Presse ivoirienne , 15 ans de l'IA à New-York : Alafé, un modèle résilient (Ben Ayoub)
Ben AYOUB. - Publié le: 16-05-2018 - Mise-à-jour le: 16-05-2018 - Auteur: Ben AYOUB.
Presse ivoirienne , 15 ans de l'IA à New-York : Alafé, un modèle résilient (Ben Ayoub)
Journaliste ivoirien en formation à New-York, Ben Ayoub, livre ses impressions et situe les enjeux de la célébration à New-York des 15 ans de l'Intelligent d'Abidjan.
 
Permettez-moi de déroger à la règle. Les éloges, ce n'est pas mon fort. Mais je voudrais rendre, ce matin, un témoignage qui m'a édifié ici à New York, où je participais, hier, à la célébration des 15 ans de L'Intelligent d'Abidjan, un canard que tout le monde connaît.
Au départ, j'étais censé être là juste à titre d'invité. Mais j'ai décidé de changer mon rôle, car je ne voulais pas être un spectateur passif de la belle expérience que les participants venus des quatre coins du monde s'apprêtaient à vivre : les retombées du Lobbying entrepreneurial d'un patron de presse, visionnaire.
J'ai donc enfilé un tee-shirt estampillé aux couleurs de l'évènement, et je me suis empressé de contribuer au succès d'une initiative qui doit faire école dans toutes les rédactions ivoiriennes. Car disait Michelangelo : « Le plus grand danger pour la plupart d'entre nous, ce n'est pas que notre but soit si haut de sorte que nous ne puissions l'atteindre ; mais c'est qu'il soit si bas de sorte que nous puissions l'atteindre».
L'expérience que je vais vous raconter n'aurait rien eu d'extraordinaire s'il s'agissait tout simplement de fêter les 15 bougies d'un organe de presse dans la plus célèbre capitale mondiale. L'enjeu de l'événement était bien plus grand que cela ; et je suis presque certain que l'initiateur lui-même, @?Wakili Alafé?, ne se doutait pas que le projet qu'il venait de lancer aurait porté ces délicieux fruits qu'il nous a été donnés de consommer au Novotel Time Square. Du moins, pas à ce point.
Au cour de la grosse pomme américaine (Big Apple), se sont noués des contacts. Plus qu'un rendez-vous ordinaire, cette célébration est le signe que les entreprises de presse peuvent opérer un bond qualitatif à travers leur capacité à innover, créer des besoins et des nouveaux marchés.
Le patron de l'IA a permis à des centaines de lecteurs et potentiels partenaires de pouvoir nouer des contacts. Une vraie rencontre B to B. Comme pour dire qu'au-delà de l'édition des journaux dont on ne vend plus chère la peau, les entreprises de presse peuvent renforcer leur offre en proposant par exemple des rendez-vous dédiés aux hommes d'affaires ou de média.
Au-delà du haut patronage du ministre Hamed Bakayoko qui s'est fait représenter , de vibrants hommages ont été rendus à notre confrère par les ministres des Transports, Amadou Koné, de la modernisation de l'administration, Pascal Abinan, et enfin par le patron du Tourisme ivoirien, Siandou Fofana. Grâce à l'action d'@?Wakili Alafé?, notre corporation s'est permis de rêver grand.
C'est le lieu de le dire. Le secteur de la Presse évolue chaque jour. Soit on accepte d'évoluer avec lui, soit on se résout à mourir dans la précarité. Les récalcitrants l'apprennent à leurs dépens. Il suffit d'un peu de génie, une dose d'initiative pour que les entreprises de presse cessent d'attendre le miracle à un siècle où le miracle n'est plus possible.
Leur salut se trouve dans leur capacité à décoder et saisir les opportunités qu'offrent les nouveaux média. Un vrai marché de l'information et du savoir. Le Groupe Jeune Afrique l'a fait, en organisant à Abidjan, il y a quelques années, un Salon sur le Développement économique en Afrique.
@?Wakili Alafé? vient lui aussi de réussir un coup de Maître en réunissant la crème de la Presse africaine présente aux États-Unis d'Amérique ainsi que de nombreux partenaires de la Liberté de la Presse, à qui il a remis des distinctions. Et ce n'est certainement pas pour le flatter que le ministre ivoirien du Tourisme l'a présenté (@?Wakili Alafé?) comme un « un modèle résilient » dans la presse ivoirienne.
L'occasion était belle pour notre confrère @Alafé d'annoncer d'autres concepts qu'il entend lancer, bientôt, à Abidjan. Toujours dans l'industrie des média. Bravo @?Wakili Alafé?!
A qui le tour ? Quel autre patron de presse en Côte d'Ivoire serait volontaire pour faire preuve d'un surplus de vision et d'audace ? Nous serons là pour l'encourager.
Ben AYOUB.