RDC : Félix Tshisekedi nomme près de 110 conseillers
seneweb. - Publié le: 14-03-2019 - Mise-à-jour le: 14-03-2019 - Auteur: seneweb.
RDC : Félix Tshisekedi nomme près de 110 conseillers
Le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi, a nommé quelque 110 conseillers à la présidence, mais toujours pas de Premier ministre, un choix qui dépend d'un accord passé avec son prédécesseur Joseph Kabila.
La semaine dernière, le chef de l'État congolais avait composé son cabinet comprenant une trentaine de membres (quatre directeurs de cabinets adjoints, des conseillers "spéciaux" et "principaux", des ambassadeurs itinérants etc.).
"Scandaleusement pléthorique"
Au total, 80 conseillers au cabinet du président ont été nommés dans 16 collèges à raison de cinq par secteur, d'après une ordonnance du 6 mars.  Ces nouvelles nominations récompensent des fidèles du parti de Félix Tshisekedi, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ou de son directeur de cabinet Vital Kamerhe, chef de l'Union pour la nation congolaise (UNC).
Tribalisme, pouvoir limité, sous-représentation des femmes, cabinet pléthorique. : la liste du cabinet lue à la télévision nationale RTNC avait fait réagir les internautes. Plusieurs d'entre eux ont accusé le chef de l'État de privilégier des membres de sa communauté Luba. Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) a dénoncé sur Twitter un cabinet "scandaleusement pléthorique et seulement une dizaine de femmes (17%)".
Coalition gouvernementale
Le nouveau président n'a toujours pas nommé de Premier ministre depuis son investiture le 24 janvier. Sa coalition Cap pour le changement (Cash) doit former une "coalition gouvernementale" avec le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, qui a gardé une large majorité absolue à l'Assemblée nationale, selon un communiqué des deux plateformes la semaine dernière.
L'investiture de Félix Tshisekedi en présence de Joseph Kabila avait représenté la première transmission pacifique du pouvoir dans l'histoire de l'actuelle RDC. Une élection toujours contestée par l'autre candidat de l'opposition Martin Fayulu, qui accuse toujours les deux hommes d'avoir organisé un "putsch électoral" et revendique la victoire avec 61% des voix.
Rédigé par: Adam   le: Vendredi 15 Mars 2019
FELIX TSHISEKEDI doit avoir de très grandes oreilles comme un éléphant , pour pouvoir être à l' écoute de ses 80 conseillers !
Rédigé par: Affidoskas   le: Vendredi 15 Mars 2019
Mangement! C'est cela l'Afrique!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 15 Mars 2019
Copinage et Compromissions, telles sont les deux mamelles de la gouvernance africaine. Et voilà le résultat, à peine élus, des "opposants" historiques qui promettaient de tout révolutionner. Fermons les yeux si c'est le prix à payer pour la paix, mais si tel n'est pas le cas... on fait quoi ? On continue comme avant ? C'est vraiment désespérant.
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 14 Mars 2019
En effet, le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi, multiplie les nominations de complaisance depuis le début de son mandat. Alors que Félix Tshisekedi promettait un "nouveau mode de gouvernance" exemplaire et transparent, les passe-droits pour les courtisans se multiplient. Alors qu'il éprouve les plus grandes difficultés à nommer des ministres pour servir la RDC avec intégrité et dignité, Félix Tshisekedi continue d'aider ses amis à se servir. Ce comportement choquant doit cesser.