Quand la CPI construit le mythe de Gbagbo
le pays - Publié le: 18-01-2019 - Mise-à-jour le: 18-01-2019 - Auteur: Boundi OUOBA
Quand la CPI construit le mythe de Gbagbo
Depuis que l'acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé a été prononcé, on assiste à un véritable imbroglio judiciaire au sein de la Cour pénale internationale (CPI). Le Tribunal et le parquet ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Ce qui est tout à fait normal. En effet, pendant que le premier demande la libération immédiate des deux prévenus, le second s'y oppose, annonçant même sa volonté de faire appel. Pendant ce temps, les proches et les militants de l'ex-président ivoirien qui avaient laissé éclater leur joie, commencent à languir ; eux qui s'attendaient à voir leur mentor débarquer à Abidjan avec à ses côtés son homme lige, Charles Blé Goudé. Jusque quand durera donc le suspense ? Difficile d'y répondre puisque, si l'on en croit le gouvernement ivoirien, Laurent Gbagbo, même s'il arrivait à sortir de sa cellule de Sheveningen, ne pourrait pas rentrer en Côte d'Ivoire. Il resterait d'abord en Belgique où vivent sa seconde épouse et son enfant, en attendant que des négociations soient engagées pour faciliter son retour au bercail. En tout cas, le moins que l'on puisse dire, c'est que la CPI aura contribué à construire le mythe et la légende de l'ex-président ivoirien ; lui qui, en dépit des huit ans passés à la Haye, compte encore de nombreux sympathisants ; en témoignent les scènes de liesse qui ont suivi l'annonce de son acquittement. C'est certainement pour cette raison que le gouvernement ivoirien joue la carte de la prudence. Car, pour un homme comme Gbagbo qui, depuis toujours, est porteur du virus de la politique, il ne faut pas prendre de risques en le laissant débarquer en Côte d'Ivoire à quelques jours de la présidentielle.
Gbagbo n'est pas homme à baisser les bras
Gbagbo est un homme à craindre ; lui que  d'aucuns présentent à tort ou à raison comme le plus grand boulanger de la Côte d'Ivoire, qui dit oui le matin et non le soir venu. Il est d'autant plus à craindre qu'avec cet acquittement, il en sort politiquement grandi. Il a donc le vent en poupe au point que s'il se présente, il pourrait remporter sans coup férir la prochaine présidentielle et cela, sans qu'il n'est besoin d'une alliance quelconque avec qui que ce soit. Certes, la politique a ses raisons que la raison ignore mais  pour qui connaît Gbagbo, sait qu'il acceptera difficilement, comme cela se murmure, une alliance avec Henri Konan Bédié qui vient de divorcer d'avec le RHDP d'Alassane Ouattara. On attend de voir. Car, Gbagbo n'est pas homme à baisser les bras. C'est un infatigable baroudeur dont le retour au pays nécessitera que les cartes soient rebattues. Et c'est peu dire. Certes, les familles des victimes ont raison de récriminer mais elles ne doivent pas le faire contre Gbagbo et Blé Goudé, car on ne peut pas dire que ces derniers, acquittés après huit ans passés derrière les barreaux, n'ont pas, d'une manière ou d'une autre,  payé pour ce qu'on leur reproche ; encore qu'ils ne sont pas les seuls responsables de la mort des 3 000 personnes dont parlent les Nations unies. Si l'on veut donc envisager une véritable réconciliation en Côte d'Ivoire, il faudra punir aussi  les coupables de crimes dans le camp des vainqueurs, c'est-à-dire du président Alassane Ouattara. Car, il faut être au moins à deux pour faire une guerre.
Boundi OUOBA
Rédigé par: papus   le: Vendredi 18 Janvier 2019
Tout cela est du dilatoire,mais rien ne pourra arreter sa liberation.Peu importe si elle est soumise a des conditions ou totale,c'est le jeu des puissances qui soufflent le chaud et le froid.
Rédigé par: florent   le: Vendredi 18 Janvier 2019
Quelque soit la longueur du dénouement de cette affaire , une chose est sûre, l'on saura la vérité sur certaines choses que l'on essai de nous cacher. Oui rester unie peuple de côte d'ivoire, les surprises sont devant nous, on vous indiquera le visage du diable, celui-là même qui incarne votre malheur depuis. Il ne reste plus qu'un petit chemin à parcourir même si difficile, tenez bon.
Rédigé par: stéphane Blankson   le: Vendredi 18 Janvier 2019
Au regard des derniers événements concernant le procès de Messieurs GBAGBO et BLE à la CPI, je trouve que les journalistes font beaucoup de raccourcis en parlant déjà des élections de 2020 en Côte d'Ivoire. Je reste convaincu qu'en politique deux (02) ans, c'est un horizon relativement long pour faire des pronostics comme celui contenu dans le présent article. Attendons le dénouement final de cette affaire et après on pourra savoir d'avantage sur les intentions des uns et des autres.Une manifestation de joie dans rue, n'est pas à mon sens un baromètre pour juger de la certitude d'un candidat, soit il Gbagbo à gagner les élections. Je me souviens qu'à une époque, l'on raillait Ouattara à ce sujet en disant qu'être populaire n'est pas synonyme d'accéder au pouvoir. Pour accéder au pouvoir, le sort est déterminé par les seules personnes inscrites sur la liste électorale. Vu les appels au boycotte lancé par le FPI Canal Historique, lors des sessions d'actualisation de la liste électorale, je crains que ça soit un peu juste. A moins que les prochaines sessions de recensement soient des sessions de rattrapage.
Rédigé par: stéphane Blankson   le: Vendredi 18 Janvier 2019
Au regard des derniers événements concernant le procès de Messieurs GBAGBO et BLE à la CPI, je trouve que les journalistes font beaucoup de raccourcis en parlant déjà des élections de 2020 en Côte d'Ivoire. Je reste convaincu qu'en politique deux (02) ans, c'est un horizon relativement long pour faire des pronostics comme celui contenu dans le présent article. Attendons le dénouement final de cette affaire et après on pourra savoir d'avantage sur les intentions des uns et des autres.Une manifestation de joie dans rue, n'est pas à mon sens un baromètre pour juger de la certitude d'un candidat, soit il Gbagbo à gagner les élections. Je me souviens qu'à une époque, l'on raillait Ouattara à ce sujet en disant qu'être populaire n'est pas synonyme d'accéder au pouvoir. Pour accéder au pouvoir, le sort est déterminé par les seules personnes inscrites sur la liste électorale. Vu les appels au boycotte lancé par le FPI Canal Historique, lors des sessions d'actualisation de la liste électorale, je crains que ça soit un peu juste. A moins que les prochaines sessions de recensement soient des sessions de rattrapage.
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 18 Janvier 2019
En effet, rien ne justifie le maintien en détention de personnes acquittées par les juges, d'autant plus que Gbagbo a déjà passé plus de 7 ans en détention (depuis 2011). On dirait qu'il y a une interférence entre la Politique et la Justice.