A 27 ans, elle devient stérile après avoir subi 17 avortements en l'espace de six ans
pourquoidocteur.fr - Publié le: 28-02-2019 - Mise-à-jour le: 01-03-2019 - Auteur: pourquoidocteur.fr
A 27 ans, elle devient stérile après avoir subi 17 avortements en l'espace de six ans
Les médecins de Xiao Ju expliquent qu'elle serait devenue stérile après avoir subi trop d'avortements. Son utérus est trop endommagé.
Xiao Ju ne pourra plus jamais avoir d'enfant. A seulement 27 ans, cette Chinoise a appris la mauvaise nouvelle récemment. En seulement six ans, elle a subi pas moins de 17 avortements ! Et selon ses médecins, ce serait pour cela qu'elle est devenue stérile. Lors de sa dernière venue à l'hôpital de Shiyan, le docteur Zhao Qin lui a pourtant demandé de garder son bébé, car elle imaginait que ce serait sa dernière chance de devenir maman. Mais rien n'a pu la faire changer d'avis. Ils ont donc procédé à son 17e avortement.
En couple avec son compagnon actuel depuis six ans, Xiao Ju a subi son premier avortement lorsqu'elle avait 21 ans. Ensemble, ils n'utilisent apparemment aucun moyen de contraception, comme le rapporte le Mirror. Depuis sa première visite, les médecins disent qu'elle est devenue une "cliente régulière" du service de gynécologie de l'hôpital, avec une moyenne de trois avortements par an. Le docteur Zhao s'est rendu compte de la gravité de l'état physique de Xiao Ju en l'examinant pour sa dernière intervention.
"J'ai trouvé la doublure de son utérus extrêmement fine, comme un morceau de papier, à cause des avortements répétés qu'elle avait subis", a expliqué le médecin qui lui a alors expliqué : "Si tu ne dois pas subir cet avortement, garde ce bébé, car il peut être très, très difficile pour toi de tomber enceinte à nouveau." En vain puisque la patiente lui a finalement demandé de l'avorter en lui expliquant qu'elle ne pouvait pas se marier et n'avait pas les moyens d'élever un enfant.
 
 
Rédigé par: Olivia Kauffi   le: Jeudi 28 Février 2019
Trouver des personnes à qui parler et demander conseil est essentiel pour éviter les grossesses non désirées et les avortements à répétition: Quand on est une jeune fille/femme qui démarre sa vie sexuelle ou qu'on est déjà bien installée dedans, on peut avoir besoin de conseils ou d'une écoute attentive. Le premier interlocuteur auquel on peut s'adresser c'est le conjoint, le partenaire, le petit ami. En effet, la contraception (et le risque de grossesse) concerne le couple et il est tout à fait envisageable (et conseillé) de partager ses questions, ses doutes, ses craintes avec son partenaire. Quelquefois avec des membres de sa famille en qui on a confiance. Mais pour obtenir un échange plus objectif et distancié, il existe des professionnels de santé prêts à vous aider. L'infirmière /sage-femme ou le gynécologue peut être un interlocuteur/(trice) de proximité très précieux. Il/Elle est tenu(e) au secret professionnel et à la confidentialité. Il/Elle peut vous renseigner, vous orienter en termes de contraception et de sexualité.
Rédigé par: Fleur Dorée   le: Jeudi 28 Février 2019
L'éducation sexuelle doit entrer dans les programmes scolaires. Trop de jeunes filles tombent enceintes bêtement, par ignorance! (Déconstruire les idées reçues pour éviter une grossesse non désirée) est donc très important): a) On ne peut pas tomber enceinte lors du premier rapport sexuel : FAUX. Même lors de la toute première fois une grossesse est possible. La virginité n'est pas une contraception. b) On ne peut pas tomber enceinte juste avant, juste après et pendant les règles : FAUX. Une ovulation est possible tout au long du cycle peu importe la date d'arrivée des règles. c) La méthode du retrait est aussi efficace qu'une contraception hormonale ou que le préservatif : FAUX. La méthode du retrait n'empêche pas la sécrétion du liquide pré-séminal qui peut contenir quelques spermatozoïdes. d) L'avortement peut rendre stérile : VRAI car dans toute intervention chirurgicale, le risque zéro n'existe pas. Des complications peuvent, dans de très rares cas, se produire. IL NE FAUT DONC PAS UTILISER L4AVORTEMENT COMME UN CONTRACEPTIF. e) La pilule du lendemain rend stérile : FAUX. Elle n'a pas d'incidence sur la fertilité mais peut au contraire être moins efficace et exposer à une grossesse non désirée, si elle est prise trop fréquemment. f) L'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) médicamenteuse est une pilule contraceptive : FAUX. Les comprimés à prendre pour pratiquer une IVG médicamenteuse stoppent le développement d'une grossesse débutante alors que la pilule contraceptive empêche une grossesse de débuter. Ce n'est pas la même chose!
Rédigé par: Maddoc Koyaka   le: Jeudi 28 Février 2019
La contraception regroupe tous les moyens hormonaux, mécaniques et naturels à la disposition d'une femme, d'un homme ou d'un couple pour éviter une grossesse non désirée. Ces dispositifs agissent avant qu'une grossesse ne débute. Les moyens de contraception sont très divers et ils peuvent varier d'une période à l'autre dans la vie d'une femme. Ils peuvent être aussi différents d'une femme à l'autre, cela va dépendre de beaucoup de choses : du rapport qu'elle a avec son corps, de la vie scolaire/universitaire ou professionnelle qu'elle mène, de sa vie affective amoureuse et sexuelle, et aussi de sa personnalité. L'Interruption Volontaire de Grossesse, à la différence de la contraception, intervient une fois que la grossesse a démarré. Son intervention consiste à stopper cette grossesse par voie médicamenteuse ou chirurgicale. Même si dans la plupart des cas ces interventions se passent bien, l'avortement n'est pas une contraception et doit rester le plus exceptionnel possible dans la vie d'une femme.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Jeudi 28 Février 2019
L'avortement n'est pas un moyen de contraception comme certaines jeunes filles et femmes le pensent. Parfois on peut se retrouver enceinte et ne pas souhaiter cette grossesse. Les raisons pour avoir recours à un avortement sont multiples : parce qu'on n'a pas la possibilité de prendre une contraception, parce qu'on n'ose pas imposer le préservatif à son partenaire, parce qu'on a eu un oubli de pilule, parce qu'on pensait que ça ne pouvait pas arriver, parce qu'on a été victime de viol ou d'inceste ou parce que c'était une aventure sans lendemain (avec quelqu'un qui a juste "tirer son coup"), parce qu'une grossesse est un risque de santé grave pour nous (on a une cardiopathie ou autres.), parce qu'on se sent trop jeune, parce qu'on se sent trop âgée, parce notre couple est instable.. Le droit et l'accès à l'Interruption Volontaire de Grossesse sont aujourd'hui précieux, mais il est important de comprendre pourquoi l'avortement n'est pas et ne doit pas être considéré comme un moyen de contraception.