Sommet de l'Union Africaine : Le discours d'Andry Rajoelina, rassembleur et frondeur
madagascar-tribune. - Publié le: 11-02-2019 - Mise-à-jour le: 11-02-2019 - Auteur: Arena R.
Sommet de l'Union Africaine :  Le discours d'Andry Rajoelina, rassembleur et frondeur
Le président malgache Andry Rajoelina a tenu un discours à la fois rassembleur et frondeur sur la tribune de l'Union Africaine (UA), à Addis Abeba, le week-end dernier. Lors de son allocution, il a lancé que « la parole des Africains d'aujourd'hui doit être porté haut, au-devant de la scène et à l'oreille du monde ». Il se veut d'ailleurs porte-parole et porte-espoir de tout un peuple malgache et aussi de toute une génération, la jeunesse africaine.
« Madagascar compte bien reprendre sa place sur le continent africain » ambitionne le chef de l'Etat malgache. Il déclare également qu'il faut « décrier le cruel paradoxe dont l'Afrique est victime : celui d'être si riche et pourtant si pauvre à la fois ». Andry Rajoelina a particulièrement attiré l'attention de ses homologues africains en lançant qu'il n'est pas « normal et acceptable que 50% des gisements mondiaux d'or se trouvent sur le continent africain alors que nous ne possédons aucune réserve d'or ».
En dépit de cette attaque voilée à l'endroit des pays puissants qui détiennent plus d'or au monde, il s'en est également pris indirectement aux pays développés, grands producteurs de produits chocolatés au monde, le président malgache a également interpellé les présidents et leaders africains en se demandant s'il est « normal que le continent africain soit le premier exportateur de cacao (ndlr : Côté d'Ivoire 31,6%, Ghana 18,2%, Nigéria 8%, Cameroun 6%) alors que les plus grands pays producteurs chocolat au monde ne possède même pas un seul tronc de cacaoyer ».
« Oui, l'Afrique est un grand continent, imposant, riche. N'oublions pas, mes chers frères, mes chers amis que nous avons 60% de terres arables non-exploitées du monde, nous produisons 58 à 95% du chrome et du platine dans le monde, plus de 50% de cobalt mondial et plus d'un tiers de la bauxite mondiale. Depuis longtemps, l'Afrique a dû se battre, patienter et parfois même se voir déposséder e ses ressources et de ses terres. La douleur ressentie au cour de nos pays et de nos peuples fut intense ».
« Aujourd'hui, si l'on veut laisser une nouvelle Afrique à nos enfants, c'est nous tous qui devons-nous engager pour changer le cours de l'histoire et la vie de nos concitoyens. L'avenir compte sur nous et repose sur nos épaules car personne à part nous, frères et sours africains, ne pourra et ne saura changer notre situation de façon profonde et définitive. Tous ensemble, nous pouvons nous gagner tous les combats », a-t-il déclaré.
Le plus jeune chef d'Etat africain conclut ainsi son discours en indiquant que « Je parle au nom de tout un peuple, de toute une génération, de la grande famille d'Afrique en déclarant en ce jour que l'essor africain ne se limite pas à un débat mais doit se traduire en actions concrètes, mesurables et quantifiables. »