Recomposition de la CEI/Amadou Gon Coulibaly : « La Côte d'Ivoire doit tirer définitivement les leçons des crises passées »
Fraternité Matin - Publié le: 22-01-2019 - Mise-à-jour le: 22-01-2019 - Auteur: Benoit Hili
Recomposition de la CEI/Amadou Gon Coulibaly : « La Côte d'Ivoire doit tirer définitivement les leçons des crises passées »
Le chef du gouvernement a interpelé, lundi, les acteurs politiques sur l'enjeu vital, au-delà du jeu électoral, de garder le pays dans la stabilité. « Notre responsabilité à tous est de bâtir un pays démocratique, où l'organisation des élections s'opère sans générer de crise.
La Côte d'Ivoire doit tirer définitivement les leçons des crises passées autour de la question électorale et s'engager résolument pour une vie démocratique apaisée, afin de construire ensemble, pour les générations présentes et futures, une nation forte et en paix », a déclaré amadou Gon Coulibaly pour qui les concertations entamées avec la classe politique répondent à la volonté du président de la république « d'ouvrer à l'approfondissement de la démocratie, à l'effet de consolider la paix et la cohésion sociale indispensables au développement ».

« Ouvrons donc ensemble à dissiper les doutes et les craintes quant à la perspective des élections de 2020 ! Levons les barrières de méfiance, s'il y en avait encore, et renforçons la confiance entre tous les acteurs sur le processus électoral ! Renforçons par la qualité de notre dialogue politique sur les questions essentielles, notre ardente volonté de construire ensemble une Côte d'Ivoire forte, prospère, fraternelle, démocratique et définitivement en paix », a-t-il exhorté. Il a indiqué attendre des contributions « constructives » pour le nouveau cycle électoral qui débute en 2020.

La volonté politique d'élargir le consensus pour tenir compte d'une cartographie politique dynamique, et pour prendre en compte les recommandations de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples sur la recomposition de la Cei, n'est pas en soi un procès en défaillance de l'institution électorale ivoirienne. Au contraire. « La Cei, dans sa composition actuelle, a organisé six scrutins qui ont concouru à la vitalité de notre démocratie depuis 2011. Ces élections, nonobstant quelques difficultés logistiques rencontrées, ont traduit la maturité démocratique de la majorité de nos concitoyens et le bon fonctionnement de la Cei dans son ensemble », s'est réjoui le premier ministre qui rappelle aussi que la composition de cette commission a connu « une progression qualitative » depuis 2013.

Benoit Hili
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 24 Janvier 2019
« La Côte d'Ivoire doit tirer définitivement les leçons des crises passées »... Bonne remarque, mais il semblerait que tout le monde;, à commencer par son auteur, fasse exactement le contraire ! Les "yaka-Fokon", il faut commencer à se les appliquer à soi-même !