La dîme n'est pas obligatoire dans l'Eglise catholique, selon Mgr Ignace Bessi Dogbo
AIP - Publié le: 12-02-2018 - Mise-à-jour le: 12-02-2018 - Auteur: AIP
La dîme n'est pas obligatoire dans l'Eglise catholique, selon Mgr Ignace Bessi Dogbo
Le président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d'Ivoire (CECCI), Mgr Ignace Bessi, a souligné récemment que sa religion n'oblige pas ses membres au paiement de la dîme, contrairement au denier du culte.

« Ce n'est pas catholique d'obliger les fidèles à verser la dîme », a déclaré le prélat, dans une interview publiée le 8 février sur le site d'information catholique, La croix Africa.

Dans cette interview, l'évêque de Katiola, a dénoncé les « communautés récalcitrantes » qui obligent les fidèles à payer la dîme, et rappelé que le denier du culte est la seule offrande obligatoire de l'église catholique en Côte d'Ivoire, parmi les trois que sont la quête, le denier de culte, et la demande de messe.

Selon lui, le temps est venu pour que les évêques interviennent pour réguler ces communautés nouvelles issues du Renouveau charismatique et leur fassent comprendre qu'elles n'ont ni le droit d'obliger les fidèles à verser la dîme, ni non plus celui de la percevoir.

« Aucun laïc ne peut prétendre à la dîme » qui, explique l'évêque, est une offrande instituée dans l'Ancien Testament pour les lévites chargés du service du temple, la tribu des prêtres.

Le chef de l'église de Katiola admet que la dîme était « obligatoire », mais précise aussitôt que « ce n'est pas le cas dans le Nouveau Testament où Jésus en parle pour critiquer les pharisiens ».

Ainsi, conclut Mgr Ignace, en plus de ne pas obliger au paiement de la dîme, l'Eglise catholique accorde le droit de la percevoir aux prêtres seulement, à eux de l'utiliser pour le bien commun, à l'instar des lévites dans l'Ancien Testament. »
Rédigé par: Never ever   le: Mercredi 14 Février 2018
Quand l'église rackette: L'Eglise catholique n'oblige personne. Il ne faut pas la confondre avec le pasteurs protestants évangéliques des églises dites de réveil...
Rédigé par: Awoulaba Cool   le: Mercredi 14 Février 2018
La France a un ministre des cultes et c'est le ministre de l'interieur
Rédigé par: Quand l'église rackette   le: Mardi 13 Février 2018
Tout ça c'est pour s'enrichir sur le dos des naifs qui croient en tout ce qu'on leur raconte avec un livre ... Au quotidien on peut faire bien plus que la fameuse dime réclamée en s'ouvrant à son prochain, autour de soit faire des choses utiles pour aider ceux qui en ont besoin et c'est souvent pas grand chose mais qui aide vraiment ! Soutien affectif, moral et ou financier parfois mais sans s'appauvrir sois même car cela n'apporterait rien de se dépouiller (on fait croire aux pauvres qu'il faut qu'ils donnent TOUT A L'EGLISE...), on peut simplement faire preuve d'empathie et de compassion à l'égars de chacun d'entre nous et envers nous. Nos religieux à part nous dire ce que nous avons ou aurions à faire obligatoirement pour qu'ils MANGENT BIEN ET DORMENT BIEN ne font RIEN EUX MEMES pour visiter les malades, les soutenir, aller à la rencontre des pauvres, les vrais mais on les voient toujours à coté d'un POLITICIEN qui les utilisent et dont ils soutiennent TOUS LES ACTES (humm...)et avec qui ils sont à l'AISE ! Dime c'est pas pour eux mais pour les autres, ben voyons. Le bon DIEU je me demande ce qu'il pense de tout ça en son nom et soit disant pour le servir ?
Rédigé par: Kadidja Dembele   le: Lundi 12 Février 2018
Il est une autre chose importante concernant la dîme telle qu'elle est faussement enseignée: La dîme était volontaire et libre, elle n'était pas forcée. Ce qui hélas ne semble plus être le cas de nos jours. Dans de nombreuses communautés, les fidèles subissent à presque toutes les réunions, un véritable matraquage sur la dîme ou les offrandes, devenus les sujets éternels et invariables des prédications. Les membres sont ainsi culpabilisés et accusés par le moyen des versets bibliques bien orientés. Or tout ce que l'on fait pour DIEU se doit d'être volontaire et libre. Le Seigneur JESUS CHRIST ne force personne, et n'oblige personne. 2Corinthiens 9 : 7 " Que chacun donne comme il l'a résolu dans son cour, sans tristesse ni contrainte ; Car DIEU aime celui qui donne avec joie ". Le Seigneur JESUS aime ceux qui donnent sans contrainte. Mais ce qui est donné avec tristesse et dans la contrainte, pensez-vous que cela fasse plaisir à DIEU ? Ce qui est donné dans la peur et dans la culpabilité est une offense à DIEU, il vaut mieux il me semble le conserver pour soi, plutôt que de le donner dans des mauvaises dispositions du cour. Dans certains de ces faux enseignements sur la dîme et les offrandes, il est dit que c'est le moyen assuré d'être béni, car plus on donne à DIEU, plus DIEU donne. C'est là un enseignement dangereux basé sur l'intéressement, comme si les bénédictions de DIEU pouvaient s'acheter
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 12 Février 2018
En effet, il me semble que c'est l'obstacle à l'exaucement des prières sur lequel ces derniers temps, beaucoup de prédicateurs évangélistes surtout, insistent intensément, pour des raisons le plus souvent intéressées. Au point où les enseignements sur la dîme et les offrandes deviennent de plus en plus douteux et volontairement orientés vers le gain, l'avarice et l'enrichissement. Il est enseigné que pour recevoir les bénédictions de DIEU, il faut au préalable beaucoup donner. Il existe même des églises dites de réveil où chaque rassemblement est une occasion toute indiquée, pour exercer la culpabilité financière sur le peuple. Selon Deuteronome 14 : 28-29 "les différents destinataires de la dime sont : Le Lévite, l'étranger, l'orphelin et la veuve". Le lévite qui s'occupait uniquement du service de DIEU, était le principal destinataire de la dîme, c'est pour cela qu'aujourd'hui, dans de nombreuses Eglises, la dîme sert à payer le salaire des serviteurs de DIEU. Mais la dîme servait également à subvenir aux besoins de ceux qui étaient dans le dénuement, tels que l'étranger, la veuve, et l'orphelin. Il semble que ces autres destinataires soient mis volontairement en oubli aujourd'hui dans les différents enseignements sur la dîme, alors que les besoins des pasteurs et des "bergers" sont sans cesse mis en avant, pour inciter les membres à donner leurs dîmes. La veuve, l'orphelin et l'étranger représentaient des catégories ayant besoin d'aide en Israël. Aujourd'hui dans nos Eglises africaines, nous avons des frères et des s0eurs dans le besoin, et qui seraient soulagés de bénéficier de temps à temps de la dîme, de sorte que les pasteurs ne soient pas les seuls à en bénéficier. Dans tous les cas, le chrétien est responsable devant Dieu de la gestion de son argent...
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 12 Février 2018
Une "offrande" obligatoire, ça s'appelle du racket.