Conflit au Forum des marchés d'Adjamé : Le ministère du commerce sans parti pris
lebanco.net - Publié le: 11-02-2018 - Mise-à-jour le: 11-02-2018 - Auteur: Ben Salia
Conflit  au Forum des marchés d'Adjamé : Le ministère du commerce sans parti pris
Dans le conflit qui oppose les commerçants d'Adjamé forum réunis au sein de l'ACOPROMA et la Société Ivoirienne de Concept et de Gestion SICG, la médiation du ministère en charge du commerce a abouti à la levée du mot de grève de la FENACCI, l'arrêt des expulsions des commerçants de leurs magasins et  la mise en place d'un comité ad hoc (Gouvernement, parties en conflit,..) qui travaillera à trouver une solution idoine.
 
En effet, les commerçants du territoire communal d'Adjamé avaient dans un mot d'ordre de grève décidé de baisser pavillon, à partir du lundi 12 février 2018.  Dans une note, le ministère en charge du commerce indique que la médiation de la tutelle a permis une meilleure compréhension de l'affaire. Et de rassurer que le ministre du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des Pme, Souleymane Diarrassouba « n'a pas pris parti » dans cette affaire.
Au contraire, cette rencontre qui a réuni les différentes parties autour du ministre a permis de mieux comprendre les différentes préoccupation. « Le promoteur ne reconnaît pas avoir récusé l'avenant, indiquant plutôt une question d'interprétation de cet avenant, ajoutant également que même si c'était le cas, cet état de fait ne devrait rien changer dans le fond du dossier », retient le ministère.
Le ministère note que  les accords d'exploitation du marché forum conclus entre la SICG et les commerçants ont connu  des difficultés dans leur mise en ouvre. Et cela, en raison d'interprétations parfois divergentes du contenu et de la portée desdits accords.  De cette situation, résulteront des conflits non définitivement réglés jusqu'à ce jour ; ce qui emmènera le promoteur à procéder à des expulsions des commerçants, pour cause de loyers impayés.
C'est alors que les commerçants réunis au sein de l'ACOPROMA saisiront la FENACCI à l'effet de faire valoir leur droit.
Il faut rappeler que ce conflit est partie d'une interprétation à dessein d'un avenant signé entre la Mairie d'Adjamé et la Sicg en juin 2003  auquel les juristes de la Fenacci font allusion : « La Sicg  a exprimé son intention d'user de la faculté qui lui est réservée dans les conventions pour céder ses droits de jouissances aux occupants actuels ».
A cela vient s'ajouter un courrier en date du 15 février 2002 de l'ancien ministre du commerce Eric Kahé qui avait demandé  au gestionnaire du Forum de surseoir aux expulsions jusqu'à nouvel ordre. C'est d'ailleurs ce qui a fait croire aux commerçants installés à cette date qu'ils seraient protégés par l'État même s'ils ne s'acquittaient pas de leurs loyers.
Aujourd'hui, tout semble rentrer dans l'ordre avec la mise sur pied une commission paritaire pour un régler définitivement  ce conflit qui dure 16 ans.
 
Ben Salia