Ramadan 2019: La Première Dame témoigne sa solidarité à la communauté musulmane
Présidence - Publié le: 13-05-2019 - Mise-à-jour le: 13-05-2019 - Auteur: Presidence
Ramadan 2019:  La Première Dame témoigne sa solidarité à la communauté musulmane
La Première Dame, Dominique Ouattara a offert des dons d'une valeur de 55 millions F CFA, le lundi 13 mai 2019, à la communauté musulmane.  La cérémonie sobre de remise de dons s'est déroulée en présence de plusieurs guides religieux et des membres d'ONG islamique, au cabinet de la Première Dame, à Cocody.  Ces dons sont composés de 40 tonnes de riz, 25 tonnes de sucre, 3.000 sachets de pâtes alimentaires de 5 kg et de boites de lait. 
 
Madame Nadine Sangaré, Directrice de la Fondation Children Of Africa et représentante de la Première Dame a donné le sens de ces dons. Pour cette dernière, à l'instar des années précédentes, la Première Dame, Dominique Ouattara a tenu à exprimer sa solidarité à l'occasion du mois de Ramadan. «(.) Avec humilité, elle accompagne votre effort dans la constance et la foi. Aussi, comme les années précédentes, elle vous offre pour le mois de Ramadan 2019, du riz, du sucre, du lait et des pâtes alimentaires », a-t-elle soutenu.  
L'Imam Sékou Sylla, porte-parole du Conseil Supérieur des Imams de Côte d'Ivoire (COSIM) et porte-parole des bénéficiaires, a remercié la Première Dame pour la solidarité qu'elle n'a jamais cessée de manifester à la communauté musulmane à l'occasion du mois de Ramadan.  
L'Imam Koné Daoud, Secrétaire Exécutive du COSIM a insisté lors de son intervention sur l'importance du mois de Ramadan. Il a révélé que ce mois est une période de partage et de solidarité manifeste. Des qualités que la Première Dame n'a  de cesse de manifester auprès de ses concitoyens. Il a aussi remercié le Président Alassane Ouattara pour les dons qu'il a faits à l'endroit de la communauté musulmane à l'occasion du mois de jeûne. 
Notons que ces dons ont été remis à 10 guides religieux, 50 mosquées des communes d'Abidjan et environs, 40 associations et ONG musulmanes et quelques  villes de l'intérieur du pays.  
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 13 Mai 2019
C'est ça qu'on appelle un état laïc ?
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Lundi 13 Mai 2019
Un musulman que je connais m'a dit que le mois du Ramadan est le mois où il mange le plus."C'est le mois où je prends le plus de kilos m'a-t-il confié" Cherchez l'erreur. Les musulmans veulent jeûner et c'est le mois où on leur offre des tonnes de victuailles, de sucre et de lait. Cherchez l'erreur
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Lundi 13 Mai 2019
Questions que suscitent ce don: Est-ce un don privé de la Fondation de la Première Dame ou bien est-ce un don effectué avec l'argent de l'Etat (donc avec l'argent du contribuable Ivoirien) ? Pendant qu'on y est, ce n'est pas du tout le rôle de l'Etat de financer le jeûne du Ramadan à l'heure où des villes et des villages n'ont même pas de l'eau potable, des maternités et des dispensaires et manquent de l'essentiel. Jeûner relève (en principe) de la vie privée. L'état/la Première Dame en utilisant l'argent public pour financer cela agit dans un but clientéliste, en vue d'acheter des consciences qui lui seront redevables. Cela n'est pas acceptable dans une période ou il y a d'autres urgences. C'est une manoeuvre politique, une violation de la laïcité. La religion du citoyen relève encore une fois de sa vie privée, ainsi que jeûner ou bien son pèlerinage vers un lieu saint. Sur cette lancée, posons nous ouvertement la question : que fera l'Etat si les Harristes, les adeptes du christianisme céleste, les pentecôtistes, les assemblées de Dieu, les zoroastriens, les bahaïs, la adeptes de la scientologie et autres raëliens demandaient demain le même traitement pour leurs jeûnes et pèlerinages ? Il ne faut pas commencer ce qu'on ne peut pas terminer et L'Etat devrait se concentrer sur les besoins les plus urgents du pays. Il faut arrêter ces distributions de sucre, de lait et de sacs de riz dans nos mosquées pendant le carême musulman et cela, avec l'argent de l'Etat. On retrouve souvent ces denrées en vente sur les marchés. Ceux qui disent d'arrêter ne sont pas contre la communauté musulmane encore moins contre nos parents musulmans. Je suis issu d'une famille dans laquelle il y a des musulmane et il y a aussi des chrétiens ... On nous répond souvent que c'est Houphouët-Boigny qui avait initié ce genre de pratiques. Nous disons ici que nous ne sommes pas obligés de continuer.
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 13 Mai 2019
Les avantages et les bienfaits de la liberté (de conscience) des imams, des pasteurs et des prêtres sont incommensurables: Le prêtre, le pasteur et l'iman doivent élever la voix pour nous indiquer la bonne direction afin que la morale, la fraternité humaine, la tolérance, la solidarité nationale ainsi que le bien commun soient le ciment de la vie nationale en CI. Tout manquement à ces devoirs affaiblissent durablement la communauté nationale et poussent le pays vers les bords du précipice, (c'est notre avis). Car en définitif, si les (mauvaises) paroles prononcées (par des religieux)sont coupables, le silence des religieux est plus grave encore, devant une tragédie humaine. C'est pourquoi (en principe), les religieux ne devraient plus accepter les grands et petits cadeaux du pouvoir politique. Et (bien-entendu) refuser les prises en charge par l'Etat du jeûne du mois de Ramadan et aussi des pèlerinages à la Mecque, à Médine, à Rome, à Lourdes, Jérusalem ou à Fatima.
Rédigé par: Sokhna Dieye   le: Lundi 13 Mai 2019
Où vont donc tous ces dons en espèces et en vivres à nos imams et aux mosquées ? Des tonnes de sucre, des tonnes de sachets de thé, des tonnes de lait en poudre et en conserve, des tonnes de sacs de riz, des tonnes de bouteilles d'huile, des tonnes de sachets de pâtes alimentaires . ? Est-ce que les communautés musulmanes de base en bénéficient vraiment et toujours ? Y-a-t-il un label « ne peut être vendu » sur ces tonnes de vivres ? En effet, il ne faudrait pas retrouver tous ces dons commercialisés dans nos marchés.