RHDP : Le coup de canif du PDCI à la formation d'un parti unifié
Observateur Paalga - Publié le: 12-03-2018 - Mise-à-jour le: 12-03-2018 - Auteur: Observateur Paalga
RHDP : Le coup de canif du PDCI à la formation d'un parti unifié
Pour  la création d'un parti unifié par le Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), faites vos jeux, rien ne va plus : entre le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Dramane Ouattara, si le torchon ne brûle pas, il y a comme de l'eau dans le gaz de leur alliance.
 
Cela faisait des gazouillements que l'on avait pu entendre ici et là depuis le début du second mandat du président Ouattara. Mais ce week-end, ces gazouillements ont mué en un coup de tonnerre durant la session extraordinaire des cadres du PDCI qui rendait hommage à son président, Henri Konan Bédié, à Yamoussoukro : en effet, au cours de cette réunion, Jean Louis Billon, porte-parole du Parti, a ouvertement déclaré, sous les ovations des militants, qu'un parti unifié des houphouetistes ne pouvait pas être créé avant la présidentielle de 2020 et l'alternance qui s'en suivrait.
 
Pire, plus d'un observateur aura noté, dans la métaphore de Jean Louis Billon parlant d'un père qui ne peut prendre le nom de son fils, une invite du PDCI au RDR à se saborder à son profit. Pas moins que cela ! Et les analystes de se triturer les méninges pour comprendre cette condescendance paternaliste du PDCI vis-à vis du RDR. Trois raisons pourraient expliquer que le Sphinx de Daokro et son parti, le PDCI, mettent si haut la barre de la formation d'un parti unifié avec le RDR :
 
Premièrement : il existerait un pacte, devenu un secret de Polichinelle, entre Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. Au nom de ce pacte, les  deux hommes, tous fils spirituels  du père de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, se sont promis d'enterrer la hache de guerre de la succession à Houphouët afin d'instaurer, entre eux, une entraide et une unité d'action politique contre le FPI de Laurent Gbagbo en vue de reconquérir le pouvoir jadis perdu. Au nom de cet accord, le PDCI avait soutenu le RDR lors des présidentielles de 2010 et de 2015. Le premier attend maintenant du second un retour de l'ascenseur pour 2020.
 
Deuxièmement : Alassane Dramane Ouattara ayant publiquement déclaré qu'il n'était pas candidat à sa propre succession, Henri Konan Bédié voudrait sortir de sa demie retraite pour hériter de la présidence  du RHDP et pourquoi pas de celle de la Côte d'Ivoire. Dans cette logique, il teste et l'unité des cadres du PDCI autour de sa personne et le respect par le président Alassane Ouattara de la parole donnée.
 
Troisièmement : Il ne règne pas une grande sérénité dans les rangs du RDR. On y sent comme un parfum de querelle pour succéder à Alassane Ouattara : entre Amadou Gon Coulibaly, actuel premier ministre, Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale, et Ahmed Bakayoko, ministre de la Défense, ce n'est pas la parfaite entente. Chacun des trois hommes rêve d'être calife à la place du calife non sans fourbir ses armes pour le contrôle du parti présidentiel afin de s'en servir le moment venu pour assouvir ses ambitions politiques.
 
De là à diagnostiquer un éclatement futur du RDR, il y a un rêve vite fait par le Sphinx de Daokro et ses stratèges du PDCI qui voudraient alors positionner d'ores et déjà Henri Konan Bédié candidat à la présidentielle de 2020 et le parti historique d'Houphouët Boigny comme la matrice originelle de l'unité des houphouetistes.
 
On comprend mieux cet appel du «père» au «fils» à réintégrer la famille et, tant qu'à faire, reprenne le nom de son géniteur ? Belle rhétorique de Jean Louis Billon qui oublie que le parricide existe, surtout en politique, et que l'âge d'Henri Konan Bédié, 84 ans, peut être un handicap à son retour aux affaires.  
 
Pourra-t-il le faire malgré tout ? On attend de voir non sans faire remarquer que les dernières déclarations du PDCI à Yamoussoukro sont un dangereux coup de canif donné à la formation d'un parti unifié des houphouetistes.
La Rédaction
 
 
Rédigé par: Kobon   le: Mercredi 14 Mars 2018
Il est vrai qu,en politique,on peut tout dire mais de grace,le pr du pdci n,a aucunement pas envie d,etre le futur pdt de la republique de la Cote dmivoire meme si l,age ne l,empeche pas.Mr le pr du pdci est le pr qui a le plus servi la C.i.D,abord diplomate au usa,ministre,pdt de l,assemblee nationale et pdt de la republique,Mr hkb a servi notre pays avec Mme henriette bedie. Aujourd,hui le pr Bedie est a la retraite-et,je crois,il le merite bien-pour ses concitoyens et pour lui-meme Au pdci,nous ne sommes des apprentis en politique,nos cadres ont leur preuve en Cote d,ivoire et dans les organisations internationales.Des jeunes loups ne manquent pas tels que J.louis Billon,Thierry tanoh,THIAM ET BIEN D,AUTRES Nos 2 doyens,ce sont le PR,ADO ET LE PDT bedie,au RHDP.Ce n,est pas tout ceux qui s,agitent s,il ya un probleme au RHDP laisser le temps a nos chefs pour le regler KOBON,ivoirien de la diaspora
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 13 Mars 2018
Erratum : il fallait lire : "Surtout en tenant compte de toutes les casseroles qu'il traîne..."
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 12 Mars 2018
"l'âge d'Henri Konan Bédié, 84 ans, peut être un handicap à son retour aux affaires" MDR ! Doux euphémisme. Je dirais même que c'est assurément un handicap pour sa vision actuelle des affaires ! Surtout en tenant compte de toutes les casseroles qu'il traînent et que beaucoup refusent de voir.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Lundi 12 Mars 2018
Le RDR est fâché et se considère insulté parce que le PDCI-RDA leur a tout simplement rappelé que l'alternance en 2020 est une promesse du RDR qui doit être tenue et non pas noyée avec l'initiative du parti unifié.