ce projet qui, selon lui, vise à augmenter les revenus acteurs agricoles et élevage. Au nombre des acquis et des résultats obtenus,  M. Diallo a précisé que grâce à l'initiative du Chef de l'Etat, plus de 200 femmes membres de 8 unions sont formées en techniques d'étuvage améliorées de riz. Dans le même sillage, le coordinateur du Projet a signalé que plusieurs hectares de zones agricoles et piscicoles ont été aménagés.
 
Au nom du Représentant de la Banque mondiale, Mariame Altine a rappelé que les différentes phases du PPAAO financées depuis 2008 par la Banque mondiale pour les 13 pays de la CEDEAO dont la Guinée, ont bénéficié d'un financement additionnel de 23 millions de dollars US en 2017. Selon elle, cet appui traduit nettement l'importance qu'accorde cette institution au développement agricole en Afrique de l'Ouest.
 
De ce fait, Mariame Altine a souhaité que  ce matériel contribue à améliorer les revenus des bénéficiaires avant de les inviter d'en faire bon usage.
 
Au nom des départements en charge de l'Agriculture, des Pêches et de l'Elevage, Mariama Camara, ministre de l'Agriculture, a remercié le Président Alpha Condé pour l'appui qu'il ne cesse d'apporter au monde rural. Pour Mariama Camara, dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme national du développement social (PNDS), le gouvernement met l'accent sur le développement du secteur agricole. Selon elle, il s'agit d'améliorer la qualité des aliments pour la santé des populations.
 
C'est pourquoi la ministre de l'Agriculture a fait savoir que ce geste de la Banque mondiale à travers ce Projet correspond à la vision de l'initiative présidentielle.
 
Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a tout d'abord rappelé que l'économie rurale est l'avenir du pays. Pour le Chef de l'Etat, il est extrêmement important de transformer les produits agro-alimentaires et de changer les habitudes alimentaires.
 
Le Président Alpha Condé a aussi souligné l'accompagnement du secteur  de la pisciculture en  Haute Guinée et en Guinée Forestière afin que ces régions soient ravitaillées en poisson sur place.
 
Pour la protection de l'environnement, le Chef de l'Etat a sollicité que les fumoirs utilisent des foyers améliorés pour faire l'économie du bois.
 
Tout en rendant un hommage aux artisans guinéens pour leurs appuis aux agriculteurs et éleveurs à travers leurs produits fabriqués, le Pr. Alpha Condé a signalé qu'il s'agit d'un processus qui s'oriente vers la mécanisation de l'agriculture afin de fructifier les revenus des acteurs du monde rural.
 
Il a enfin remercié la Banque mondiale pour cet appui.
 
La cérémonie a pris fin par une séance de démonstration des couvoirs et fumoirs ainsi que la remise symbolique d'un équipement à un représentant des bénéficiaires.
 
Le Bureau de Presse de la Présidence
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 18 Mai 2019
(SUITE): Des champs fertiles, de bonnes cultures, des rendements de haute qualité et abondantes, l'élevage moderne à grande échelle, la sécurité alimentaire et financière, une bonne éducation pour les enfants, une accommodation décente, une meilleure vie pour tous : ce sont des avantages et atouts que peut fournir la terre africaine aux agriculteurs à petite ainsi qu'à grande échelle et même aux habitants du continent africain. Mais ces potentiels restent largement inexploités en raison des difficultés qui contraignent le secteur agricole. Les problèmes auxquels font face les agriculteurs africains ne sont pas enviables. Ils mènent des vies misérables (Imaginez un paysan qui fait la culture du cacao ne pouvant pas acheter du chocolat). Nombreux sont ceux qui pratiquent la culture vivrière ou la culture de subsistance et qui ne peuvent nourrir les membres de leurs familles voire même leurs communautés par extension. L'une des premières causes, comme nous l'évoquions plus haut, est le manque de considération accordé au secteur par les États africains. Jusqu'à présent, les dirigeants n'arrivent pas à comprendre le poids de l'agriculture moderne et à grande échelle sur l'essor de l'économie locale. L'agriculture n'a jamais été véritablement connectée avec l'industrie moderne. Or, c'est la base du développement (africain) : un développement agricole connecté avec le développement industriel. Selon la FAO, l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, il faudra augmenter la production agricole de 70% d'ici 2050 pour pourvoir nourrir les quelques 9,1 milliards de personnes. Pour être en mesure d'atteindre cet objectif, il faut relever les défis, qui pourtant restent ignorés par les décideurs politiquesafricains.
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 18 Mai 2019
Des dons sporadiques de petit matériel agricole ne saurait servir de substitut à une véritable politique agricole en Guinée et dans le reste de l'Afrique! C'était en 2003, lors du Sommet de Maputo de l'UA, au Mozambique, que les pays du continent africain s'étaient engagés à dédier au moins 10% de leur budget national à ce secteur essentiel qui représente un poids lourd de l'économie africaine. Mais dix ans après, les résultats obtenus ne sont pas du tout satisfaisants ; seulement 10% des pays ont pu respecter ce protocole signé dans la capitale mozambicaine il y a un peu plus de quinze ans. Ce fait est une illustration de la négligence du secteur agricole par nos dirigeants africains.