L'infertilité met hommes et femmes à égalité
liberation - Publié le: 10-08-2018 - Mise-à-jour le: 10-08-2018 - Auteur: Anaïs Moran
L'infertilité met hommes et femmes à égalité
Il y a d'abord les chiffres, révélateurs. Aujourd'hui, l'âge de la première maternité se situe à 28 ans et cinq mois contre 24 ans dans les années 70 - sachant que le pic de fertilité est à 22 ans et que celle-ci baisse drastiquement à partir de 35 ans. Et en cinquante ans, la concentration moyenne de spermatozoïdes dans un éjaculat a diminué de moitié. Chez un homme de 35 ans, leur nombre est passé de 113 millions/ml à 49,9 millions/ml en moyenne. En France, un couple sur six consulte pour des problèmes de fécondité durant sa vie, contre un couple sur sept il y a six ans. Et 24 % d'entre eux ne parviennent pas à concevoir après un an sans contraception (8 % au bout de vingt-quatre mois). D'où cette question : sommes-nous en train de devenir une génération d'infertiles Chute libre
«La détérioration de la santé reproductive masculine est très probable en France. En revanche, on ne dispose malheureusement pas d'études d'ampleur qui permettraient de savoir précisément s'il y a une détérioration de la santé reproductive féminine [mesure de la réserve ovocytaire et des marqueurs hormonaux par exemple, ndlr] et de la fertilité des couples au cours du temps», avance Rémy Slama, épidémiologiste à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). «L'ampleur de la dégradation de la santé reproductive masculine n'est pas suffisante à elle seule pour faire aujourd'hui baisser la fécondité en France [qui est de l'ordre de deux enfants par couple]. En revanche, elle pourrait être suffisante pour avoir entraîné une augmentation du nombre de couples ayant recours à l'assistance médicale à la procréation.»
Si la chute libre de la fertilité n'est donc pas totalement confirmée, certaines causes de l'infertilité sont, elles, déjà actées. «On a identifié plusieurs facteurs pouvant influencer la santé reproductive masculine, féminine ou celle du couple à partir d'études chez l'animal et l'humain.» Lesquelles ? «Des facteurs généraux, tels que le surpoids et l'obésité, qui sont de plus en plus présents dans notre société, développe le chercheur, également président du conseil scientifique du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens (PNRPE). La consommation de tabac et d'alcool. Et puis il y a aussi des facteurs liés à l'environnement. Les perturbateurs endocriniens en particulier. Il y a très peu de chances qu'un unique facteur soit à l'origine de cette détérioration probable.»

Double cause

Ces changements n'épargnent personne. Ni les femmes ni les hommes. Une enquête réalisée par Patrick Thonneau - alors responsable de l'équipe Epidémiologie de la fertilité à l'Inserm - montre d'ailleurs que l'inaptitude biologique à procréer semble «équitablement répartie entre les hommes et les femmes». Dans ces travaux, une altération de la fertilité féminine a été constatée pour plus de sept couples inféconds sur dix et une altération de la fertilité masculine pour près de six couples sur dix. Pour quatre couples inféconds sur dix, une double cause - féminine et masculine - est diagnostiquée. Une «coresponsabilité loin des clichés» selon Elise de la Rochebrochard, directrice de recherche à l'Institut national d'études démographiques.