Côte d'Ivoire : Ouattara Lacina donne la joie aux balayeuses de rue, au nom de Ouattara
Sercom - Publié le: 14-05-2019 - Mise-à-jour le: 14-05-2019 - Auteur: Sercom
Côte d'Ivoire : Ouattara Lacina donne la joie aux balayeuses de rue, au nom de Ouattara
Plusieurs centaines de balayeuses des rues du District d'Abidjan ont été "gâtées" le lundi 13 mai 2019, par Lassina Ouattara Alias "Lass PR", Conseiller technique et Chargé de mission du Président de la République, Alassane Ouattara.  Il leur a distribué, au nom du Chef de l'Etat, plusieurs tonnes de sacs de riz, des balles d'eau minérale ainsi que des enveloppes dont les contenus n'ont pas été révélés. «C'est au nom du Président de la République que j'ai fait ces dons. C'est lui qui m'a envoyé sur le terrain. Ces femmes travaillent sous le soleil pour rendre la ville propre. Elles méritent d'être encouragées. Le Président de la République nomme des gens pour venir en aide aux plus démunis. S'il le fait, c'est parce qu'il ne peut pas descendre lui-même sur le terrain pour aider les populations. Que ces derniers fassent donc leur travail. Que ceux à qui le Président a permis d'avoir un peu de moyens, descendent dans la population pour la soutenir », a appelé Lass PR,
 
De Cocody à Koumassi, en passant par les communes du Plateau, de Treichville et de Marcory, les balayeuses de la voie publique ont toutes été servies par la délégation des envoyés du Président Ouattara. Un geste qu'elles ont salué. «Merci au Président de la République. Ce geste nous touche énormément. C'est la première fois que l'on pense à nous les balayeuses. Je n'avais jamais vu ça, depuis que je fais ce travail. Que Dieu donne longue vie au Président. Qu'il bénisse sa famille et qu'il lui donne la force pour continuer à prendre soin de nous», a lancé Traoré Minata, au nom d'un groupe de femmes balayant à Cocody-Centre, à proximité du Cabinet de la Première Dame, Dominique Ouattara.
 
Précisons que c'est depuis le samedi 11 avril 2019 que Conseiller du Président et sa délégation ont entammé cette opération au nom du Chef de l'Etat. Le premier jour, ils ont distribué trois tonnes de riz et des kits (la nourriture prête à consommer. Ndlr) alimentaires dans le quartier précaire de Mossikro, dans la commune d'Attécoubé. Ils étaient ensuite  à Koumassi, le dimanche 12 mai 2019, où ils ont distribué deux tonnes de riz ainsi que 3000 kits alimentaires. Il y a aussi pris en charge, au nom du Président d la République, les soins médicaux d'un sexagénaire qui a perdu la vue, à cause d'une cataracte. Le lundi 13 mai 2019, en plus des balayeuses de rue, Lass PR et sa délégation ont également distribué le riz, de l'eau et des enveloppes à des nécessiteux devant des mosquées (Grande mosquée de la Riviera Golf et la mosquée Sénégalaise à Treichville). Ils en ont aussi donné à des badauds dans des coins de rues, à des ouvriers en pleine activités, ainsi qu'à des vieillards et veuves. Des agents des forces de l'ordre en mission de régulation de la circulation, ont même été servis.
 
Le week-end prochain, Lass PR et sa délégation seront dans le grand Nord. Notamment, dans les localités de Korhogo, Dabakala, Ferké, Kapélé et autres, Sinématiali.
Sercom 
Rédigé par: Sokhna Diagne   le: Mercredi 15 Mai 2019
Y-a-t-il un label « ne peut être vendu » sur ces tonnes de vivres ? En effet, il ne faudrait pas retrouver tous ces dons commercialisés dans nos marchés.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Mercredi 15 Mai 2019
Questions que suscitent ce don: Est-ce un don privé du chef de l'Etat ou bien est-ce un don effectué avec l'argent de l'Etat (donc avec l'argent du contribuable Ivoirien) ? Pendant qu'on y est, ce n'est pas du tout le rôle de l'Etat de financer le jeûne du Ramadan à l'heure où des villes et des villages n'ont même pas d'eau potable, de maternités et de dispensaires ou manquent de l'essentiel. Jeûner relève (en principe) de la vie privée. L'état en utilisant l'argent public pour financer cela agit dans un but clientéliste, en vue d'acheter des consciences qui lui seront redevables. Cela n'est pas acceptable dans une période ou il y a d'autres urgences. C'est une manoeuvre politique, une violation de la laïcité. La religion du citoyen relève de sa vie privée, ainsi que jeûner ainsi que le pèlerinage vers un lieu saint. Sur cette lancée, posons nous ouvertement la question : que fera l'Etat si les harristes, les adeptes du christianisme céleste, les pentecôtistes, les assemblées de Dieu, les zoroastriens, les bahaïs, la adeptes de la scientologie et les raëliens demandaient demain le même traitement pour leurs jeûnes et pèlerinages ? Il ne faut pas commencer ce qu'on ne peut pas terminer et L'Etat devrait se concentrer sur les besoins les plus urgents du pays. Il faudrait carrément arrêter ces distributions de sucre, de lait et de sacs de riz pendant le carême musulman et cela, avec l'argent de l'Etat. On pourrait retrouver ces denrées en vente sur les marchés. Ceux qui disent d'arrêter ne sont pas contre la communauté musulmane encore moins contre nos parents musulmans. Je suis issu d'une famille dans laquelle il y a des musulmans et il y a aussi des chrétiens. On nous répond souvent que c'est Houphouët-Boigny (lui-même) qui avait initié ce genre de pratiques. Nous disons ici que nous ne sommes pas obligés de continuer. Nous ne sommes plus à la même époque qu'au temps d'Houphouët!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 14 Mai 2019
On prend vraiment les gens pour des débiles.
Rédigé par: Fouss   le: Mardi 14 Mai 2019
A quand la fin du cinema