Côte d'Ivoire-Ex-zones CNO : Les agents de mairie lancent une grève de 4 jours pour réclamer le payement de 18 milliards FCFA
lebanco.net - Publié le: 12-09-2017 - Mise-à-jour le: 12-09-2017 - Auteur: Ouana Lagnon
Côte d'Ivoire-Ex-zones CNO : Les agents de mairie lancent une grève de 4 jours pour réclamer le payement de 18 milliards FCFA
Les agents municipaux de Bouaké et des autres ex-zones Centre-Nord-Ouest exigent de l'État ivoirien le paiement intégral de leurs arriérés de salaires de plus de dix ans qui s'évaluent, selon eux, à hauteur de ''18 milliards de FCFA''.
Réunis au sein du Collectif des syndicats nationaux des agents des collectivités territoriales de Côte d'Ivoire, notamment, le SYNAPECO-CI, le SYNAM-CI et le SYNAPECODI, ils observent depuis ce mardi 12 septembre 2017 matin, un arrêt de travail et, jusqu'au vendredi 15 septembre prochain.
Pour Coulibaly Lossani, secrétaire national adjoint du Syndicat national du personnel des collectivités de Côte d'Ivoire (SYNAPECO-CI), responsable des ex-zones CNO, représentant ledit collectif des syndicats, ''le collectif des syndicats indigné et outré, soucieux de la grogne et du bien-être des agents, s'oblige à observer un arrêt de travail à compter de ce mardi 12 septembre 2017jusqu'au vendredi 15 septembre 2017 inclus''. Le mouvement de grève est suivi sur l'ensemble du territoire national et sera reconduit jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisfaction de leurs revendications, a fait remarquer Coulibaly Lossani.
 ''Le motif de notre grève, elle est d'abord salariale. C'est une revendication qui part sur 04 points, le paiement des 08% d'augmentation selon T.O. N°119/MEMIS/DGDDL avec date d'effet le 1er janvier 2015, le paiement intégral des indemnités et avantages alloués à certains fonctionnaires et agents des collectivités territoriales, conformément au Décret N° 476-2013 du 02 juillet 2013 pris à Korhogo, le paiement des arriérés de salaires des zones CNO à hauteur de 18 milliards de FCFA et enfin, le déblocage immédiat des salaires et avancements'', a indiqué Coulibaly Lossani.
Ces agents municipaux réclament également ''le paiement des 08% d'augmentation selon T.O. N°119/MEMIS/DGDDL avec date d'effet le 1er janvier 2015. Et le paiement intégral des indemnités et avantages alloués à certains fonctionnaires et agents des collectivités territoriales, conformément au Décret N° 476-2013 du 02 juillet 2013 pris à Korhogo''.
 ''Il est impératif pour nous de se faire entendre. Nous sommes à un tournant très décisif de notre avenir. Nous allons passer de la deuxième République à la troisième République. Et cela parce qu'on veut aller à l'émergence. Nous pensons que cette émergence doit se concevoir avec tout le monde or nous constatons que, nous, en tant que acteurs majeurs du développement, nous en marge de cette marche vers l'émergence. Nous et nos familles souffrons parce que l'État qui nous doit ne fait rien pour trouver le moyen de nous payer. Ce n'est pas une doléance que nous avions formulés pour avoir cet argent, c'est notre travail qui nous a fait obtenir notre argent et l'État refuse de nous payer cela. Les 08% d'augmentation n'ont été payés que pour les mois de d'avril et mai et depuis lors rien. Nous avons perdu un de nos collègues le dimanche dernier, il revenait à pied d'une pharmacie où il n'a pu obtenir des médicaments pour se soigner faute de moyens, et il est tombé seul au niveau du pont Djibo et a rendu l'âme'', a fait remarquer le porte-parole.
 
Ouana Lagnon