Côte d'Ivoire: la grogne des employés de la BAD
RFI - Publié le: 10-02-2018 - Mise-à-jour le: 11-02-2018 - Auteur: RFI
Côte d'Ivoire: la grogne des employés de la BAD

En Côte d'Ivoire, une partie du personnel de la banque africaine de développement (BAD) dont le siège est à Abidjan, capitale économique ivoirienne, se dit se dit inquiète de certains  licenciements et s'alarme de la détérioration du climat social.

Après le licenciement du vice-président, Alberic Kacou, de la BAD, fin janvier, un syndicat, depuis quelques jours, se dit inquiet des mesures prises par la direction de la banque panafricaine concernant une partie du personnel.
« À la BAD, il y a un climat malsain, de chasse à l'homme qui règne actuellement parce que beaucoup de personnes sont sous le poids du stress. Beaucoup de démissions, beaucoup de licenciements. c'est pourquoi nous sommes obligés, en tant que centrale syndicale, de crier haut et fort pour que cela cesse », a déclaré Yves Kodibo, secrétaire général de l'Union nationale des travailleurs de Côte d'Ivoire (UNATRCI).
Akinwumi Adesina, président de la BAD, a rappelé, lors de la présentation de son dernier raport d'activités, que les Etats actionnaires réclamaient plus d'efficacité de l'institution, ce qui passe par de meilleures performances et une réforme. Pour le président Adesina, la BAD n'est pas « une maison de retraite où l'on attend que le temps passe » mais un outil, au service du progrès et du développement du continent.
« La seule chose que je connaisse, c'est la performance et nous allons conduire l'institution vers la performance. Vous savez, j'aime le personnel de cette  banque. J'adore mon équipe mais leur perception de la performance doit changer parce que nos pays attendent de l'électricité, d'être industrialisés et de créer de l'emploi pour les jeunes », a-t-il déclaré.
L'UNATRCI réclame la réintégration du personnel licencié et particulièrement celle de l'Ivoirien Alberic Kacou. Le syndicat compte sur les autorités de la Côte d'Ivoire pour intervenir aupèrs de la direction de la banque.
Rédigé par: Eddy   le: Dimanche 11 Février 2018
Je ne comprends pas l'intervention du syndicaliste ivoirien Yves Kodibo, secrétaire général de l'Union nationale des travailleurs de Côte d'Ivoire (UNATRCI). La BAD est une institution internationale qui a son propre syndicat interne, le staff council qui n'a fait aucune declaration pour le moment. Au lieu de s'attaquer au president de la BAD L'UNARTCI doit s'attaquer les entreprises et au governement ivoiriens pour ameliorer les conditions de vie de ses membres syndicalistes.
Rédigé par: Bad must be Good   le: Dimanche 11 Février 2018
Le Nigeria n'a jamais digere le choix d'Abidjan comme siege grace a la forte personalite de Boigny. Le projet c'est d'affaiblir les cadres qui pourraient s'opposer au demembrements en cours. Bientot le siege d'Abidjan ne representera plus grand chose car beaucoup de services importants sont en train d'etre delocalises hors de la Cote d'Ivoire. Ce DG a tous les traits d'un roublard. Que fait ADO dans tout ca?
Rédigé par: Keleimass   le: Dimanche 11 Février 2018
@Noemie Naclan; Il est evident que chaque leader d'institution vienne avec sa réforme pour la réussite de sa mission, mais il ne s'agit pas de cela ici. Nous parlons ici de licensement des cadres qu'il a lui même recrutés après son arrivée à la BAD. Restons donc dans le cadre du sujet dont on parle ici. Sinon c'est la confusion. Souviens toi que le Nigerian avait déjà engagé sa réforme et fait appel aux cadres avec qui il voulait travailler. le docteur Kacou était l'un de ceux la memes qu'il a engagés. D'où vient il alors cette notion d'incompétence pour se débarrasser d'en ce haut cadre qui a exercé dans les institutions internationales pendant des décennies. C'est une distraction pure et simple de dire que la BAD n'est pas une maison des retraités. C'est même une insulte à ce haut cadre et à la Côte d'Ivoire. Je parie que la problème entre les deux hommes vient de la différence des positions sur la gestion des resources humaines de la banque. Ce qui n'est pas anormale dans une grande institution. Il est également normal que dans ce cas, le BOSS prevale , mais le concerne ici est la manière cavalière et arrogante de ce monsieur de se débarrasser de ses "opposants" sans consideration pour les individus, leur réputation, carrières, etc,
Rédigé par: Tournez Manège   le: Dimanche 11 Février 2018
Ce nouveau prez de la BAD va finir par s'étouffer seul avec son noeud papillon qui lui serre le cou et l'affuble tel un salimbanque qui joue sans filet se croyant invincible et incontournable pour que le manège tourne. Sans une équipe personne ne réussit rien, alors qu'un peu d'humilité permet d'avoir plus de poids et du respect de ses employés qui vous entourent... Mais quand un homme se croit unique que voulez vous qu'il se passe ?
Rédigé par: Keleimassa   le: Dimanche 11 Février 2018
Un parachuté politique qui nous parle de performance comme critère de maintien. Qu'il nous disent comment le docteur Albéric Kacou a été recruté? Était il a la retraite ou en fonction? Que le nigérian arrête sa manigance pour nous dire pourquoi ce haut cadre est devenu en mois de deux mois un indésirable à la BAD.
Rédigé par: Noemie Naclan   le: Samedi 10 Février 2018
Chaque PR de la BAD vient avec sa réforme