Couverture médiatique en période électorale en Côte d'Ivoire : Les professionnels formés sur leurs droits et devoirs
lebanco.net - Publié le: 20-09-2018 - Mise-à-jour le: 20-09-2018 - Auteur: Larissa Gbaguidi
Couverture médiatique en période électorale en Côte d'Ivoire : Les professionnels formés sur leurs droits et devoirs
Le 13 octobre 2018, les élections locales ont lieu en Côte d'Ivoire. Dans cette optique, les professionnels des médias ivoiriens ont pris part les 18 et 19 septembre à un séminaire de formation et de renforcement de capacités. 
 « Reportage en période électorale » c'est le thème de ce séminaire animé par visioconférence par Idrissa Fall et Bagassi Kouram de la Voix de l'Amérique à l'initiative de l'ambassade des Etats Unis en Côte d'Ivoire.
Comment procéder dans cette période sensible ? Y-a-t-il une stratégie de couverture adéquate ? Est-il permis de diffuser les résultats provisoires avant la commission électorale ? Autant de préoccupations qui ont été abordées à cette tribune.
Il en ressort d'emblée selon Idrissa Fall,  que toute couverture électorale se prépare à l'avance par la connaissance des dispositions légales en matière électorale, l'historique du pays en matière d'élection, le parcours des différents candidats.
Pour lui, il est fondamental pour le journaliste de ne pas prendre position  mais plutôt d'informer de manière équilibrée et surtout vérifier toute information avant publication. Idrissa Fall a aussi invité les professionnels des médias à travailler en réseau durant cette période et surtout à donner la parole à tous les camps pour plus d'impartialité.
Au titre des dispositions légales en matière de couverture électorale en Côte d'Ivoire, Sidonie Amoikon de l'Autorité Nationale de la Presse (ANP) a instruit les participants sur ce qui leur est permis et non durant la couverture des élections.  Il est par exemple interdit aux journalistes de proclamer les résultats avant la Commission Electorale Indépendante (Cei). Cependant, ils peuvent lors de la couverture dans un centre de vote, annoncer les résultats tels que proclamés par le président du bureau sans faire de compilation.
Il faut signaler que ce séminaire a vu la participation de journalistes du Bénin, du Sénégal et de la Mauritanie.
Larissa Gbaguidi
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 20 Septembre 2018
En résumé, on a abreuvé ces journalistes "professionnels" de science-fiction : "ne pas prendre position... informer de manière équilibrée... vérifier toute information avant publication... travailler en réseau... donner la parole à tous les camps... plus d'impartialité", on n'a jamais vu ça en Côte d'Ivoire. Autant dire aux rédacteurs en chef d'abandonner leur ligne éditoriale !!!