Côte d'Ivoire : L'inspection générale d'État annonce un audit de la SICTA, l'ENA, l'ENS et le CIAPOL dès la semaine prochaine
lebanco.net - Publié le: 06-12-2017 - Mise-à-jour le: 06-12-2017 - Auteur: Emélis Gooré
Côte d'Ivoire : L'inspection générale d'État annonce un audit de la SICTA, l'ENA, l'ENS et le CIAPOL dès la semaine prochaine
L'inspecteur général d'État Ahoua N'doli a annoncé, ce mercredi 6 Décembre, l'inspection dès la semaine prochaine de quatre structures parapubliques. Ce sont l'École normale supérieure (Ens), l'École nationale d'administration (Ena), le Centre ivoirien antipollution (Ciapol) et la Société ivoirienne de contrôle techniques automobiles et industriels (Sicta). C'était au cours de sa rencontre de prise de contact avec les acteurs de contrôle. « Notre objectif, c'est d'auditer, d'ici 2020, tous les ministères. Nous démarrons le processus avec quatre structures parapubliques », a indiqué l'inspecteur général à la presse. Au menu des échanges, le renforcement du cadre de collaboration entre l'inspection générale d'État et l'Inspection générale des finances et l'Inspection générale des ministères. Ahoua N'Doli a d'abord félicité ses collaborateurs pour leur rôle dans le cadre de la mise en ouvre de la réforme, les actions quotidiennes de contrôle visant à assurer le bon fonctionnement des ministères et la bonne gouvernance. Poursuivant, il a présenté aux inspecteurs la mission nouvelle de d'État ivoirien axée désormais sur « le dispositif de contrôle et d'audit interne et externe dont l'objectif général est d'améliorer la transparence et la gouvernance grâce à la formalisation et la mise en oeuvre des dispositifs de contrôle, d'audit interne et externe performant. ». Une mission pour laquelle Ahoua N'Doli a rassuré les inspecteurs de son engagement à ouvrer à la mise en ouvre effective de toutes les réformes. Toute en exhortant ces derniers à sortir des sentiers battus pour devenir de bons soldats au service de la bonne gouvernance, l'ex directeur de cabinet du vice-président Kablan Duncan a promis d'organiser à l'intention de tous les inspecteurs des ateliers de formation au cours du premier semestre de l'année 2018, en vue d'une meilleure performance de la chaîne de contrôle.
Emélis Gooré
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 8 Décembre 2017
Audit inopiné: Chaque année, exigé par l'Etat, un certain nombre d'audits inopinés doivent être faits. Ainsi, au moins 5% des administrations publiques devraient faire l'objet d'un audit inopiné afin de valider la conformité aux norms internationales. Le choix des administrations est à la discrétion de l'inspecteur général d'État, selon différents critères, notamment la côte de risque attribuée annuellement à chaque administration publique, mais aussi avec la qualité des registres financiers et comptables, le temps de réponse et les commentaires de l'inspecteur. Au 31 décembre de chaque année, le pourcentage d'audits inopinés prescrit doit avoir été complété. Un registre des audits inopinées est tenu par la direction. Le rapport de l'audit inopiné, complété par l'inspecteur, doit couvrir tous les points du mandat d'inspection et les autres points jugés pertinents par l'inspecteur. Le gabarit d'inspection obligatoire doit être utilisé. Pour un audit inopiné, l'inspecteur a l'obligation de ne pas s'annoncer à l'avance. S'il se voit dans l'obligation de le faire en raison du type d'entreprise, de la disponibilité des responsables et/ou de la distance parcourue si l'administration inspectée est à l'intérieur du pays, il ne doit pas le faire plus de 24 heures à l'avance.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 7 Décembre 2017
Un audit n'est vraiment efficace que s'il est inopiné. Seule la surprise permet de découvrir les vraies failles.