Création de nouveaux portefeuilles ministériels : Les explications d'Amadou Gon Coulibaly
lebanco.net - Publié le: 11-07-2018 - Mise-à-jour le: 11-07-2018 - Auteur: Fatou Sylla
Création de nouveaux portefeuilles ministériels :  Les explications d'Amadou Gon Coulibaly
Le 1er conseil des ministres du 2è gouvernement de la 3ème république s'est tenu, ce mercredi, au palais Présidentiel, au Plateau.
Face aux interrogations que les Ivoiriens se posent sur le nouveau gouvernement et les questions qui font l'actualité, le Premier Ministre était face, à la presse ce mercredi, au Palais Présidentiel, au Plateau. Cela à l'issue du tout premier conseil des ministres tenu 24 heures après la formation du nouveau gouvernement.  Introduit par le porte-parole sortant du gouvernement s, Bruno Nabagné Koné, Amadou Gon Coulibaly a fait savoir que ce nouveau gouvernement est représentatif des forces vives de notre pays. Car selon lui, il est constitué de cadres issus des partis politiques membres du Rhdp ainsi que de la société civile et a été formé en liaison avec le Président de la république et le Vice-président. Au niveau des orientations qui ont été données par le Président de la république, a informé le chef du gouvernement, il y avait la nécessité de former un gouvernement qui puisse faire face à un certain nombre de questions et prioritaires d'actualité que ''nous avons connus au cours des derniers mois''. Notamment la question de l'eau potable qui a valu la création d'un ministère spécifique chargé de l'hydraulique. Aussi, a-t-il expliqué, la question des pluies diluviennes à Abidjan, et les difficultés liées à l'assainissement, ont valu la mise en place d'un ministère de l'Assainissement et de la salubrité qui sera chargé de mettre en ouvre le schéma directeur d'assainissement de la ville d'Abidjan qui a été déjà approuvé par le conseil des ministres.     Selon le Premier ministre, il y a également la question du désordre, de la planification urbaine et de la qualité de vie de nos concitoyens. « Cette problématique a encouragé le chef de l'État à créer un ministère de la Ville », a-t-il confié. Et de rappeler que la lutte contre la pauvreté et la question de la réduction de la croissance constituent un axe extrêmement fort de l'action gouvernementale. C'est pourquoi, a-t-il justifié, il était donc important qu'on ait un ministère de la Solidarité spécifiquement chargé de la lutte contre la pauvreté. « On aura un programme qui sera amplifié sur ces questions », a-t-il promis.
 
 Fatou Sylla
Rédigé par: ADO toi aussi   le: Jeudi 12 Juillet 2018
ADO a convaincu en 90 a cause de sa rigueur mais le ADO de maintenant est une tres grande deception. On se demande s'il a vecu chez les blancs. Tout ce qui l;interesse c'est se faire venerer sans critique. Il parachute ses gens ou il veut sans consulter les habitants de ces lieux dans le plus grand mepris. Ce nouveau gouvernement n'est rien que du mepris pour le peuple. Franchement il va droit dans le mur. Toutes les communes gerees par son parti sont sales et desordonnees. Il maintient des gens qui sont detestes par une grande majorite. Les technocrates comme lui et Helene Johnson nous laissent sur notre faim. Ce gouvernement est indigne d'un docteur en economie et surtout d'un haut cadre du FMI qui pronait l'ajustement structurel. Des gens instruits qui se partage des postes comme si c'etait un gateau. Un PHD pour cette Honte? Le petit militaire Kagame fait mieux.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 11 Juillet 2018
Ce gouvernement pléthorique est à l'image de la mangercratie ivoirienne. S'il y a des problèmes qui apparaissent, ce n'est pas une raison pour créer de nouveaux ministères aussi inefficaces que budgétivores. Il faut s'attaquer directement aux causes, c'est à dire aux mécanismes de mauvaise gestion précédente qui ont créé ces problèmes. Sinon je suggère qu'on crée un ministère des certificats, agréments, attestations, permis et autres papiers non signés, parce que ça commence à devenir un problème de grande envergure. Dans la foulée, un ministère de la lutte contre la corruption, le népotisme et les conflits d'intérêt (doté de vrais moyens !) ne serait pas un luxe inutile...